lundi 27 septembre 2021

Patrie, réveille-toi

Jusques à quand dormirez-vous, ô jeunes hommes ?

Quand aurez-vous au cœur le goût de réagir ?

Quand cesserez-vous donc sans en avoir de honte

D’offrir à l’étranger la vue de vos plaisirs ?

Vous croyez que la paix règne sur votre terre,

Et la guerre pourtant la serre toute entière.

…………………………………………

Que chacun en mourant, frappe ses coups derniers !

Il est beau qu’un soldat lutte, c’est son honneur,

Pour le sol, les enfants et la femme épousée,

Contre ses agresseurs.

La mort viendra, au jour par les destins fixés :

Jusque-là que chacun, debout, la lance haute,

Marche le cœur vaillant dessous le bouclier,

A l’heure où la mêlée commence pour les hommes.

Car l’homme n’est pas né pour éviter la mort,

Eût-il du sang des dieux dans ses veines encor.

Souvent celui qui fuit la bataille et la lance

S’est heurté à la mort en revenant chez lui,

Et du peuple a perdu et l’estime et l’appui ;

Mais lorsque le héros a connu la souffrance,

De la foule aux plus grands chacun pleure sur lui :

Pour la patrie sa mort est le plus rude coup,

Sa vie a des honneurs dignes d’un demi-dieu,

Il est comme une tour dressée devant les yeux,

Car il a fait tout seul le labeur de beaucoup.

Callinos

Traduit du grec par Robert Brasillach.

 

Callinos, qui vivait vraisemblablement à Ephèse dans la première moitié du VIIe siècle avant J.-C., est considéré comme un des initiateurs de l’élégie politique et le maître de Tyrtée.

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB