Heur et malheur du guerrier s’attache à caractériser la deuxième fonction. La force, et naturellement l’usage de la force dans les combats, n’a pas bénéficié d’une systématisation aussi complète que la souveraineté religieuse et juridique, soit par manque de réflexion de la part des théologiens responsables de l’idéologie, soit que les évènements aient contrarié la …