« C’est par la résolution plus que par le nombre des hommes que se décide l’issue des guerres. Nous disposons d’une force qui n’est pas négligeable, car nous voici réunis au nombre de deux mille et nous sommes bien à couvert en ce lieu qui devra être notre base pour porter des coups à l’ennemi, soit …

C’est dans le contexte des guerres napoléoniennes, et plus précisément à l’occasion de la guerre de résistance espagnole contre l’occupation française, entre 1808 et 1813, que va émerger pour le juriste politique allemand Carl Schmitt (1888-1985) la figure conceptuelle du « partisan » moderne, à savoir d’un « soldat irrégulier » pensé en tant que tel; à cette occasion, …

Conséquences de la négation de l’ennemi Il ne faudrait pas jeter la pierre au seul marxisme par exemple, car, par certains côtés, il est un enfant du libéralisme dont l’un des principes essentiels est justement la négation de l’ennemi politique pour ne laisser subsister que les concurrents économiques. Il n’est pas nécessaire de refaire, ici, …

L’intelligence du non-danger. Conscience exacte des risques courus. L’amour des situations risquées. L’amour de l’effort. La volupté de s’affirmer. Exécuter ce qu’interdit l’ennemi. Le besoin de s’estimer. L’amour de l’inconfort. Le fait d’être heureux en raison des dangers courus, de la vie dure. La joie de faire du mal à l’adversaire. La joie de lui …

Terroriser l’adversaire. Chacun a ressenti lors du drame du 13 novembre dernier que la stratégie de l’effroi est au cœur de la guerre que Daesh mène désormais contre la France, notamment contre elle. Cette stratégie appelle chez nous tous une résistance à la tentation de la peur qui serait le succès de l’ennemi, et en …

Jean-Yves LE DRIAN (p 10) : « (…) nous n’attaquons que lorsque nous sommes attaqués : c’est une position éthique, politique ; c’est aussi une obligation juridique ; et lorsque les démocraties s’éloignent de ce principe, cela donne le désastre de 2003 que j’ai évoqué il y a quelques instants« . Un argument qui dénonce également (sans …

Avec :  Jean-François Kervégan, professeur de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne ; depuis 2007, il est membre senior de l’Institut Universitaire de France et vice-président de la Société Internationale des Etudes hégéliennes

Lutter contre la branche radicalisée de l’islam permet au président de la République de continuer à « civilianiser » les moyens coercitifs de la République tout en affaiblissant une capacité juridique issue de l’histoire et de l’expérience de l’Etat pour  faire face à des menaces majeures. Modifier les articles 16 et 36 de la Constitution reste une …

Une pensée pour nos camarades aviateurs décédés en Espagne Sans aucun doute. Hier, le tocsin (Cf. Wikipedia) avertissait les villageois d’une menace imminente. L’ayant négligé depuis longtemps, ne sachant même plus reconnaître son signal, ne voulant pas l’écouter dans la tranquillité quotidienne d’une société anesthésiée, la menace s’est réalisée si intensément que désormais le tocsin …