Agenda TB


Oct
31
mer
2018
Trois pilotes, Une guerre – Récits personnels d’Européens en 14-18 (Exposition) @ Musée de l'Air et de l'Espace
Oct 31 2018 @ 10 h 00 min – Mar 10 2019 @ 17 h 00 min
Trois pilotes, Une guerre - Récits personnels d’Européens en 14-18 (Exposition) @ Musée de l'Air et de l'Espace | Dugny | Île-de-France | France

Présentée du 31 octobre 2018 au 10 mars 2019, l’exposition « Trois pilotes, Une guerre, Récits personnels d’Européens en 14 – 18 » est la dernière commémoration du Centenaire de la Première Guerre mondiale au musée de l’Air et de l’Espace, et fait suite à La Grande Guerre des aviateurs (2014 – 2015) et Verdun, la guerre aérienne (2016 – 2017).

Plus intimiste que les précédentes, cette exposition gratuite présentera le parcours personnel de trois aviateurs de la Grande Guerre : un Français, Jean Chaput (1893 – 1918), un Allemand, Peter Falkenstein (1892 – 1966) et un Britannique, Bernard Curtis Rice (1891 – 1933). Ces cas particuliers seront l’occasion d’évoquer, par extension, différents aspects de la guerre aérienne pratiquée par les trois pays belligérants, comme la formation des aviateurs, les conditions de vol, la vie quotidienne au sein de l’escadrille, les relations avec l’« arrière » ou encore le rapport à l’ennemi et à la mort. L’exposition se conclura par un lien avec le présent concrétisé par des travaux réalisés par des lycéens français, allemands et britanniques et l’évocation des exercices interarmées et opérations militaires réalisés de nos jours par les armées de l’air française, allemande et britannique.

Succédant au site web 3P1W mis en ligne en 2014 et réalisé en partenariat avec le Militärhistorisches Museum der Bundeswehr de Dresde et le Royal Air Force Museum de Londres qui seront également des partenaires actifs de la manifestation , la présente exposition donnera à voir aux visiteurs la correspondance produite en parallèle par les trois aviateurs, correspondance qui sera mise en dialogue avec des collections diverses et nombreuses du musée de l’Air et de l’Espace : maquettes d’avions emblématiques, accessoires de tenues de vol et d’uniformes, affiches et peintures, équipements techniques tels qu’une hélice et une mitrailleuse. De nombreuses photographies et films d’époque, présentés par le biais de supports audiovisuels, seront également à découvrir.


L’exposition sera divisée en huit séquences thématiques, centrées autour des trois aviateurs et de leur expérience de guerre.
  • Section 1 : Aux premières heures de la guerre
    Le déclenchement de la Première Guerre mondiale, puis les premières années du conflit, provoquent l’essor de l’aviation militaire dont Chaput, Falkenstein et Rice sont parmi les premiers acteurs : qui étaient-ils avant la guerre ? Comment sont-ils entrés dans le conflit ?
  • Section 2 : Devenir aviateur pendant la Grande Guerre
    Les regards croisés de Chaput, Falkenstein et Rice (qui a été lui-même instructeur) sur leur formation militaire témoignent des différentes manières d’appréhender la nouvelle arme que constitue l’aviation dans les conflits armés par les trois pays belligérants.
  • Section 3 : Les premières missions de l’aviation militaire
    Les missions de l’aviation militaire de la Première Guerre mondiale sont initialement de deux sortes : les aviateurs sont tout d’abord mis à contribution pour des missions d’observation et de réglage de tirs d’artillerie, mais prennent également part à des bombardements aériens du champ de bataille et de points stratégiques derrière les lignes ennemies.
  • Section 4 : La chasse, allégorie de la chevalerie aérienne
    La popularité de la figure de l’ « as », incarnée notamment par Chaput, témoigne de l’engouement des civils et des militaires pour ces nouveaux chevaliers du ciel, et du rôle prépondérant de l’aviation dans les conflits armés de 14-18. La chasse devient, bien au-delà de sa mission militaire, un outil de propagande.
  • Section 5 : La naissance d’une nouvelle arme
    La Première Guerre mondiale fait émerger un tout nouveau type de combattant — l’aviateur — et un nouveau mi-lieu — l’aviation militaire — qui possède ses codes et sa sociabilité : quel est le quotidien de l’aviateur, notamment au sein de son escadrille ?
  • Section 6 : De nombreux périls
    Les aviateurs témoignent de leurs conditions de vol souvent difficiles : froid, altitude, vitesse… Cette nouvelle manière de combattre n’est pas sans risque et les pilotes peuvent être blessés en vol ou abattus.
  • Section 7 : Un lien permanent à l’ « arrière »
    Les aviateurs entretiennent, comme tous les soldats, une correspondance personnelle avec leur famille et leurs con-naissances hors du front. Pour « l’arrière », l’aviation est par ailleurs un formidable moyen de propagande, et les industriels s’intéressent à cette nouvelle arme pour élaborer, durant les quatre années du conflit, de grandes avancées technologiques.
  • Section 8 : Cent ans après ?
    La naissance et le développement de l’aviation militaire au cours de la Première Guerre mondiale ont eu un impact sur les civils comme sur les militaires européens : ces thématiques sont encore présentes, dans la formation des collégiens et des lycéens européens, ainsi que dans les exercices des armées de l’air contemporaines.

Télécharger le  dossier pédagogique

Nov
27
mer
2019
« L’interculturalité opérationnelle » @ Ecole militaire - Amphi FOCH
Nov 27 @ 9 h 00 min – 17 h 30 min
« L’interculturalité opérationnelle » @ Ecole militaire - Amphi FOCH

L’Etat-major spécialisé pour l’outre-mer et l’étranger (EMSOME) organise la troisième édition de son colloque annuel sur l’interculturalité, cette année sous le thème de « L’interculturalité opérationnelle », le mercredi 27 novembre prochain de 9H00 à 17H30 à Paris-Ecole Militaire (amphithéâtre Foch).

 

Partenariat militaire opérationnel, guerre au milieu des populations, indigénisation des troupes, coopération civilo-militaire… La « connaissance de l’autre » s’inscrit pleinement dans la maitrise des facteurs de supériorité opérationnelle. A cet effet, l’EMSOME organise la troisième édition de son colloque annuel sur l’interculturalité le mercredi 27 novembre prochain de 9H00 à 17H30 à Paris-Ecole Militaire (amphithéâtre Foch). Ce colloque associe militaires, diplomates, et universitaires autour des problématiques interculturelles et contribue ainsi au développement de la compétence des armées dans la prise en compte des facteurs interculturels au profit des opérations militaires. Pour sa troisième édition, les intervenants – dont le général de corps d’armée DESTREMAU, le général de corps d’armée (2S) Babacar GAYE ou l’ancien ministre des affaires étrangères, Hervé de CHARETTE -, débattront autour du sujet « L’interculturalité opérationnelle » afin d’en développer une réflexion militaire : quelles approches ? quels leviers ? quelle formation ?

 

Programme prévisionnel :

 

09h00 – 09h10 : Présentation du colloque 

09h10 – 09h30 : Ouverture du colloque – Général de corps d’armée Patrick DESTREMAU

09h30 – 10h00 : Grand témoin – Général de corps d’armée (2S) Babacar GAYE

10h00 – 11h10 : Table-ronde 1 – La France n’agit pas seule

DIPLOMATIE ET RELATIONS INTERNATIONALES. Comment la connaissance de l’autre et l’interculturalité sont-elles des éléments essentiels des relations internationales ?

  1. Hervé de CHARETTE, M. Bertrand BADIE

 

11h10 – 11h25 : Pause

11h25 – 12h30 : Table-ronde 2 – Tour d’horizon en Asie et Afrique

PARTAGE D’EXPERIENCES. Comment l’expertise culturelle nous apporte-t-elle des clés de compréhension permettant d’adapter notre posture ? Comment opérationnaliser l’interculturalité ?

  1. Pascal REY, colonel Thomas PIEAU

 

12h30 – 14h00 : Pause déjeuner

14h00 – 15h05 : Table-ronde 3 – L’interculturalité dans les multinationales et les organisations

EXPATRIATION, MANAGEMENT, MARKETING. Comment les multinationales appréhendent-elles l’interculturalité ? Quels sont les facteurs de risque dans les secteurs privé et public ? Comment la question du genre est-elle perçue dans les organisations en contexte interculturel ?

  1. Pascal MONPETIT, M. Alain JUILLET, médecin chef des services Chantal ROCHE

 

15h05 – 16h10 : Table-ronde 4 – Vers quelles formations pour être plus efficace ?

FORMATION ET ENSEIGNEMENT. Comment théorie et pratique sont-elles indissociables dans l’enseignement de l’interculturalité ? Comment les expériences personnelle et professionnelle se nourrissent-elles mutuellement ?

  1. Louis BELVAL, Mme Marie SERRE, capitaine Charles ALLEGRE

 

16h10 – 16h25 : Pause

16h25 – 16h50 : Grand témoin – Général de corps d’armée François-Xavier le PELLETIER de WOILLEMONT

16h50 – 17h05 : Remise du prix de l’interculturalité

17h05 – 17h30 : Clôture du colloque

 

L’EMSOME est l’héritier des organismes qui, depuis 1901, préparent les troupes françaises au service hors métropole. Aujourd’hui état-major responsable organique des onze formations terrestres stationnées en outre-mer et à l’étranger, il conserve sa vocation historique d’école : en 2019, environ 16 000 stagiaires ont été formés avant leur départ en service hors-métropole, mission de courte durée ou opérations extérieures. Le centre Terre pour le partenariat militaire opérationnel (CPMO) y est adossé depuis 2017.