Faut-il croire le ministre des affaires étrangères français lorsqu’il affirme, en août 2013, au siège de l’ASEAN, que « La France, elle aussi, a engagé un « pivot », non par effet de mode, mais parce que la France veut être présente là où se construit le monde de demain. L’Asie-Pacifique sera de façon évidente …