jeudi 29 février 2024

Comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France sur la question de l’énergie

ARTICLES CONNEXES

120 Commentaires

  1. Le choix de l’Allemagne pèse lourdement sur l’avenir de l’Europe, bien que les pays de l’est vont choisir le nucléaire pour décarbonner leur mix énergétique:
    https://www.lemonde.fr/international/article/2021/09/14/angela-merkel-celle-qui-a-dit-non-au-nucleaire_6094545_3210.html

    Le gaz actuellement atteint des sommets et va faire le régal des États-Unis, de la Russie et des autres pays producteurs:
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/09/14/gaz-les-prix-atteignent-des-niveaux-jamais-vus-depuis-vingt-ans_6094586_3234.html

  2. Bonsoir,
    La transition énergétique, quelle belle machine de guerre contre la France et ce qu’il reste de sa filière nucléaire.

    Elle est verte mon énergie, c’est du gaz pour compenser les irrégularités de production des fameuses « énergies renouvelables ».

    Le gaz naturel ou de schiste, c’est écologique ?
    Comme la sauce tomate d’une pizza permet à celle-ci d’être classée comme un légume aux États-Unis.

    Engie vient de signer pour 11 ans de gaz de schiste jusqu’en 2032:
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/12/03/energie-le-discret-accord-gazier-d-engie-aux-etats-unis_6104565_3234.html

    Avec Valérie Pécresse, on a le candidat de l’Allemagne et de General Electric, pour ceux qui se souviennent des éoliennes d’Alstom où son mari était bien placé.
    https://lincorrect.org/valerie-pecresse-eoliennes-alstom-scandale-lincorrect/

    Finalement, cette élection présidentielle sera peut être bien plus animée que ce qui était annoncé.

    Cordialement.

        • « Les pays européens font face en décembre 2022 à une situation énergétique alarmante pour le maintien du niveau de vie des citoyens et pour la survie des entreprises sur leur sol, alors que le plan d’aide voté cet été par les États-Unis- l’IRA – pourrait être considéré comme de la concurrence déloyale.

          Les Européens s’inquiètent pour la compétitivité de leur économie car la facture énergétique renchérit de beaucoup leurs coûts de production.

          Le coût nouveau de l’énergie en Europe met en péril les projets de gigafactories en Allemagne ou en France. La création de valeur de la filière automobile – en l’occurrence pour l’automobile électrique – risque fortement de se réaliser ailleurs, par exemple aux États-Unis.

          L’avenir des Européens se joue ici. Le président du Conseil européen, Charles Michel, reconnait en décembre 2022 que « L’Europe est en train de s’appauvrir  », justifiant ainsi son déplacement dans une Chine secouée par des grèves et manifestations assez rares par leur ampleur dans ce pays.

          L’Union européenne vient de décider un embargo sur le pétrole russe, interdisant le déchargement de ce pétrole dans les ports européens et en imposant un prix maximal de 60 dollars le baril. Une décision qui n’allègera pas la facture énergétique en Europe, au moment où le marché européen de l’électricité a montré non seulement son inefficacité mais aussi ses effets délétères pour un pays comme la France.

          La précédente décision concernant le gaz russe n’a pas empêché les Européens d’acheter du gaz aux Azerbaidjanais, achats qui financent la guerre menée par Bakou contre l’Arménie. Bruxelles choisit de prendre des décisions, dont les conséquences économiques sont très dures pour les Européens, au nom de la morale en soutien aux Ukrainiens.

          Que doivent en penser les Arméniens ? L’Europe est toujours plus dépendante des pétromonarchies du Golfe, et de la Turquie hub énergétique, pays qui bombarde les Kurdes en Syrie et en Irak : un piège énergétique. »

          Diploweb (résumé de 2022)