mercredi 24 avril 2024

Pascal PECCAVET

Ancien pilote d'hélicoptère sur Gazelle au sein de l’aviation Légère de l’armée de Terre (ALAT) pendant 18 ans cumulant 2 500 heures de vol. Ancien combattant de la guerre du Golfe et de la Somalie. Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation nationale. Adjoint gestionnaire d’un établissement scolaire. Commissaire aux Armées de Réserve (en attente d'affectation). Membre de l’Union Nationale des Combattants de Saint-Paul-lès-Dax (Landes). Historien chercheur pour l'ECPAD. Historien "War Studies". Spécialiste de la guerre d’Indochine. A rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en janvier 2024.

Présentation

Vous n’aurez dans cette présentation aucune accusation aucun « y avais qu’a, on aurait dû, c’est la faute de ». Je n’incrimine personne, ni du côté politique ni du côté militaire. Les procès et les nombreux livres depuis 1954 ont détaillé plus ou moins les responsabilités des uns et des autres, suivant les sensibilités politiques des auteurs et leur histoire.

Je ne juge ni l’armée française ni le Vietminh.

Je ne raconte que l’histoire brut, tactique, technique, militaire, sombre et glorieuse, minute par minute, de ces combattants dans ce « Verdun indochinois ». 57 jours de fureur dans « 170 jours de Dien Bien Phu » comme l’a écrit Erwan BERGOT, bataille dans la guerre d’Indochine, guerre d’Indochine dans la guerre froide. 

Je vous livre ici un journal de marche dans son acception la plus militaire, minute par minute, jour par jour, mais contrairement à beaucoup de documents édités qui ne traitent que d’une unité, nous engloberons toutes les unités : des troupes au sol à l’armée de l’Air et même la Marine, en passant par le service de santé et la logistique dans une vaste chronologie ; des premières troupes parachutées le 20 novembre 1953 à la chute le 8 mai 1954. Nous pousserons un petit peu jusqu’à la libération des prisonniers et ses conséquences. 

Chaque jour, à compter du 13 mars, vous suivrez, jour par jour, les combats comme dans un état-major de Hanoï. Vous recevrez les comptes rendus des combats de la nuit, des parachutages, l’inventaire des morts, des blessés, l’état du matériel, de l’armement les missions de l’aviation, etc.

Sur les 14 014 hommes et femmes officiellement présents à Diên Biên Phu le 7 mai,  2 293 sont morts ou disparus pendant la bataille dont 298 entre le 5 et le 7 mai. 11 426 soldats, valides ou blessés ont été capturés par le Vietminh, 858 gravement blessés ont été remis aux troupes françaises quelques jours après la fin de la bataille ainsi que 26 personnels sanitaires. Pour les autres, ce sont des centaines de kilomètres à pied, plus de 70 % décédèrent pendant leur marche vers les camps ou, une fois en captivité, de sous-alimentation, de mauvais traitements, d’absence de soins, dans des régions propices à toutes sortes de maladies, ou bien furent exécutés sommairement. Seulement 3 290 reviendront.  

C’est pour tous ces hommes que je témoigne.

 

Pascal PECCAVET

 


Nota Bene Theatrum Belli : La mise en ligne du journal de marche débute réellement le 20 novembre 2023 mais comme cela nécessite un gros travail, tous les journaux ne sont pas encore en ligne entre la période du 20 novembre et du 13 mars. Cela se fait progressivement. Merci pour votre compréhension. Cette rubrique exceptionnelle de Pascal PECCAVET sera enrichie au fur et à mesure pour en faire un outil mémoriel incontournable sur cette funeste bataille qui a marqué notre histoire contemporaine.

Stéphane GAUDIN


 

DIÊN BIÊN PHU

Journal de marche (20 novembre 1953 - 7 mai 1954)

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 23 avril 1954

Nuit du 22 au 23 avril Opération de nettoyage des tranchées vers HUGUETTE 1 en...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 22 avril 1954

Nuit du 21 au 22 avril GONO : envisage parachutage renfort personnel sur ISABELLE dès que...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 20 avril 1954

Prévision parachutages de personnels prévu : 5 C-47, premier décollage soit : 19/04 à 19 h...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 18 avril 1954

Nuit du 17 au 18 avril Carrefour tranchée VM et Drain alerte à l’Est du...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 17 avril 1954

Nuit du 16 au 17 avril Prévision de parachutage du soir - effectifs vers vous...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 16 avril 1954

Nuit du 15 au 16 avril Mouvements VM à l’Est de ELIANE 2 rassemblement en...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 15 avril 1954

Nuit du 14 au 15 avril Harcèlement et contre-batterie par 2 et par 4 pièces....

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 14 avril 1954.

Nuit du 13 au 14 avril Harcèlement des CR de Diên Biên Phu et ISABELLE....

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 13 avril 1954

Nuit du 12 au 13 avril ISABELLE : harcèlements mortiers. Bilan journée du 12 - Attaque ELIANE...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 11 avril 1954

Nuit du 10 au 11 avril Sur ELIANE 1 : contre-attaque Viet Minh. En cours d'installation...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 10 avril 1954

Nuit du 9 au 10 avril Helldiver verticale Castor 9 500 pieds - objectif ELIANE...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 9 avril 1954

Nuit du 8 au 9 avril Largage de personnel retardé par orage. Patrouilles autour d’ISABELLE...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 8 avril 1954

Nuit du 7 au 8 avril Transfert des blessés vietminh à Ban Pape. L'échange des...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 7 avril 1954

Nuit du 6 au 7 avril Le PC GONO demande l'envoie de 3 chefs de...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 6 avril 1954

Nuit du 5 au 6 avril Légers harcèlements sur l’ensemble de la position. Harcèlement de la...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 5 avril 1954

Une attaque VM stoppée dans les barbelés semble surtout pour objet la mise en...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 4 avril 1954

Nuit du 3 au 4 avril Attaque sur HUGUETTE 6 déclenchée. par le 165e Régiment...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 3 avril 1954

Nuit du 2 au 3 avril Situation GONO : Vivres : 3 jours de rations conditionnées. Munitions : Artillerie...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 2 avril 1954

Nuit du 1er au 2 avril Nuit noire. L'équipe lance flamme du I/2e REI arrive sur...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 1er avril 1954

Nuit du 31 mars au 1er avril Une forte préparation d'artillerie ennemie annonce que les ...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 31 mars 1954

Nuit du 30 au 31 mars DOMINIQUE 1 et 2, ELIANE 1, 2 et 4...

Rapport du capitaine Belmont à Diên Biên Phu, 16 juillet 1955

Remerciement à Ivan Cadeau pour la mise en ligne de ce document historique sur...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 30 mars 1954.

Nuit du 29 au 30 mars 1er BEP - Base arrière : Un détachement de...

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 29 mars 1954

Nuit du 28 au 29 mars Dans la nuit le VM poursuit ses travaux autour...

Situation générale

 

  • La France est en Indochine depuis 1858.
  • Les Japonais envahissent l’Indochine en septembre 1940 mais un accord passé avec le gouvernement de Vichy, le 16 mai 1941, permet une occupation calme malgré la présence de troupes japonaise, le versement d’avantages en nature et d’importantes concessions minière.
  • Le 9 mars 1945, les Japonais sentant la chute, attaquent par surprise les troupes françaises en Indochine et en massacrent une partie. L’armée et l’administration française sont anéanties.
  • Capitulation japonaise le 2 septembre 1945.
  • Proclamation de l’indépendance de l’Indochine par Ho Chi Minh aidé par les Japonais.
  • La guerre d’Indochine commence le 20 novembre 1946 par le bombardement de Haiphong.
  • La guerre froide commence en 1947.
  • La guerre de Corée commence en 1950.

 

1952

  • Octobre : Offensive Viêt Minh en pays thaï.
  • 16 octobre et le 30 novembre : Pont aérien de Na San pour acheminer 15 000 hommes (11 bataillons), 6 batteries d’artillerie, 2 500 tonnes de fret et 125 véhicules.
  • Novembre : Installation de la base de Na San.
  • Du 28 octobre au 14 novembre : Opération Lorraine avec trois groupes mobiles (GM1, GM3 et GM 4 et un groupe aéroporté).
  • 23 novembre, 20 h : Attaque de Na San.
  • 4 décembre : Le camp retranché a résisté. Giap admet sa défaite et retire ses divisions.

 

1953

  • 5 mars : Mort de Staline.
  • 8 mai : Le général Navarre est nommé au poste de Commandant en chef, en remplacement du général Salan.
  • 21 mai : Chute du gouvernement René Mayer.
  • 27 juin : Début du premier gouvernement Laniel.
  • 2 juillet : L’Assemblée nationale vote par 606 voix contre 0 la constitution d’une commission d’enquête parlementaire sur le trafic des piastres indochinoise.
  • 8 juillet : L’Assemblée nationale vote des pouvoirs spéciaux au gouvernement Laniel (329 voix contre 277) lui permettant de légiférer par décret-loi dans le domaine économique pour réduire le déficit public qui devient abyssal avec le financement des opérations militaires extérieures et la crise économique. Ce vote sera à l’origine d’une des plus grandes crises sociales de la IVe République.
  • Manifestation du 14 juillet 1953 : 7 morts par balle, dont 6 Algériens, Place de la Nation à Paris, lors de la manifestation contre le colonialisme en Algérie.
  • 17-19 juillet : Opération Hirondelle dans la guerre d’Indochine.
  • 24-26 juillet : Bataille du fleuve Samichon, échec de la dernière attaque chinoise en Corée.
  • 27 juillet : Fin de la guerre de Corée. Signature de l’armistice de Panmunjeom, sur la ligne de démarcation entre les représentants de l’ONU, ceux de la Chine et de la Corée du Nord, qui marque la fin de la guerre de Corée. La Corée du Sud s’oppose au texte qui reconnaît la partition.

Accroissement de l’aide sino-soviétique au Việt-minh à la fin de la guerre de Corée. Les masses d’armement et de munitions abandonnée par les Etats Unis au nord du 28e Parallèle vont approvisionner les troupes Vietminh et former des division de guerre au format Chinois. Les Division sont formées en Chine à la frontière nord du Tonkin.

C’est le passage de la contre insurrection à la guerre de haute intensité.

Jusqu’alors les troupes Vietminh s étaient majoritairement  contentées d’un assaut par surprise puis d’un replis dès que la situation devenait plus complexe et que le rapport de force n’était plus à leurs avantages.

Pour Diên Biên Phu, les troupes du Viêt-minh s’annoncent ouvertement et s’installent sous les remparts de l’ennemi.

Nous entrons dans une guerre de siège d’un modèle médiéval.

  • 28 juillet : Début de l’opération Camargue sur la côte annamite dans la guerre d’Indochine
  • 6 août : Loi n° 53-681 portant amnistie est un texte législatif français de 47 articles portant amnistie de certaines infractions commises durant la Seconde Guerre mondiale.
  • Août : Évacuation de Na San. Déjà, il est question de se déplacer et de reprendre Diên Biên Phu.
  • Septembre-octobre : Opération Brochet dans la guerre d’Indochine
  • 15 octobre : Début de l’opération Mouette dans la guerre d’Indochine
  • 9 novembre : Indépendance du Royaume du Cambodge, obtenue pacifiquement par le roi Norodom Sihanouk dans le cadre de l’Union française
  • 20 novembre : Début de l’opération « Castor » pour l’occupation de Diên Biên Phu.

 

Pourquoi avoir choisi Diên Biên Phu ?

Le choix n’est pas nouveau, déjà l’étude a été réalisé par l’état-major de Hanoi avant la rétraction de Na San, en début 1953, d’organiser la reprise de Diên Biên Phu et l’abandon de Lai Chau afin d’y déplacer les troupes.

Pourquoi avoir choisi cette cuvette située à 250 km de Hanoï, dans le haut pays Thaï, à la frontière du Laos ?

  • Parce que c’est la seule zone dans la région qui permet l’implantation d’un terrain d’aviation utilisable par les Dakota et autres avions, mais aussi l’implantation de troupes pour un rayonnement régional. Laï Chau, plus au nord, est trop enclavé dans la montagne et sa piste trop fragile et complexe pour être maintenue.
  • Parce que c’est la route de passage depuis la Chine pour les troupes Vietminh vers le Laos et que Diên Biên Phu doit être un verrou sur la route de Luang Prabang.

Le Laos et son obligation de défense : Évoqué dans la lettre de mission du général Navarre mais jamais confirmé ni infirmé dans les réunions parisiennes lors de la présentation du plan Navarre. Le général Navarre est chargé de trouver une porte de sortie honorable de la guerre d’Indochine.

Le général Giap considère la situation du général Navarre comme un piège. Deux options s’offrent à lui : protéger le Laos ou protéger le Delta du Tonkin.

Dans l’option de barrer la route du Laos la plaine de Diên Biên Phu s’impose comme une base de rayonnement des unités. Mais déjà des voix s’élèvent signalant que l’on ne peut stopper le ruissellement Vietminh. La seule solution est de créer un point bas, une bassine, pour recueillir et stocker l’eau. Mais le problème est que la bassine peut se remplir très vite et noyer les troupes.

D’autres voix alertent également sur l’éloignement du camp retranché de ses bases même pour l’aviation qui est le seul mode de ravitaillement des unités déployées.

Diên Biên Phu se retrouve abcès de fixation de plusieurs divisions Vietminh alors que son implantation n’est au début que temporaire comme le fut Na San. Sa structure tactique de défense n’est pas adaptée à recevoir un choc frontal de cette ampleur, un barrage qui cède et une lame d’eau qui vient engloutir le château de sable en bord de mer.

Pour mémoire Na san a joué son rôle de fixation et d’attrition des troupes Vietminh mais ceux-ci ont retenu la leçon.

Quant au rayonnement des troupes françaises, il a été très limité et s’est retrouvé stoppé de plus en plus près du camp retranché au fur et à mesure de l’arrivée des divisions Vietminh.

La protection du Delta tonkinois est un gouffre à unités, des implantions sous béton ou légère soutenus par de l’artillerie et nécessitant des troupes très importantes pour ouvrir les routes et renforcer les points fortifiés, attaqués jours après jours dans un jeux de chat et de souris. En arrière de cette ligne le Vietminh version insurrection est dans son élément, infiltré intégré à la population qui le nourrit et l’héberge et qui n’hésite pas à faire le coup de feu avec lui avant de revenir à ses cultures.

Les forces en présence à Diên Biên Phu : les troupes françaises atteindront 15 000 hommes face à 5 divisions vietminh regroupant 80 000 hommes et au minimum 50 000 coolies assurant la logistique des unités.

L’aérodrome est l’artère vitale du camp ; toute la logistique s’y déploie mais cette artère est fragile. Le camp retranché compte une dizaine de chars, une vingtaine de canons de 105.

 

1954

  • 16 janvier : Début de la Présidence de René Coty, (fin au 8 janvier 1959) ; fin du premier gouvernement Laniel ; début du second gouvernement Laniel.
  • 25 janvier – 18 février : Conférence de Berlin annonçant la conférence de Genève.
  • 1erfévrier : Vague de froid de l’hiver 1954. L’abbé Pierre lance un appel à la solidarité avec les sans-abris, sur les ondes de Radio Luxembourg.
  • 5 février : Encerclement de Diên Biên Phu par le Viêt-Minh
  • 18 février : Annonce de la conférence de Genève.
  • 1er mars : Tir test de la première et plus grosse bombe thermo-nucléaire à hydrogène américaine « Castle Bravo » dans l’atoll de Bikini.
  • 9 mars : Début du débat sur l’Indochine à l’Assemblée nationale. Pierre Mendès France se prononce en faveur de négociation directes avec le Viêt-minh.

Les états-majors n’imaginent pas que le Viêt-minh dispose de canons en nombre supérieur malgré les services de renseignements français qui annoncent l’arrivée d’armement lourd. Au début l’artillerie est peu présente mais elle se révèle au fur et à mesure de la bataille. À partir du 13 mars elle se dévoile complètement, écrasant les points d’appuis.

Les contre batteries françaises sont inefficaces, les batteries vietminh sont enterrées dans les montagnes totalement protégées dans des tunnels.

Dès le début de la bataille la piste d’aviation, l’artère vitale du camp est coupée. Les aviateurs vont tenter de se poser dans n’importe quelle situation au péril de leur vies en particulier pour évacuer les blessés.

Les chasseurs, les bombardiers, les avions de transports sont harcelés en permanence par une artillerie anti aérienne tout en puissance, du jamais vu en Indochine. D’anciens pilotes de la seconde guerre mondiale la compareront à la flak des bombardements de la Ruhr en Allemagne.

  • 13 mars : Début de la bataille à Diên Biên Phu.
  • 26 avril : Ouverture de la conférence de Genève : étude de la question Coréenne
  • 7 mai : Capitulation de Diên Biên Phu.
  • 8 mai : Ouverture de la conférence de Genève sur l’Indochine.
  • 3 juin : Le général Ely est nommé Commandant en chef et Commissaire général de l’Indochine.
  • 19 juin : Investiture du gouvernement Mendès France.
  • 28 juin – 4 juillet : Opération Auvergne. Les troupes franco-vietnamiennes évacuent la zone sud du delta du Tonkin (évêchés de Phat Diem et de Bui Chu) et organisent leur défense autour d’Hanoï et Haiphong.
  • 21 juillet : Accords de Genève fin de la guerre d’Indochine.
  • Nuit du 20 au 21 juillet : Accord de paix de Genève mettant fin à la guerre d’Indochine. Non signés par les États-Unis, ils reconnaissent aux communistes la moitié nord du Viêt Nam. Les Français doivent se retirer d’Indochine. Indépendance totale du Laos et du Cambodge, évacués par le Viêt-minh. Le Viêt Nam est partagé en deux États par le 17e parallèle sous réserve que des élections générales aient lieu dans les deux ans en vue d’une réunification.

 

1955 

La France quitte l’Indochine remplacée déjà par les États-Unis pour qui s’ouvre une nouvelle guerre.

La France, quant à elle, rétracte ses troupes vers l’Algérie où elles sont immédiatement engagées.