dimanche 26 mai 2024

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 18 avril 1954

Nuit du 17 au 18 avril

20 h 50

Carrefour tranchée VM et Drain alerte à l’Est du terrain ou doit être installé le nouveau PA atteint.

22 h 00

Eléments amis en cours d’installation sur le nouveau PA du Drain.

Elément chargé de l’évacuation HUGUETTE 6 contact VM entre HUGUETTE 1 et 6.

ISABELLE : Patrouille au Sud du CR : RAS.

Pertes de la journée :

  • Isabelle : 1 tué, 7 blessés, 1 disparu.
  • Diên Biên Phu : 13 tués, 44 blessés, 1 disparu.

Évacuation d’Huguette 6 : le 1er BEP ouvre la route mais bute sur l’ennemi.

00 h 00

Elément du BEP faisant liaison avec HUGUETTE 6 pour repli de la garnison sérieusement accrochés entre 41 et 42. Le colonel LANGLAIS donne l’ordre de repli.

Harcèlement sur l’ensemble des CR de Diên Biên Phu et ISABELLE.

Parachutage prévu de 79 hommes ou gaines. Moyens aériens : 4 Dakota par sticks de 22 hommes ou gaines.

02 h 00

Commandement 3e Dakota PC – Capitaine GERDE – groupe Sénégal – décollage de Gialam.

Avion n°1 du groupe Béarn – décollage 02 h 45 de Gialam – 22 hommes du 3e REI.

Avion n°2 du groupe Sénégal – décollage 03 h 00 de Gialam – 22 hommes du 3e REI.

Avion n°3 du groupe Franche-Comté – décollage 03 h 15 Bach Mai – 22 hommes du 3e REI + 14 artilleurs.

Avion n°4 du groupe Anjou – décollage 03 h 30 de Bach Mai – 13 hommes du 2/1 RCP +1 homme du 6e BPC.

Parachutages réalisé – 53 hommes :

  • 3e REI : 7 sous-officiers + 31 hommes de troupe,
  • 2e CEML : 1 homme de troupe,
  • 13e DBLE : 1 homme de troupe,
  • Artillerie : 13 hommes de troupe.

Les chars DOUAUMONT et MULHOUSE tirent à la 12.7 pour aider le 6e BPC. 1 tir de roquette sur le bouclier du MULHOUSE.

Poursuite du harcèlement.

Opération de repli de HUGUETTE 6 se heurte toujours à de violentes réaction VM.

Le 17 avril au soir, deux compagnies du BEP et une du 6, appuyées par des chars, lancèrent une attaque de diversion dans les environs de HUGUETTE 1. Le 18 au matin, une compagnie du 5e BVPN commandée par le capitaine BIZARD, abandonne HUGUETTE 6 en direction de HUGUETTE 1, sous le feu de l’ennemi. La piste tomba aux mains de l’ennemi.

 

Le capitaine BIZARD se prépare à évacuer HUGUETTE 6 qui ne peut plus être ravitaillé ni recevoir de renfort. Une reconnaissance de 2 sections LE GALL et VENDROUX revient avec 6 blessés. Une nouvelle tranchée coupe la retraite.

Dès leur débouché vers le Nord, les troupes devant assurer le couloir de sécurité se heurtent à des réactions très violentes de mortiers d’abord, puis d’armes d’infanterie partant à la fois de l’Est et de l’Ouest.

04 h 00

Liaison non encore réalisée entre garnison HUGUETTE 6 et élément venant du Sud très violentes réaction VM.

Harcèlement continu sur l’ensemble de la position.

Mouvement suspect signalé au Nord-Est d’ISABELLE.

05 h 00

BIGEARD s’est rendu compte qu’il était trop coûteux d’établir la jonction avec HUGUETTE 6, c’est pourquoi plutôt que de faire massacrer le peu de parachutistes qui tiennent le terrain, il a obtenu de LANGLAIS qu’il fasse prévenir BIZARD qu’il était, avec ses paras et ses légionnaires, désormais en première ligne, livrés à eux-mêmes.

Évacuation d’HUGUETTE 6 : le capitaine BIZARD, patron du PA qui attend, est laissé maître de sa décision et décide de tenter une sortie. Dans le brouillard matinal, les 150 légionnaires et parachutistes vietnamiens, de la 1re Cie du BPVN, réduite à 70 hommes renforcée d’une trentaine de légionnaires qu’encadrent deux officiers rescapés d’HUGUETTE 6, foncent vers leurs amis. 300 mètres à couvrir, sur un glacis sans le moindre abri, en plein dans le champ des mitrailleuses.

Dimanche 18 avril (Pâques)

06 h 00

Réactions VM toujours aussi violentes n’ont pas encore permis de réaliser liaison avec la garnison de HUGUETTE 6 qui a entamé mouvement vers le Sud.

Pertes sérieuses de part et d’autre. La difficulté de l’opération a démontré qu’HUGUETTE 6 était depuis son dernier ravitaillement complètement encerclé par des organisations VM fortement tenues.

06 h 30

BIGEARD, lance une nouvelle attaque sur la première tranchée ennemi qui bloque le chemin vers HUGUETTE 6. La tranchée est fortement tenue.

07 h 30

Il n’insiste pas et il donne l’ordre de repli.

L’action au total a coûté cher : 17 tués, 78 blessés dont 5 officiers (MARTIN, FOURNIER, BRANDON, ROUX et STABENRATH). Heureusement, seul MARTIN est sérieusement touché. Ce qui ne l’empêche pas, après soins, de reprendre la tête de sa compagnie. L’opération de dégagement échoue. BIGEARD en informe le chef de bataillon CLÉMENÇON : HUGUETTE 6 est encerclée ; sa garnison doit tenter une sortie.

Reste à annoncer la mauvaise nouvelle au capitaine BIZARD qui attend sur HUGUETTE 6. Le commandant CLÉMENÇON qui commande les HUGUETTE lui explique : « Vous êtes libre de prendre la décision que vous jugerez utile » !

BIAZRD acquiesce, et il prend aussitôt la décision de tenter la sortie…

En 10 minutes il détruit toutes les armes qu’il ne pourra emporter.

Homme par homme, ses sections rampent hors du poste et s’alignent à 30 mètres des Viêts.

Au signal, tous bondissent en avant et franchissent en courant les tranchées ennemies.

Soixante rescapés sur les 120 qui prirent le départ se jettent dans les tranchées de HUGUETTE 1.

08 h 00

Jonction entre garnisons HUGUETTE 6 et éléments venus du Sud non encore réalisée. Renforts infanterie et chars ont été engagés. Harcèlement continu.

Parachutage personnels effectué dans de bonnes conditions.

Hanoï – Génie : 20 gradés et sapeurs volontaires pour stage para réduit sont envoyés à la BAPN pour parachutage sur Diên Biên Phu.

  • 2/3e REI : 5 sous-officiers et 45 hommes de troupe.
  • 2/13e DBLE : 5 sous-officiers et 55 hommes de troupe.
  • 2e et 3e bataillon 5e REI : 5 sous-officiers et 55 hommes de troupe.
  • 1/3e REI :  3 sous-officiers et 27 hommes de  troupe.

Les autres assaut planifiés depuis le 10 avril par GIAP sont prévus pour le 18 avril.

09 h 50

Observation terrestre en plaine est excessivement difficile, l’observation aérienne est rare (du 9 au 16 avril, 3 missions seulement. Il est indispensable que nous disposions : des périscopes demandés depuis le 13.

Disposer journellement des dernières HV missions photos, en première urgence une couverture rapprochée par HV séparés et non exploitée par la SIPA ensuite un assemblage avec exploitation.

L’opération de cette nuit a été considérablement gênée par le non remplacement immédiat des vues aériennes larguées chez le VM.

Parachutage nuit du 17 au 18 : regroupement en cours aucune casse dans les éléments déjà récupérés.

Parachutage de matériel du 17 : 3 Packet ont largué chez les VM (2 de 120 mm et 1 de 81 mm. Aucun C-119 sur ISABELLE. Nombre de torches habituelles dans les colis à petits parachutes. Pas de torches dans les 1 tonne.

La Cie 31/3 du Génie n’a plus de chef de section (pertes : 1 tué, 1 blessé).

Il est urgent de parachuter 3 chefs de section et les spécialistes.

Le 6e BPC n’a plus un seul chef de section.

Le général rappelle l’accord formel du Généchef pour 5 Dakota personnels tous les soirs.

Nécessité d’aider l’installation du nouveau PA Opéra par des bombardements intensifs de DOMINIQUE 1 et de la boucle de la Nam Youm. Seuls les chasseurs de Xieng Khouang affectés à cette mission en nombre insuffisant et ne disposant pas de 1 000 lbs.

10 h 00

BIZARD réussit à regagner HUGUETTE 1. Il a perdu 70 % de son effectif. Aujourd’hui est son anniversaire, né le 18 avril 1925 à Saint-Nazaire.


Elément de HUGUETTE 6  réussit à rejoindre HUGUETTE 1 suite à évacuation. Il a perdu 70% de son effectif.

Lieutenant Jean François.

La moitié passera. Les autres tomberont dont le lieutenant Jean FRANÇOIS du I/2e REI. Sur les quelque 300 légionnaires ou parachutistes qui ont servi sur HUGUETTE 6, 106 sont morts dont le capitaine RESTEIL et le lieutenant FRANCIS, 49 ont été blessés et 79 sont portés disparus. 66 rescapés arrivent à HUGUETTE 1 (ou 2) mais 49 sont blessés.

Le capitaine BIZARD rejoint les positions du 8e Choc et sera un des défenseur d’Opéra.

Le commandant TOURRET le mettra à toutes les sauces jusqu’à usure complète.

Capitaine BIZARD envoyé sur ELIANE 4 avec des renforts pris sur les Cie dissoutes du 5e BPVN et du 8e Choc au repos

La chute d’HUGUETTE 6 précipite celle d’HUGUETTE 1, encerclée.

Né le 18 avril 1925 à Saint-Nazaire, Alain BIZARD débute sa carrière à sa sortie de l’Ecole militaire interarmes (EMIA) de Coëtquidan en 1945 au 1er régiment de hussards. Après un premier séjour en Indochine de 1947 à 1949 au 1er régiment de chasseurs, il retourne en Indochine en février 1954 au 5e bataillon de parachutistes vietnamiens. Il combat à Diên Biên Phu aux côtés du futur général Marcel Bigeard avant d’être fait prisonnier le 8 mai 1954, lors de la chute du camp retranché. Affecté au 1er régiment de chasseurs parachutistes en août 1956, il participe à l’opération anglo-française de Suez. Il effectue ensuite plusieurs stages à Fort Bragg aux Etats-Unis où les Américains forment leurs fameux « bérets verts ». Il commande le 13ème régiment de dragons-parachutistes de Dieuze (Moselle), puis la 1ère brigade parachutiste à Toulouse avant de terminer sa carrière comme gouverneur militaire de Lille, commandant la 2ème région militaire. Grand’croix de la Légion d’honneur et de l’ordre du Mérite, le général Bizard, blessé à trois reprises, était titulaire de 18 citations, dont sept à l’ordre de l’armée. Il est décédé le 18 février 2010.

12 h 00

Tous éléments engagés dans l’opération de repli de HUGUETTE 6 et garnison de ce PA sont rentrés dans nos lignes. Bilan en cours d’établissement.

Patrouilles sur pentes ELIANE 1 et 4 signalent 80 cadavres VM non relevés provenant des combats de la nuit du 16 au 17.

Patrouilles du I/13e DBLE jusqu’à Ban Pape.

Interrogatoires de prisonniers Vietminh faits lors des combats sur HUGUETTE 6 et   BFE31, indique une crise morale qui touche les divisions viets et une grande lassitude dont certaines donnent la nette impression d’être à bout moralement et physiquement lors des combats.

14 h 00

L’artillerie VM a effectué sur notre artillerie de courtes mais très violentes concentrations mettant provisoirement 3 pièces de 105.

GIAP : C’est précisément en ces moments, que parmi nos cadres et combattants apparaissent des tendances droitières, se manifestant soit par la peur d’avoir de nombreux tués, la peur d’essuyer des pertes, d’affronter la fatigue, les difficultés, soit par du subjectivisme, la sous-estimation de l’ennemi et la suffisance. Le Bureau politique, qui a suivi de près la situation de nos forces combattantes, a estimé que les premières grandes victoires ont créé les conditions fondamentales permettant à nos troupes d’achever l’anéantissement du camp retranché.

Principalement, les références droitières restent graves et limitent en partie la portée de nos victoires.

16 h 00

Poursuite du harcèlement sur l’ensemble de la position au 105 mm et au mortier de 120. 1 pièce de 155 mise hors service par 2 coups de 105 dans l’alvéole.

Le général Navarre retourne à Saïgon (Présence à Hanoï du 15 au 18 avril). Après avoir préparé l’opération CONDOR. Le général BODET reste à Hanoï jusqu’à la fin de la bataille.

18 h 00

Création d’Opéra pour briser les lames des assauts entre HUGUETTE 1 et Epervier sous harcèlement VM.

Harcèlement irrégulier de la position visant principalement l’artillerie.

2 pièces d’artillerie de 105 endommagées.

HUGUETTE 1 : Lieutenant COUSIN blessé par un bombardement français, un tir de 105 français mal réglé. Lieutenant DESBORDES, DLO du 3/10e RAC affecté le 12 avril, est tué par éclats sur HUGUETTE 1… Plus de DLO.

Reste un officier sur HUGUETTE 1, captaine BOURGES du 1/2e REI.

HUGUETTE 1 est solide : 16 armes automatiques sous abris tirant à 40 cm du sol. Réseau barbelé 30 m de profondeur. Bombardé nuit et jour, les tranchées Viets sont arrivées au bord des barbelés.

Une relève de HUGUETTE 1 tentée de 18 h 00 à 22 h 00 est stoppée puis reprise à 06 h 30.

Pertes 8e BPC : 1 homme du rang tué, 5 hommes du rang blessés.

Mission Photo HV 443 213 clichés – 1/5 000 – Bonne – Contrôle BR.

ISABELLE : le 3/3e REI se fait accrocher par un gros élément Viet, lors du dégagement du PA Nord-Est (PA WIÈME). Il est dégagé par les chars de PRÉAUD.


26 C-47 ont décollés : un fait demi-tour, 25 larguent 504 colis. 47 sont perdus et 457 arrivent à destination. Soit un taux de réussite de 90%.

14 C-119 décollent : un fait demi-tour, 13 larguent avec de bons résultats.

210 t parachutées, dont 30 chez le Viet Minh, et seulement 20 en dépôts après ramassage. Chaque point d’appui se sert parmi les colis qui tombent à proximité.

Parachutage d’une banque de sang pour l’hôpital permettant de faire des prélèvements de sang sur les volontaires de la garnison comme le 15 avril et d’un appareil de radiographie.

Demande de parachutes à matériel auprès des forces américaines (MAAG).

Les ravitaillements de la dernière semaine sur Diên Biên Phu atteignent 220 tonnes par jour en moyenne.

Le développement prévu de la bataille va porter cette moyenne à environ 270 tonnes/ jours.

Parachutes G-12 et containers A-22 estimation 100 tonnes par jours soit tous les 10 jours 1 000 G-12 et 1 000 A-22.

Parachutes G-1A estimation 200 tonnes par jours soit tous les mois 60 000 G-1A.

L’US Navy livre à Tourane des avions Corsair AU1 à bout de souffle pour la 14F.

Pascal PECCAVET
Pascal PECCAVET
Ancien pilote d'hélicoptère sur Gazelle au sein de l’aviation Légère de l’armée de Terre (ALAT) pendant 18 ans cumulant 2 500 heures de vol. Ancien combattant de la guerre du Golfe et de la Somalie. Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation nationale. Adjoint gestionnaire d’un établissement scolaire. Commissaire aux Armées de Réserve (en attente d'affectation). Membre de l’Union Nationale des Combattants de Saint-Paul-lès-Dax (Landes). Historien chercheur pour l'ECPAD. Historien "War Studies". Spécialiste de la guerre d’Indochine. A rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en janvier 2024.
ARTICLES CONNEXES

2 Commentaires

  1. Bonjour, c’est avec beaucoup d’intérêt et de respect que je lis le journal de chaque jours de cette tragédie, puisque mon père Mr Ducloux serge alors âgé de seulement 18 ans était des vôtres Commandeur de la légion d ‘honneur en 2019, décédé en 2021, depuis ses enfants nous le pleurons car il nous manque, c’était un grand monsieur.Merci pour vos commentaires et vive la France !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB