vendredi 3 décembre 2021

RENSEIGNOR 1191

Une nouvelle prise des taliban en Afghanistan, il s’agit de la ville de Zaranj dans l’ouest du pays près de l’Iran, première capitale provinciale à tomber dans les mains des insurgés et c’est une ville stratégique. Zaranj est située à la frontière iranienne, posséder cette ville c’est donc contrôler un peu plus les frontières de l’Afghanistan. Cette victoire des insurgés est très symbolique et met une pression supplémentaire sur l’armée afghane. L’avancée des taliban est éclair. Après avoir repris de vastes zones rurales ils s’attaquent désormais aux villes et montrent qu’ils peuvent frapper n’importe où. Toujours hier, dans la journée ils ont assassiné en plein cœur de Kaboul le chef de la communication du gouvernement tandis que celui-ci était en voiture. Les taliban mettent ainsi à exécution leurs menaces de représailles contre les officiels afghans qui ont ordonné les bombardements aériens sur les zones des insurgés.

(Radio Vatican, le 07-08-2021)

Au Mozambique, l’armée rwandaise envoyée en renfort pour aider à combattre les djihadistes dans le nord du pays riche en gaz naturel, a affirmé jeudi avoir remporté de premiers succès. Les Rwandais assurent se rapprocher de Mocimboa da Praia alors que les insurgés ont fui Awasse un village repris la semaine dernière avec l’aide des forces rwandaises, vers d’autres villes en direction de leur QG de facto.

(La voix de l’Amérique, le 06-08-2021)

Le média japonais Yomiuri Shimbun a rapporté mardi que le gouvernement japonais comptait déployer des missiles sur l’île d’Ishigaki, une île située dans le sud de la préfecture d’Okinawa, à à peine 300 kilomètres environ de la côte taïwanaise. Le Yomiuri Shimbun a cité des sources familières de la question pour révéler que les nouvelles unités en question seraient déployées l’année prochaine et comprendraient entre 500 et 600 membres des Forces japonaises d’autodéfense. Une initiative qui rentrerait dans le cadre d’une stratégie plus large de défense contre la présence maritime chinoise grandissante dans la région et contre d’éventuelles attaques. Si l’information se vérifie, le déploiement de ces nouvelles unités fera d’Ishigaki la 4e île de l’archipel Nansei — qui comprend Satsunan au nord et les Ryūkyū au sud — à être armée de missiles. Notons que les nouvelles batteries de missiles se joindraient donc aux unités déjà déployées sur les îles d’Amami Ō-shima, d’Okinawa, et de Miyako-jima, ce alors que la marine de l’Armée populaire de libération a considérablement augmenté, ces dernières années, ses patrouilles dans le détroit de Miyako en envoyant notamment le porte-avions chinois Liaoning.

(Radio Taïwan international, le 05-08-2021)


TERRORISME


 

Hier un attentat suicide à Kaboul, près du domicile du ministre de la Défense, a fait au moins cinq morts et vingt blessés. Un véhicule piégé conduit par un kamikaze a d’abord explosé devant la maison d’un député, voisine de celle du ministre. Plusieurs assaillants sont ensuite parvenus à entrer dans le domicile du député. Les forces de sécurité ont mis plusieurs heures pour déloger les assaillants qui ont tous été tués. L’attaque n’a pas été revendiquée, mais, selon Washington, elle porte la marque des taliban.

(Deutsche Welle, le 04-08-2021)

Les taliban ont revendiqué mercredi l’attaque qui a visé la veille à Kaboul le domicile du ministre afghan de la Défense par intérim et coûté la vie à au moins huit civils, selon le ministère de l’Intérieur. Le porte-parole des insurgés islamistes, Zabihullah Mujahid, a déclaré qu’une réunion importante avait lieu dans la résidence, située dans un quartier sous haute sécurité de la capitale afghane, au moment de l’assaut mené par un groupe d’hommes armés pendant plus de quatre heures après l’explosion d’une voiture piégée. Le ministre, Bismillah Mohammadi, a survécu mais cette attaque en plein cœur de Kaboul souligne l’aggravation de la situation sécuritaire en Afghanistan et expose la vulnérabilité de la capitale, jusqu’ici épargnée par la multiplication des zones de combats entre forces afghanes et taliban ces dernières semaines, alors que les États-Unis achèvent de retirer leur contingent du pays.

(Radio Sputnik, le 04-08-2021)

Aucune accalmie en Afghanistan, après avoir revendiqué l’attentat de Kaboul les taliban ont annoncé de nouvelles attaques contre des responsables du gouvernement afghan. C’est dans ce contexte que le gouvernement britannique s’est engagé à relocaliser au Royaume-Uni 500 traducteurs et autres employés afghans supplémentaires ayant travaillé pour son armée, soit 2 500 personnes en comptant leurs familles.

(Radio Vatican, le 05-08-2021)

Les taliban qui continuent leur progression ont annoncé hier qu’ils allaient lancer de nouvelles attaques contre des responsables. Mardi un attentat avait en effet visé le ministre afghan de la Défense à Kaboul. Il s’agit de la première attaque d’une grande ampleur à Kaboul que les taliban revendiquent depuis des mois. Les armées afghanes et américaines ont procédé ces derniers jours à de multiples bombardements aériens pour tenter d’entraver l’avancée des insurgés sur plusieurs centres urbains majeurs.

(Deutsche Welle, le 05-08-2021)

Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont accusé hier l’Iran d’être derrière une récente attaque meurtrière au drone en mer d’Oman contre un pétrolier géré par la société d’un milliardaire israélien, Washington menaçant d’une réplique appropriée tandis que Téhéran a nié tout lien avec cette affaire.

(La voix de l’Amérique, le 02-08-2021)

Un djihadiste algérien qui avait rejoint des groupes terroristes au Sahel a été capturé dans le sud de l’Algérie, près de la frontière avec le Mali, a annoncé mercredi le ministère algérien de la Défense. « Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un détachement de l’armée a capturé le terroriste dénommé B. Ben Mohamed dit Abdelmalek au niveau du secteur opérationnel de Bordj Badji Mokhtar, ville frontalière du Mali » a indiqué le ministère dans un communiqué. L’homme, qui avait rallié en 2017 des groupes terroristes actifs dans la région du Sahel, avait en sa possession un pistolet mitrailleur de type kalachnikov et des munitions, selon la même source. Le terme terroriste est utilisé, par les autorités, pour désigner des islamistes armés restés actifs depuis la guerre civile de 1992-2002. Il s’agit du sixième Algérien appartenant à la mouvance djihadiste à être capturé depuis le début de l’année. Durant la même période, neuf islamistes armés ont été tués dans des accrochages avec des soldats et cinq se sont rendus aux autorités militaires, selon un bilan du ministère de la Défense publié en juillet.

Trois soldats ont trouvé la mort. Il y a un an, le chef de l’organisation djihadiste Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), l’Algérien Abdelmalek Droukdal, avait été tué par les forces armées françaises, dans le nord du Mali. Il a été remplacé par un autre algérien, Abou Oubaïda Youssef, selon AQMI.

(Africa Radio, le 04-08-2021)

Des rebelles de la région éthiopienne du Tigré en proie à un conflit armé se sont emparés, ce jeudi, de Lalibela, un site célèbre pour ses églises taillées dans la roche classé par l’UNESCO comme patrimoine mondial, dans la région voisine d’Amhara, selon des habitants.

(La voix de l’Amérique, le 06-08-2021)

L’armée américaine a confirmé avoir mené une troisième frappe aérienne en moins de deux semaines, hier, en Somalie, contre des militants d’Al-Shabaab en soutien aux forces gouvernementales somaliennes dans les environs de Qeycad, dans l’État central de Galmudug.

(La voix de l’Amérique, le 02-08-2021)

Au Niger, le ministère de la Défense a annoncé, hier soir, que quinze militaires nigériens ont été tués, samedi, sept blessés et six portés disparus après une attaque terroriste dans le département de Torodi, dans le sud-ouest proche du Burkina Faso.

(La voix de l’Amérique, le 02-08-2021)

L’armée du Niger va installer une base aérienne pour renforcer sa lutte contre les groupes djihadistes dans la région de Diffa (sud-est) proche du Nigeria, a annoncé la présidence nigérienne. « Au vu de l’insécurité actuelle qui règne dans la région du Sahel, plus particulièrement dans la zone du bassin du lac Tchad, le gouvernement envisage l’installation d’une base aérienne pour augmenter la capacité de riposte des forces armées nigériennes » souligne un communiqué du conseil des ministres publié sur le site de la présidence. Cette base, la BA-501, sera créée sur une superficie de 32 km2 dans la région de Diffa, riveraine du lac Tchad devenu un repaire des djihadistes, selon le texte qui ne précise pas la date de début de sa construction, ni son coût. C’est la première base du genre qui sera installée dans cette zone, enclavée et aride, théâtre depuis six ans d’attaques meurtrières de Boko Haram et du groupe État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWAP). La ville-garnison de Diffa, capitale régionale, a également été plusieurs fois attaquée depuis 2015 par des djihadistes, faisant plusieurs morts. La région de Diffa abrite selon l’ONU 300 000 réfugiés nigérians et déplacés, fuyant depuis 2015 les exactions des djihadistes. Dans l’ouest, la région de Tillabéri, dans la zone des trois frontières entre Niger, Mali et Burkina Faso, ainsi que la région de Tahoua proche du Mali, sont régulièrement attaquées par des groupes armés djihadistes affiliés au groupe État islamique et à Al-Qaïda. Dans sa lutte contre les djihadistes armés, le Niger bénéficie du soutien de plusieurs pays occidentaux, dont la France et les États-Unis qui y ont des bases militaires, l’Allemagne y disposant d’une base logistique. Grâce à un soutien de l’Allemagne, le Niger a inauguré mi-juillet à Tillia, dans la région de Tahoua, un centre d’entraînement de ses forces spéciales anti-djihadistes. Le 21 mars, plusieurs localités, hameaux et campements de Tillia, avaient été attaqués par des hommes armés qui ont tué 141 personnes, selon un bilan officiel.

(Africa Radio, le 06-08-2021)

Au Burkina Faso, au moins trente personnes ont perdu la vie mercredi dans plusieurs attaques dans le Sahel. Des attaques attribuées aux groupes terroristes par le gouvernement alors que le pays célébrait ce 5 août le 61e anniversaire de son accession à l’indépendance. Selon le ministère de la Défense plusieurs attaques simultanées ont été lancées, mercredi, contre les populations des villages de Dambam, Guevara et Tokabangou, des localités du Sahel. Onze civils y ont été tués. Alertées, les autorités ont décidé d’envoyer des renforts. Une unité du détachement militaire de Markoye, dans la province de l’Oudala près de la frontière avec le Niger, et des VDP ont été immédiatement déployés pour sécuriser les populations attaquées, assure le ministre délégué à la Défense. Au cours des opérations l’unité a été prise à partie vers 16 heures dans les environs du village de Tokabangou, a affirmé le ministère, précisant que quinze militaires et quatre VDP ont été tués. Cette attaque est significative et symbolique pour le pays en ce jour du 5 août, jour d’indépendance.

(La voix de l’Amérique, le 06-08-2021)

Au moins vingt-quatre militaires tchadiens ont été tués et plusieurs blessés, mercredi, dans une attaque de Boko Haram dans la région du lac Tchad, en proie à de nombreuses incursions de djihadistes, a déclaré, jeudi à l’AFP, le sous-préfet de la région. « Les éléments de retour d’une patrouille se reposaient quand ils ont été attaqués par Boko Haram » a déclaré Haki Djiddi, précisant que vingtquatre militaires ont été tués, plusieurs ont été blessés et d’autres militaires se sont éparpillés dans la nature. L’attaque, qui a eu lieu sur l’île de Tchoukou Telia, à 190 kilomètres au nord-ouest de N’Djamena, a été confirmée à l’AFP par le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, qui a refusé de communiquer un quelconque bilan. Le lac Tchad est une vaste étendue d’eau et de marécages parsemée d’îlots habités dans l’ouest, dont certains sont des repaires du groupe nigérian Boko Haram ou de sa branche dissidente, l’État islamique en Afrique de l’Ouest — ISWAP, selon l’acronyme en anglais. Les autorités tchadiennes appellent indifféremment Boko Haram ces deux groupes, qui y attaquent régulièrement l’armée et les civils.

(Africa Radio, le 05-08-2021)


ACTIVITÉS DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT


 

Le Premier ministre Andrej Babis a demandé à la Chambre des députés de convoquer sa commission de sécurité pour discuter de la nouvelle direction du Service de renseignement et de contre-espionnage tchèque (BIS). L’information a été communiquée, ce lundi, par le chef du gouvernement, à l’issue de sa rencontre avec le président de la République Milos Zeman. Le chef de l’État reste très critique à l’égard du travail du service de renseignement et notamment de son directeur actuel Michal Koudelka que Milos Zeman a refusé à plusieurs reprises d’élever au rang de général. Michal Koudelka dirige le service de renseignement depuis 2015. Son mandat prendra fin à la mi-août. S’il n’est pas reconduit à son poste, son successeur sera désigné par le nouveau gouvernement issu des élections législatives d’octobre prochain. La commission parlementaire de sécurité devrait en discuter ce vendredi.

(Radio Prague international, le 03-08-2021)

Un diplomate estonien a été déclaré, ce 3 août, persona non grata par Moscou. Cette expulsion intervient un mois après celle du consul général d’Estonie à Saint-Pétersbourg en lien avec une activité incompatible avec son statut diplomatique, laquelle a été suivie par la déclaration comme persona non grata d’un employé de l’ambassade de Russie à Tallinn. Dans un communiqué, la diplomatie russe a tenu à rappeler qu’elle avait déjà promis à l’Estonie une réponse imminente après la prise en flagrant délit du consul en question alors qu’il mettait en place une opération d’espionnage. « Or, nos appels n’ont pas été entendus et le 15 juillet, le ministère estonien des Affaires étrangères a déclaré persona non grata un employé de l’ambassade de Russie en Estonie ». En lien avec cela, l’ambassadeur d’Estonie en Russie Margus Laidre a été convoqué ce 3 août. Il a reçu une note de protestation laquelle indique que, sur le principe de réciprocité, un employé de la mission diplomatique estonienne à Moscou est déclaré persona non grata. Il lui est prescrit de quitter le territoire russe dans un délai d’une semaine » poursuit Moscou. La diplomatie russe a appelé ses partenaires estoniens à ne pas aggraver cette situation tendue par leurs propres actes. Sinon, elle promet une réponse décisive, dont la partie estonienne sera entièrement responsable. Bien que Tallinn ait qualifié l’interpellation du consul d’Estonie à Saint-Pétersbourg, Mart Lätte, d’illégale et provocatrice et les accusations portées contre son consul d’infondées, Moscou a insisté sur le fait qu’il a des preuves irréfutables des activités illégales du consul. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova a appelé l’Estonie à ne pas présenter la situation relative au consul sous un faux jour. « Nous considérons la position de Tallinn comme extrêmement cynique, car il existe des preuves irréfutables des activités illégales de ce diplomate estonien, qui, comme vous le savez, a été pris en flagrant délit » a-t-elle ajouté.

(Radio Sputnik, le 03-08-2021)

Trois des quatre activistes inculpés de la ville sud-coréenne de Cheongju ont été placés, ce lundi, en détention provisoire pour violation de la loi sur la sécurité nationale, une loi anti-communiste. Ils sont soupçonnés d’avoir mené une campagne contre les achats par la Corée du Sud d’avions de chasse américains, et agi sur ordre de P’yongyang. Quatre jours plus tard, les détails liés aux chefs d’accusation contre eux sont connus. Les trois activistes sont poursuivis pour crime d’espionnage stipulé par l’article 4 de la loi sur la sécurité nationale. Le degré le plus sévère au regard de la loi. Il est appliqué aux membres d’organisations qui agissent contre l’État ou à ceux qui reçoivent des instructions, avant d’effectuer une mission donnée. La condamnation peut aller jusqu’à la peine capitale ou à la réclusion à perpétuité. Le mandat d’arrêt demandé par les services secrets et la police contre les quatre activistes fait aussi état du fait que ceux-ci ont rencontré à plusieurs reprises des agents nord-coréens, en 2017, dans des restaurants et des cafés en Chine, et touché de leur part plus de 20 000 dollars en argent liquide. Les accusés nient en bloc les faits. La police poursuit ses enquêtes pour savoir si leur campagne a bien été lancée à la demande de P’yongyang. Cette campagne consistait, notamment, à s’opposer aux achats par Séoul d’avions de chasse américains F-35A et à livrer au Nord un million de plants de châtaignier.

(KBS World Radio, le 06-08-2021)

 


MILITAIRE


 

Des troupes de l’armée arménienne ont ouvert le feu sur les positions azerbaïdjanaises dans la République autonome de Nakhitchevan. Dans une déclaration, le ministère azerbaïdjanais de la Défense indique que le feu avait été ouvert depuis les positions situées près du village d’Arazdeyen de la province de Vedi en Arménie vers les positions azerbaïdjanaises dans les zones résidentielles d’Hyderabad de la province de Sederek à Nakhitchevan vers 03h27 heure locale. Les tirs n’ont fait aucune victime parmi les soldats azerbaïdjanais et la partie azerbaïdjanaise a riposté par des tirs de représailles. L’armée arménienne a violé le cessez-le-feu dans la même direction hier.

(La voix de la Turquie, le 02-08-2021)

L’Allemagne a annoncé le départ de la frégate Bayern pour un voyage d’entraînement de plusieurs mois dans les océans Indien et Pacifique. C’est la première mission depuis près de vingt ans dans le bassin indo-pacifique. Le navire de guerre et ses 232 soldats passeront sept mois dans la zone maritime située entre la Corne de l’Afrique, l’Australie et le Japon. Les opérations ont été lancées en présence de la ministre fédérale de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer. Celle-ci a annoncé que l’engagement de l’Allemagne dans la zone indo-pacifique ne signifie pas être contre quelque chose ou quelqu’un, mais de défendre quelque chose ensemble. L’objectif est de prévenir d’éventuels conflits de manière pacifique avec les partenaires.

(Deutsche Welle, le 02-08-2021)

Les autorités militaires ont déclaré, aujourd’hui, qu’afin d’améliorer la puissance de combat des chasseurs taïwanais AIDC F-CK-1 Ching-Kuo (ou IDF), le nouveau type de missile air-air à moyenne portée, le Sky Sword II, développé par l’institut national Chung-shan, sera produit en série. L’institut a annoncé que l’évaluation de combat des missiles est achevée. De surcroît, la portée des missiles passera de 60 kilomètres à 80 kilomètres. Ces missiles doivent contribuer à dissuader les activités des avions militaires chinois dans les zones du détroit de Taïwan. L’IDF est le chasseur principal de l’armée de l’air pour faire face aux intrusions dans la zone d’identification aérienne (ZIDA) dans le sud-ouest de Taïwan. Ils sont stationnés à Tainan, Taichung ou à Penghu.

(Radio Taïwan international, le 03-08-2021)

Face à l’avancée des taliban des exercices militaires débutent ce jeudi près de la frontière avec l’Afghanistan. Un exercice militaire qui se déroulera avec la participation de forces russes : 2 500 soldats et 500 unités militaires devraient participer à la manœuvre conjointe avec le Tadjikistan et l’Ouzbékistan jusqu’au 10 août.

(Deutsche Welle, le 05-08-2021)

Les soldats des États-Unis et de l’Indonésie ont entamé ce qu’ils qualifient de plus grand exercice militaire conjoint jamais réalisé entre les deux pays. Une cérémonie d’ouverture a eu lieu mercredi, marquant le début de l’exercice. Il durera deux semaines et aura lieu sur trois grandes îles indonésiennes, dont Kalimantan. De tels exercices conjoints entre les deux pays ont lieu chaque année depuis 14 ans. Cette année, plus de 3 700 soldats des deux nations y participent, l’occasion pour les deux pays de souligner la force des liens qui unissent l’Indonésie et les États-Unis. L’Indonésie désigne les eaux au large des îles Natuna, dans la partie sud de la mer de Chine méridionale comme sa zone économique exclusive, alors que Pékin revendique la souveraineté sur la quasi-totalité de cette mer. L’administration du président américain Joe Biden se fait plus présente en Asie du Sud-Est. L’objectif pour elle est de contenir les activités de Pékin en mer de Chine méridionale notamment. Washington a alloué une enveloppe de 3,5 millions de dollars à l’Indonésie, pour que le pays puisse construire un camp d’entraînement naval cette année. Un exercice conjoint des marines des deux pays est prévu pour cet automne. Dans le même temps, l’Indonésie ménage la Chine puisqu’elle a organisé un exercice militaire conjoint avec la marine chinoise aux mois de mai et de juin. Djakarta souhaite maintenir un équilibre entre Pékin et Washington.

(Radio Japon international, le 05-08-2021)

Le premier porte-aéronefs entièrement conçu et réalisé en Inde a débuté mercredi ses essais en mer. Construit dans un chantier naval de la ville de Kochi, dans le sud du pays, le Vikrant a appareillé mercredi, a annoncé le ministère indien de la Défense. Le Vikrant déplace 40 000 tonnes et mesure 262 mètres de long. Il est équipé d’un pont d’envol incliné. Il entrera en service en 2022. Le Premier ministre indien, Narendra Modi, entend stimuler la production nationale de matériel de défense dans le cadre de l’initiative « Fabriqué en Inde ». Environ 75% des matériaux utilisés pour assembler le Vikrant ont été produits localement. Le ministre de la Défense, Rajnath Singh, a qualifié les premiers essais en mer de moment de fierté pour l’Inde. La Chine a renforcé sa présence dans l’océan Indien dans le cadre de son initiative dite des Routes de la soie. Les sous-marins chinois ont accosté dans des ports du Sri Lanka, pays voisin de l’Inde. La marine indienne construit plus de 40 navires, en dehors des porte-aéronefs, en utilisant des infrastructures locales. Elle le fait pour renforcer ses moyens, en tenant compte des développements maritimes croissants de la Chine.

(Radio Japon international, le 05-08-2021)

L’Administration sud-coréenne chargée des marchés publics de la défense, connue sous le nom de DAPA, a entériné, hier, trois plans d’envergure. Le premier consiste à développer, par ses propres recherches, un quatrième modèle de navire d’escorte de classe Ulsan dans le cadre du projet Batch-IV, du nom d’une série d’unités de construction de la même catégorie de navire. Batch-I a été lancé en 2006 et s’est achevé dix ans plus tard. Pendant cette période, des vaisseaux de 2 500 tonnes ont été développés et construits. Batch-IV vise à remplacer les escorteurs et les patrouilleurs vétustes et à faire l’acquisition de navires plus modernes et performants. Coût de l’opération : 3 510 milliards de wons (2,587 milliards d’euros). Ce budget sera débloqué entre 2023 et 2032. Le deuxième plan approuvé, hier, prévoit celui-ci de confier à des entreprises privées du secteur de l’armement, et non plus à l’Agence pour le développement de la défense (ADD) le projet d’amélioration des performances des torpilles légères d’attaque. Ce projet nécessitera quelque 430 milliards de wons (317 millions d’euros) entre 2020 et 2036. Enfin, le dernier plan porte sur l’établissement d’un réseau numérique de l’information et de la communication tactiques de l’armée à l’horizon 2025.

(KBS World Radio, le 05-08-2021)

Malgré le fait que de plus en plus de voix s’élèvent dans le camp du pouvoir pour un report des manœuvres militaires conjointes sud-coréano-américaines, les autorités militaires des deux pays envisageraient de les faire comme prévu dans le courant du mois. Toutefois, en raison de la situation du Covid-19, leur ampleur devrait être réduite. Le porte-parole du ministère de la Défense en a fait part aujourd’hui lors de sa réunion préparatoire régulière, indiquant que les deux alliés n’en avaient pas encore déterminé les modalités et qu’ils étaient en concertation étroite sur le sujet puisqu’ils devaient tenir compte de différents facteurs tels que la propagation de la pandémie. D’après plusieurs sources, les armées sud-coréenne et américaine projetteraient de lancer des exercices préparatoires entre le 10 et le 13 août et les manœuvres du commandement conjoint (21-2 CCPT) du 16 au 26 août. Avant cela, le président de la République a demandé, hier, au ministre de la Défense Seo Wook de discuter de ce dossier prudemment avec le côté américain en prenant en compte ces divers facteurs.

(KBS World Radio, le 05-08-2021)


CYBERESPACE


 

La cyberattaque contre le site de la région de Rome est toujours en cours. « La situation est très grave » a déclaré hier le président du Latium Nicola Zingaretti. Cette attaque lancée depuis l’étranger dans la nuit de samedi à dimanche a notamment mis à l’arrêt les réservations de vaccination contre le coronavirus.

(Radio Vatican, le 03-08-2021)


ARMEMENTS


 

L’administration américaine du président Joe Biden a approuvé une vente d’armes à Taïwan, témoignant ainsi de sa volonté de continuer à soutenir ce pays face à la pression militaire croissante de la Chine. L’administration Biden a déclaré mercredi qu’elle avait informé le Congrès de la conclusion d’un contrat d’une valeur de 750 millions de dollars prévoyant la vente d’obusiers automoteurs et d’équipements connexes. Selon les autorités taïwanaises, il s’agit de la première annonce de ventes d’armes à Taïwan par l’administration Biden. L’administration de l’ancien président Donald Trump avait déjà décidé d’une série de ventes d’armes à Taïwan, intensifiant ainsi la pression sur la Chine. En guise de représailles, la Chine a annoncé des sanctions contre les entreprises impliquées dans ces ventes d’armes. Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a salué la décision de Washington dans un communiqué rendu public jeudi. Le texte indique que cette décision montre que les États-Unis attachent une grande importance aux capacités de défense de Taïwan et prévoient de poursuivre leur politique de fourniture régulière d’armes au territoire.

(Radio Japon international, le 05-08-2021)

Le gouvernement américain a annoncé, mercredi, avoir approuvé la vente de 40 canons automoteurs Paladin M109A6 ainsi que des équipements liés à ces derniers, pour un coût total de 750 millions de dollars américains, soit environ 634 millions d’euros. Dans un communiqué, l’Agence de la défense pour la sécurité et la coopération (Defense Security Cooperation Agency – DSCA), qui dépend du département de la Défense, a indiqué avoir notifié le Congrès de la vente mercredi après son approbation par le département d’État. L’Agence de la défense pour la sécurité et la coopération a précisé que la vente permettrait de contribuer à la modernisation de la flotte de canons automoteurs de Taïwan, améliorant sa capacité de répondre aux menaces actuelles et futures tout en renforçant l’interopérabilité de l’armée taïwanaise avec l’armée américaine et ses autres alliés. Elle a également précisé que le pack comprenait 40 canons automoteurs Paladin M109A6 ainsi que 20 tracteurs d’artillerie et de logistique en munitions pour les canons automoteurs M109, un système de données tactiques d’artillerie de terrain avancé (Advanced Field Artillery Tactical Data System – AFATDS), cinq chars de dépannage Hercules M88A2, cinq fusils-mitrailleurs M2 Chrysler Mount et 1 698 kits de guidage de précision (Precision Guidance Kits – PGK), des pièces d’équipement d’appoint qui s’attachent à des projectiles traditionnels et permettent d’en corriger la trajectoire en vol. Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a salué la décision, soulignant qu’il s’agissait de la première vente d’armes américaines à Taïwan de la présidence Biden et que le contrat à venir s’inscrivait dans une politique de normalisation des ventes d’armes américaines à Taïwan menée depuis plusieurs années.

(Radio Taïwan international, le 05-08-2021)

Télécharger la version PDF de RENSEIGNOR 1191

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BOUTIQUE TB

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB