HISTOIRE : Chronique culturelle du 26 mai


26 mai 1445 : création des compagnies d’ordonnance.

Charles VII crée l’ébauche d’une armée permanente pour tenter de remplacer progressivement l’Ost royal.

Dans le même temps, Gaspard BUREAU et son frère Jean développent l’artillerie (canons en bronze tirant des boulets en fonte, canons à main plus légers, ancêtres du fusil, canons très longs ou couleuvrines que l’on peut traîner sur des chariots et amener sur le champ de bataille. À partir de 1450, l’emploi du bronze (alliage de fer et de cuivre) se généralise progressivement. Le procédé (tube coulé d’une seule pièce), beaucoup plus onéreux, améliore considérablement les performances des armes et leur fiabilité pour un allègement en poids important. Les bouches à feu sont rendues mobiles par leur montage sur des affûts à roues. Le pointage en site est permis grâce à des tourillons intégrés au fût. L’ensachage des charges de poudre en “gargousses” accroît la sécurité des manipulations tout en augmentant les cadences des tirs.


26 mai 1807 : reddition officielle de Dantzig (actuelle Pologne).


26 mai 1940 : opération Dynamo (évacuation par bateau vers l’Angleterre).

Les troupes franco-britanniques se sont repliées autour de Dunkerque face à l’avancée inexorable des Allemands et doivent maintenant traverser la Manche pour ne pas être détruites.  L’évacuation est dirigée depuis Douvres par l’amiral anglais Ramsay. Les premiers à être évacués sont les blessés et les non combattants. “Tout ce qui flotte en Manche est mobilisé” suivant les termes du contre-amiral Abrial qui commande les navires de guerre français. Navires de guerre, paquebots de la Manche, caboteurs, chalutiers, barges de la Tamise, remorqueurs, bateaux de plaisance sont rassemblés des deux côtés de la Manche et gagnent les plages et le port du camp retranché de Dunkerque afin d’évacuer les troupes alliées prises au piège.


26 mai 1942 : début de la bataille de Bir Hakeim.

Du 26 mai au 11 juin 1942, la première brigade française libre du général Kœnig résiste pendant seize jours, aux attaques des armées motorisées italiennes et allemandes (Afrika Korps) du général Rommel. Ce répit, gagné par des Français libres, permit aux Britanniques, en mauvaise posture, de se replier et de triompher par la suite à El Alamein. Le général Saint-Hillier dira en octobre 1991 dans un entretien : « Il fallut qu’un grain de sable enrayât l’avance italo-allemande, qui n’atteignit El-Alamein qu’après l’arrivée des divisions britanniques fraîches : le grain de sable s’appelait Bir Hakeim. »


26 mai 1948 : création de Tsahal « acronyme de Tsva Hagana Le Israel ou Forces de défense d’Israël. La 4ordonnance du cabinet israélien de Ben Gourion décrète l’unification de la Haganah, la Palmah, l’Irgoun et le Lehi. » CNE Jean-Baptiste P. (COMLE).


26 mai 1995 : début du siège du poste de Krupac 1 (Actuelle Bosnie-Herzégovine – route d’Igman).

Les forces serbes de Bosnie ayant intensifié le blocus de Sarajevo, l’OTAN procède à des frappes aériennes auxquelles elles répondent par le bombardement de Tuzla (71 morts) et des prises d’otages parmi les casques bleus de l’ONU en postes isolés (dont des Français). Assiégé, le poste KC 1, tenu par le lieutenant Xavier Pineau (2e peloton de l’escadron blindé du BATINF N°5, peloton issu du GE 501e RCC) résiste malgré les menaces, pendant 17 jours et en autonomie complète jusqu’à la levée du siège ordonnée par le général Mladic.


26 mai 2009 : inauguration de la base Camp de la paix (Emirats arabes unis – Abou Dabi).

Suite à un accord entre la France et les E.A.U, une base française interarmées permanente a été créée en janvier 2008 afin de manifester le resserrement des liens entre les deux pays et en vue de protéger les intérêts français dans la région. Les composantes Terre et Mer sont stationnées à Abou Dabi (13e DBLE et base navale de Mina Zayed). La composante Air est à Al Dhafra (BA 104 accueillant les Rafales de l’escadron Lorraine). 

Print Friendly, PDF & Email
Previous Une maison d’édition au service d’une profession : Victor Rozier (1824-1890) et la médecine militaire
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 27 mai

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.