Agenda TB


Oct
5
ven
2018
À L’EST LA GUERRE SANS FIN, 1918-1923 (Exposition) @ Musée de l'Armée
Oct 5 2018 @ 10 h 00 min – Jan 20 2019 @ 17 h 00 min
À L'EST LA GUERRE SANS FIN, 1918-1923 (Exposition) @ Musée de l'Armée | Paris | Île-de-France | France
La Première Guerre mondiale n’a pas pris fin le 11 novembre 1918.

Alors que les conflits cessent en Europe de l’Ouest, la guerre se poursuit à l’Est et au Proche-Orient jusqu’en 1923 : ponctuée de révolutions et de guerres civiles qui bousculent le travail des négociateurs de la paix, elle fait tomber des empires, crée de nouveaux pays et déplace des frontières.

100 ans après l’armistice et grâce à plus de 250 œuvres issues de 15 pays, souvent inédites ou exceptionnelles (originaux des traités, le clairon qui sonna l’armistice, cartes et films d’archives…), l’exposition A l’Est, la guerre sans fin. 1918-1923 propose de redécouvrir cette période méconnue et de comprendre comment l’Europe s’est recomposée après la Première Guerre mondiale.

De la Finlande aux pays du Levant – sur les traces du célèbre Lawrence d’Arabie –, voyagez aux marches de l’Est, explorez les coulisses du monde des archives et plongez dans la fabrique des traités qui redéfinirent l’Europe.

Une exposition indispensable pour redécouvrir l’histoire et mieux comprendre le monde d’aujourd’hui.

Oct
25
jeu
2018
Colloque : Centenaire de la Première Guerre mondiale et ses conséquences @ Fondation Charles de Gaulle
Oct 25 @ 18 h 30 min – 21 h 30 min
  • 18h00 : Accueil des invités et inscriptions.
  • 18h30 : Discours de bienvenue de Naïma Moghir, présidente de l’Association internationale l’Ambassadrice.
  • 18h35 : Discours de Jacques Godfrain, président de la Fondation Charles de Gaulle, et parrain principal du Centenaire.
  • 18h40 : Discours de Chakib Benmoussa, Ambassadeur du Maroc 

1ère Table ronde : Président, le Général Jean-Claude Allard (2S)

  • 18h45 : Intervention de M. Pierre Conesa, la Première Guerre mondiale et ses conséquences sur le Proche-Orient.
  • 19h00 : Intervention du Dr Mustapha El Ktiri, Haut-Commissaire aux Résistants et Anciens Combattants de la Libération
  • 19h30 : Intervention du Colonel Louis-Jean Duclos, ancien Officier, Goumier, et Représentant de La Koumia, Création des Goums Marocains durant les prémices de la Première Guerre mondiale et leur devenir. 

 


2ème table ronde : Président, le Général Olivier KEMF (2S)

  • 19h45 : Intervention du Professeur Mustapha El Maleh, écrivain et historien, Les Mémoires de l’Algérie entre les deux Rives.
  • 20h00 : Intervention du Professeur Abderrahmane Mekkaoui, Universitaire, président du Cercle Ibn Khaldoun, Conseiller au CF2R, Le monde du Renseignement et l’instrumentalisation des confréries religieuses au Maghreb.
  • 20h15 : Intervention du Général Jean Claude Allard (2S), l’Innovation technologique dans l’armée de l’Air des Alliés pendant la Guerre 14/18.
  • 20h30 : Intervention du Général Jean Paul Ameilhaud (2S), Commissaire Général, Délégué de l’Union des Associations de l’IHEDN, L’étrange  année 2018.
  • 20h45 : Intervention du Dr Paul Kananura, président de l’Institut Mandela, l’Afrique pendant la Première Guerre mondiale.
  • 21h00 : Intervention du Dr Charles Saint-Prot, spécialiste des Relations Internationales, Directeur général de l’Observatoire d’études géopolitiques à Paris, France – Maroc, Une longue amitié  

Clôture : Son Altesse Royal Henri d’Orléans, Comte de Paris

 

 

Oct
30
mar
2018
Colloque : L’aviation militaire au sortir de la Grande Guerre @ Auditorium de l'Hôtel de Ville
Oct 30 @ 9 h 00 min – 18 h 00 min
Colloque : L’aviation militaire au sortir de la Grande Guerre @ Auditorium de l'Hôtel de Ville | Paris | Île-de-France | France

Plus que dans d’autres conflits, la presse des différents belligérants a mis en avant des individualités, choisies dans l’aviation pour représenter les valeurs et le courage du pays. Ainsi naquirent des légendes, des As de l’aviation, tels George Guynemer ou Charles Nungesser pour la France, mais aussi le « Baron Rouge » Manfred Von Richthofen pour l’Empire Allemand. Cette journée d’étude est consacrée à la naissance de cette nouvelle armée, ainsi qu’au rôle symbolique qu’ont joué les As aux destinées particulières et variées. Elle abordera également les bouleversements stratégiques et techniques nés de l’essor de l’aviation militaire. 

Table-ronde n°1 : La création de la guerre aérienne

  • La guerre aérienne illustrée / Zacharie Boubli
  • La naissance du bombardement stratégique durant la Première Guerre mondiale / Jean-Charles Foucrier
  • Un fondement et une base de réflexion toujours d’actualité / Patrick Bouhet
  • L’escadrille Weiller et la reconnaissance stratégique / Marie-Catherine Villatoux

Table-ronde n°2 : Les transformations de la guerre aérienne : aspects techniques

  • Les transmissions air-sol / Adjudant Hédin
  • L’industrie aéronautique au sortir de la guerre / Sylvain Champonnois
  • L’arme aérienne et la cartographie / Philippe Boulanger

Table-ronde n°3 : Les transformations de la guerre aérienne : aspects stratégiques et organisationnels

  • La projection aérienne / Ivan Sand
  • Une naissance avortée : la question de l’armée de l’air en 1918 / Lieutenant-colonel De Lespinois
  • La création de la division aérienne / Philippe Steininger

Table-ronde n°4 : L’Homme et la guerre aérienne

  • Les As après la guerre / Damien Accoulon
  • La remise en question du mythe de l’As / Paul Dietschy
  • Le pilote de chasse aujourd’hui et l’héritage de la Grande Guerre / Commandant Marché

INSCRIPTION OBLIGATOIRE ICI

Oct
31
mer
2018
Trois pilotes, Une guerre – Récits personnels d’Européens en 14-18 (Exposition) @ Musée de l'Air et de l'Espace
Oct 31 2018 @ 10 h 00 min – Mar 10 2019 @ 17 h 00 min
Trois pilotes, Une guerre - Récits personnels d’Européens en 14-18 (Exposition) @ Musée de l'Air et de l'Espace | Dugny | Île-de-France | France

Présentée du 31 octobre 2018 au 10 mars 2019, l’exposition « Trois pilotes, Une guerre, Récits personnels d’Européens en 14 – 18 » est la dernière commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale au musée de l’Air et de l’Espace, et fait suite à La Grande Guerre des aviateurs (2014 – 2015) et Verdun, la guerre aérienne (2016 – 2017).

Plus intimiste que les précédentes, cette exposition gratuite présentera le parcours personnel de trois aviateurs de la Grande Guerre : un Français, Jean Chaput (1893 – 1918), un Allemand, Peter Falkenstein (1892 – 1966) et un Britannique, Bernard Curtis Rice (1891 – 1933). Ces cas particuliers seront l’occasion d’évoquer, par extension, différents aspects de la guerre aérienne pratiquée par les trois pays belligérants, comme la formation des aviateurs, les conditions de vol, la vie quotidienne au sein de l’escadrille, les relations avec l’« arrière » ou encore le rapport à l’ennemi et à la mort. L’exposition se conclura par un lien avec le présent concrétisé par des travaux réalisés par des lycéens français, allemands et britanniques et l’évocation des exercices interarmées et opérations militaires réalisés de nos jours par les armées de l’air française, allemande et britannique.

Succédant au site web 3P1W mis en ligne en 2014 et réalisé en partenariat avec le Militärhistorisches Museum der Bundeswehr de Dresde et le Royal Air Force Museum de Londres qui seront également des partenaires actifs de la manifestation , la présente exposition donnera à voir aux visiteurs la correspondance produite en parallèle par les trois aviateurs, correspondance qui sera mise en dialogue avec des collections diverses et nombreuses du musée de l’Air et de l’Espace : maquettes d’avions emblématiques, accessoires de tenues de vol et d’uniformes, affiches et peintures, équipements techniques tels qu’une hélice et une mitrailleuse. De nombreuses photographies et films d’époque, présentés par le biais de supports audiovisuels, seront également à découvrir.


L’exposition sera divisée en huit séquences thématiques, centrées autour des trois aviateurs et de leur expérience de guerre.
  • Section 1 : Aux premières heures de la guerre
    Le déclenchement de la Première Guerre mondiale, puis les premières années du conflit, provoquent l’essor de l’aviation militaire dont Chaput, Falkenstein et Rice sont parmi les premiers acteurs : qui étaient-ils avant la guerre ? Comment sont-ils entrés dans le conflit ?
  • Section 2 : Devenir aviateur pendant la Grande Guerre
    Les regards croisés de Chaput, Falkenstein et Rice (qui a été lui-même instructeur) sur leur formation militaire témoignent des différentes manières d’appréhender la nouvelle arme que constitue l’aviation dans les conflits armés par les trois pays belligérants.
  • Section 3 : Les premières missions de l’aviation militaire
    Les missions de l’aviation militaire de la Première Guerre mondiale sont initialement de deux sortes : les aviateurs sont tout d’abord mis à contribution pour des missions d’observation et de réglage de tirs d’artillerie, mais prennent également part à des bombardements aériens du champ de bataille et de points stratégiques derrière les lignes ennemies.
  • Section 4 : La chasse, allégorie de la chevalerie aérienne
    La popularité de la figure de l’ « as », incarnée notamment par Chaput, témoigne de l’engouement des civils et des militaires pour ces nouveaux chevaliers du ciel, et du rôle prépondérant de l’aviation dans les conflits armés de 14-18. La chasse devient, bien au-delà de sa mission militaire, un outil de propagande.
  • Section 5 : La naissance d’une nouvelle arme
    La Première Guerre mondiale fait émerger un tout nouveau type de combattant — l’aviateur — et un nouveau mi-lieu — l’aviation militaire — qui possède ses codes et sa sociabilité : quel est le quotidien de l’aviateur, notamment au sein de son escadrille ?
  • Section 6 : De nombreux périls
    Les aviateurs témoignent de leurs conditions de vol souvent difficiles : froid, altitude, vitesse… Cette nouvelle manière de combattre n’est pas sans risque et les pilotes peuvent être blessés en vol ou abattus.
  • Section 7 : Un lien permanent à l’ « arrière »
    Les aviateurs entretiennent, comme tous les soldats, une correspondance personnelle avec leur famille et leurs con-naissances hors du front. Pour « l’arrière », l’aviation est par ailleurs un formidable moyen de propagande, et les industriels s’intéressent à cette nouvelle arme pour élaborer, durant les quatre années du conflit, de grandes avancées technologiques.
  • Section 8 : Cent ans après ?
    La naissance et le développement de l’aviation militaire au cours de la Première Guerre mondiale ont eu un impact sur les civils comme sur les militaires européens : ces thématiques sont encore présentes, dans la formation des collégiens et des lycéens européens, ainsi que dans les exercices des armées de l’air contemporaines.

Télécharger le  dossier pédagogique

Déc
18
mar
2018
La sécurité au cœur du Business (Colloque 2018 du CDSE) @ OCDE
Déc 18 @ 8 h 00 min – 17 h 30 min
La sécurité au cœur du Business (Colloque 2018 du CDSE) @ OCDE | Paris | Île-de-France | France

Le Colloque annuel du Club des Directeurs de Sécurité & de Sûreté des Entreprises (CDSE) se déroulera le 18 décembre 2018. La thématique choisie par la communauté des membres du CDSE est « La sécurité au coeur du Business ».

Pour participer à cette rencontre, réservez votre place en ligne au plus vite en allant sur cette page : LIEN

Programme prévisionnel :

  • 8h00 : Accueil des participants
  • 9h00> 9H15 : Ouverture des travaux
  • 9h15> 9h45 : Allocution d’ouverture
  • 9h45> 10h15 : La sécurité, un levier de croissance

La sécurité est dorénavant vue comme un investissement avéré par les entreprises. Elle est demandée par les clients et les salariés. Elle est ainsi obligatoirement intégrée aux produits et à l’ensemble des réseaux.

  • 10H05> 10H15 : Échanges
  • 10h15> 12h30 : La sécurité, un élément essentiel au business
  • 10h20> 10h50 : La sécurité au cœur de tous les projets

La dimension sécurité entre aujourd’hui dans toutes les décisions d’investissement. Elle est aussi un facteur de confiance entre les entreprises et leurs parties prenantes.

  • 10h50> 11h20 : Pause
  • 11H20> 12H10 : La sécurité, une exigence sociétale

La création de valeur financière n’est plus le seul critères d’évaluation des entreprises. Dans le cadre des politiques RSE, la sécurité devient un élément central de la responsabilité sociale et deviendra progressivement un avantage concurrentiel.

  • 12H10> 12H25 : Allocution
  • 12h30> 14h00 : Déjeuner
  • 14h15> 17h00 : Comment optimiser le déploiement d’une politique sécurité ?
  • 14h20> 14h50 : La sécurité, une rentabilité avérée

Face aux menaces, les entreprises doivent se prémunir des risques en abordant la sécurité comme un véritable investissement stratégique, en termes d’organisation et de technologies.

  • 14H50> 15H20 : La sécurité, un atout dans la concurrence

Dans un monde économique de plus en plus concurrentiel dans lequel les règles du jeu sont en perpétuelle mutation, le rôle de l’intelligence économique est de plus en plus important pour défendre les actifs de l’entreprise.

  • 15H50> 16H45 : Comment organiser la fonction sécurité dans l’entreprise ?
  • 15h50> 16h05 : Grand témoin
  • 16h05> 16h15 : Présentation de l’étude RH du CDSE
  • 16H15> 16H45 : Le débat

Quels profils, quelles formations, quel champ de responsabilité pour une fonction sécurité efficace et opérationnelle ?

  • 16h45> 17h00 : Allocution de clôture

Pour plus d’information n’hésitez pas à contacter le CDSE au : 01.72.31.73.18

Juin
19
mer
2019
Conférence sur l’histoire des Forces Spéciales françaises @ Maison de la Recherche (annexe de la Sorbonne)
Juin 19 @ 18 h 30 min – 20 h 30 min
Conférence sur l'histoire des Forces Spéciales françaises @ Maison de la Recherche (annexe de la Sorbonne)

Avec son cycle de Conférences « Jeunes chercheurs » l’AREC-Histoire vous propose de découvrir des thèses ou mémoires originaux à l’occasion d’une conférence. Au cours de cet événement Maxime Hannebique détaillera l’Histoire des Forces Spéciales françaises, un sujet sur lequel il a travaillé pendant 2 ans dans le cadre d’un mémoire avec le professeur Olivier Forcade, spécialiste d’Histoire militaire.

Cette séance sera animée par Cyril Gélibter, doctorant travaillant sur le renseignement russe. A cette occasion, il évoquera les particularités de la recherche en Histoire « immédiate », notamment lorsqu’il s’agit de trouver et d’exploiter des sources sur des sujets sensibles encore récents (diplomatie, histoire militaire, renseignement).

Héritière des commandos de la Seconde Guerre mondiale, les forces spéciales se sont imposées depuis 1945 comme un élément essentiel de la plupart des armées. En France de nombreuses unités, inspirées des SAS britannique crée en 1941 en Egypte, ont participé aux guerres de décolonisation. Bien entraînées, dotées de grandes capacités d’adaptation, capables de remplir des missions non conventionnelles, elles ont su démontrer leur efficacité.

Depuis les Forces Spéciales ont participé à toutes les Opérations Extérieures (OPEX). Dans certains conflits, comme en Libye en 2011, elles sont les seuls forces françaises présentes au sol. Le degré élevé de préparation opérationnelle et de maturé qu’elles semblent aujourd’hui avoir atteint est le résultat d’une histoire mouvementée.

Des années 1970 à l’opération Serval au Mali, les succès comme les échecs les ont encouragé à réévaluer constamment leurs modes d’actions et à promouvoir des solutions innovantes. Les exemples étrangers ont aussi été une importante source d’inspiration. La Guerre du Golf, qui a mis en lumière plusieurs faiblesses comparés aux alliés anglo-saxons, a notamment conduit à la création du Commandement des Forces Spéciales (COS) en 1992.

Au-delà des questions de doctrine et de matériels, des enjeux institutionnels ont aussi influencé sur leur organisation. Issues de l’Armée de Terre, de l’Air et de la Marine, les Forces Spéciales n’ont pas été épargnées par les querelles de chapelles et les difficultés initiales de l’intégration interarmées. Après 50 ans de réformes et d’innovations, l’AREC-Histoire vous propose un retour.

L’AREC-Histoire est heureuse de vous inviter à venir assister à cette conférence exceptionnelle sur l’Histoire des Forces Spéciales françaises dans le cadre de son cycle « Jeunes chercheurs ».

PIÈCE D’IDENTITÉ OBLIGATOIRE À PRÉSENTER À L’ENTRÉE

Clôture des inscriptions le samedi 15 juin