Manfred von Richthofen est à l’Allemagne ce que Georges Guynemer est à la France. Au-delà de l’élan patriotique qu’ils ont déchaîné, ils consacrent l’un comme l’autre l’avènement d’une race nouvelle, celle des véritables pilotes de chasse, dépassionnés, calculateurs et méthodiques. À l’inverse de son maître, Boelcke, Richthofen ne révolutionne pas le combat aérien. Ce n’est …

0 0