mercredi 28 février 2024

Bombardements sur Gaza : ces mesures sans précédent prises par Israël pour limiter les pertes civiles

 Article rédigé en duo avec Pierre Berthelot paru dans Atlantico le 7 février 2024.

***

Atlantico : Quelle est la stratégie et quels sont les moyens déployés par Israël pour limiter les pertes civiles à Gaza dans le cadre de la guerre urbaine et qui sont sans précédent ?

Pierre Berthelot : L’armée israélienne communique et affirme avoir mis en place un certain nombre de mesures pour limiter les pertes civiles à Gaza. Les Israéliens expliquent qu’ils préviennent les populations civiles à l’avance quand ils vont cibler ou bombarder certains lieux afin qu’un maximum de civils puissent être évacués. Ils leur demandent de partir. Les civils sont avertis par exemple par SMS. Des tracts sont aussi largués par les airs et des messages sont aussi diffusés dans les médias.

Différents dispositifs sont mis en place pour essayer, dans la mesure du possible, de prévenir les civils pour limiter les pertes lors des frappes aériennes ou durant certaines interventions. Avant les attaques de l’armée israélienne, cela va permettre aux civils de fuir. Israël sera alors aussi en meilleure position car le fait de cibler des terroristes dans des zones civiles n’est pas du tout pareil au fait de les cibler dans une zone où il n’y plus uniquement que des terroristes et dans laquelle les civils ont quitté le périmètre.

Différents moyens sont donc mis en œuvre pour épargner le plus de civils à Gaza. Mais, à travers ces affirmations, le bilan des victimes civiles à Gaza reste très important. Plus de 1 % de la population gazaouie qui était présente il y a plus de trois mois est décédée et cela ne comptabilise pas les blessés.

Reste à savoir donc si ces mesures déployées sont si efficaces, notamment au regard de l’intensité des combats en zones urbaines. Le nombre important de victimes est lié à la densité de la population à Gaza et dans les sites ciblés.

François Chauvancy : En réalité, il n’y a pas beaucoup d’armées contemporaines occidentales qui ont été engagées dans des combats en zone urbaine d’une telle intensité comme à Gaza. En Irak, les Américains avaient tenté d’avertir la population via des tracts dans le cadre des opérations psychologiques. De fait, beaucoup de moyens sont utilisés par les armées occidentales aujourd’hui pour anticiper les pertes civiles et les éviter au maximum. Mais les soldats américains ou français ont été beaucoup moins confrontés à des opérations de si haute intensité dans des zones urbaines. La protection des populations civiles est intégrée dans les doctrines militaires. Les opérations doivent autant que possible limiter les pertes civiles à travers l’application du droit dans la guerre défini notamment par les conventions de Genève de 1949 et de 1977.

Je pense que les Israéliens ont parfaitement pris en considération l’objectif de protéger des civils dans une zone urbaine et densément peuplée. Ils ont intégré la menace militaire de l’adversaire se trouvant au milieu d’une zone urbaine. Dès le début de leur engagement à Gaza depuis le 7 octobre, ils ont été très clairs sur leur objectif. Ils ne souhaitaient pas frapper les populations civiles. Malgré les victimes à Gaza, il n’y a pas eu une intentionnalité première de cibler les civils. L’objectif est d’éliminer les membres du Hamas dans des zones urbaines densément peuplées à Gaza. Quand vous progressez dans un tel contexte opérationnel, Il est très difficile de ne pas causer des pertes civiles, d’autant plus quand l’ennemi combat au milieu de la population et s’est retranché dans les bâtiments civils, y compris en-dessous dans des tunnels.

L’armée israélienne a donc utilisé les moyens de communication via la radio, des tracts largués par avion. La diffusion de messages aux civils leur demandait d’évacuer les zones de combat y compris de zones apparaissant au fur et à mesure de la progression israélienne. Mais un certain nombre de civils ne veulent pas ou ne peuvent pas partir, mettant leur vie en danger. En revanche, il faut noter que le Hamas ne respecte pas les conventions de Genève en se battant au milieu des populations, en utilisant les civils comme boucliers humains pour se protéger des frappes ennemies.

Malgré le respect du droit international, malgré toutes les garanties et mesures de sûreté qu’elle veut apporter dans le conflit, une armée conventionnelle se trouve confrontée à la réalité de la guerre d’aujourd’hui. Pour atteindre l’adversaire, il lui faut combattre au milieu des civils le plus souvent en zone urbanisée. A moins que les belligérants acceptent de se battre en rase-campagne, situation bien difficile à entrevoir alors que les centres de pouvoir, logistiques… sont dans les villes et que 55% environ de la population mondiale y vit. 

Israël a donné plusieurs jours et a envoyé des avertissements aux civils pour évacuer plusieurs villes du nord de Gaza avant de lancer la principale attaque aérienne-sol contre les zones urbaines. Des pauses quotidiennes ont aussi été respectées afin de permettre l’évacuation des civils. Cela a-t-il réellement permis de sauver des vies ?

Pierre Berthelot : Sur le principe, cela permet d’épargner les civils et leur laisse le temps d’évacuer. Mais le problème fondamental auquel est confronté Israël est que le Hamas n’est pas une unité ou une armée régulière. Les membres du Hamas se fondent et « se noient » dans la population, au sein des civils à Gaza.

Le fait de laisser le temps aux civils d’évacuer pose une question du point de vue de l’efficacité militaire qui est discutable car il y a une forte chance qu’il y ait une partie des membres du Hamas qui fuient les zones de combats avec la population.

Au regard de l’évolution liée à l’intensité des combats en zone urbaine, l’armée israélienne n’a-t-elle pas changé de doctrine par rapport à la protection des civils ?

François Chauvancy :L’armée israélienne a tenu à avertir les habitants de Gaza de sa riposte après le 7 octobre. Elle a mis quinze jours à entrer dans Gaza. Durant ces deux semaines, des actions de préparation psychologique de la population civile ont été menées.

Cependant, les forces israéliennes ont dû évoluer depuis quatre mois sous la pression internationale mais surtout à celle des Etats-Unis. La guerre de l’image avec les vidéos de femmes et d’enfants blessés ou tués a eu un impact considérable également sur les opinions publiques.

Israël a donc déployé un grand nombre de mesures et de protocoles afin de limiter les pertes civiles à Gaza, en informant le mieux possible la population avant les frappes, en respectant des pauses pour les évacuations.  

Mais la question se pose aussi pour l’aide humanitaire. La vision occidentale de l’aide humanitaire en temps de guerre est qu’elle doit s’imposer aux opérations militaires avec pour effet cependant de prolonger les combats. Ce scénario tragique s’est déjà produit à Sarajevo et dans d’autres conflits par le passé. Elle est bien souvent en partie détournée par les combattants. Cela leur permet de tenir plus longtemps tune ligne de front surtout s’ils sont assiégés tout en maintenant une pression informationnelle internationale par la diffusion d’images qui suscite émotion et indignation.

De fait, ce que souligne ce conflit est la priorité donnée aux opérations militaires par Israël, donc au but opérationnel à atteindre par ses forces armées au détriment de toute action humanitaire. Or, les pays occidentaux ont pour leur part mis en priorité dans un conflit la protection des populations civiles avant les objectifs militaires d’une opération. 

L’armée israélienne a-t-elle également fait des progrès d’un point de vue de l’armement et des munitions utilisées qui visent plus directement les cibles prioritaires et font moins de victimes collatérales ?

Pierre Berthelot : Des progrès ont été faits, via la miniaturisation des engins qui sont lâchés. Les drones utilisés sont de plus en plus petits, donc par définition cela a des avantages et la charge d’explosifs est forcément aussi plus limitée. Les moyens électroniques sont de plus en plus performants pour cibler au plus près les membres du Hamas. Mais la difficulté repose sur l’objectif d’Israël qui souhaite éliminer un groupe armé qui est noyé dans la population et qui est intimement mélangée à celle-ci. La sophistication des armes et les progrès dans le domaine militaire permettent de faire moins de victimes civiles. Mais ce phénomène de densité de population et des hommes du Hamas pose problème lors des frappes.

L’armée israélienne est confrontée à un mélange de guerre conventionnelle, de guérilla et d’actes terroristes.

Il est extrêmement difficile de triompher, quelle que soit la sophistication des moyens armés.

En cas de conflit avec le Hezbollah, au Sud Liban, la configuration ne serait pas la même, la densité de la population civile serait moindre.

Au regard de ces évolutions et de ces efforts menés pour tenter de protéger un maximum la population civile, comment expliquer qu’Israël soit pointé du doigt alors que certains pays comme les Etats-Unis ou d’autres armées du monde ne respectent pas totalement ce processus visant à avertir les civils ?

Pierre Berthelot : Israël est davantage montré du doigt car cela est lié à la médiatisation du conflit. Les affrontements à Gaza sont davantage médiatisés. Il s’agit d’un élément essentiel qui joue en défaveur d’Israël. Cela a une forte résonance internationale. Derrière la question du conflit israélo palestinien, il y a un enjeu global qui concerne le monde arabo musulman et la question de Jérusalem.

La guerre au Yémen, qui est probablement pire, n’a pas eu le même impact dans les médias. Ce conflit n’a pas la même résonance internationale que le conflit à Gaza. Cette explication joue en défaveur d’Israël.

Malgré tous ces efforts pour démontrer et communiquer sur le fait qu’ils ne sont pas la pire armée, qu’ils multiplient les efforts et les stratégies pour limiter les pertes civiles, Israël est critiqué. Les efforts menés par l’armée israélienne montrent qu’elle n’est pas la pire armée au monde mais pas la plus éthique non plus comme elle l’affirme souvent.

François Chauvancy : Les armées occidentales font leur possible pour éviter qu’il y ait des dommages collatéraux trop importants dans les conflits. Dans le cadre d’une guérilla ou d’un conflit en zone urbaine, cet objectif est beaucoup plus difficile à respecter et l’application stricte du droit international bien illusoire. Le contexte géographique et politique de Gaza accentue cette problématique de limiter les pertes civiles. Ce territoire à la forte densité est enclavé entre Israël, l’Egypte et la Méditerranée. Aucun pays à la frontière ou éloigné ne souhaite accueillir les Gazaouis qui, de fait, ne peuvent pas véritablement fuir les combats.

En raison de ces différents facteurs, Israël est donc pointé du doigt et suscite un sentiment anti-israélien, notamment dans le monde arabe. Ce ressentiment s’exprime aussi dans une partie du monde occidental par une forte sensibilité humanitaire ou pour des questions de politique intérieure : orientations politiques, réactions de populations arabo-musulmanes présentes dans ces Etats.

Général (2S) François CHAUVANCY
Général (2S) François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Consultant géopolitique sur LCI depuis mars 2022 notamment sur l'Ukraine et sur la guerre à Gaza (octobre 2023), il est expert sur les questions de doctrine ayant trait à l’emploi des forces, les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, la contre-insurrection et les opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde à compter d'août 2011, il a rejoint en mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

8 Commentaires

  1. Je me demande comment peut on écrire de tel inepties quand les politiques Israéliens comparent les Palestiniens à des animaux, quand un député de la knesset dit que des nourrissons sont des terroristes. Des politiciens ont aussi dit qu’il fallait envoyé les Palestiniens en Egypte ce que se pays à refuser de faire, donc un nettoyage ethnique à été préconisé par des Israéliens.
    Des politiciens hébreux ont dit que les Palestiniens seraient privés de nourriture et d’eau potable.
    Les Israéliens coupent les réseaux de communications donc les SMS envoyés aux Palestiniens sont une tartufferie.
    Tsahal bombarde des hopitaux et ne prouve pas que le hamas se cachait dans des souterrains sous les hopitaux.
    Tsahal bombarde des écoles, des universités afin d’anéantir la culture Palestinienne.
    Tsahal à tuer plus de journaliste que n’importe quel armée dans le monde.
    Les dégats à Gaza sont aussi important que à Dresde pendant la 2em GM.
    Tsahal à conseillé aux civils d’aller au sud, puis maintenant ils bombardent le sud.
    On parle de 26 000 morts mais combien sont ils encore sous les décombres et ne sont donc pas comptabilisés. Combien d’enfants amputés, combien d’enfants orphelins, combien d’enfants traumatisés à vie et qui crieront vengeance dans 20 ans.
    Et personne en occident pour dénoncer ces horreurs, pour protéger les Gazaouis.
    L’ordre international fondé sur des règles est mort à Gaza, l’hypocrisie morale occidentale n’est plus qu’une grosse blague dans le sud global.

    Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres.
    Antonio Gramsci
    Nous y sommes maintenant choisissez votre camps, l’histoire sinon les Hommes jugera.

    • Bonjour, je laisse passer ce commentaire sans le partager sur le fond. Vous avez fait l’effort d’écrire. Eventuellement, sur la forme, sans fautes d’orthographe, cela aurait été mieux. cdt

      • Bonjour
        Merci mon général, c’est tout à votre honneur, d’autant plus que en me relisant je me rend compte que j’ai été un peu virulent.

        Pour ce qui est des photes 🙂 d’orthographe je dois avouer que cette matière n’était pas ma favorite à l’école, je fais de mon mieux mais ce n’est hélas pas suffisant.

    • Pauvre Israël incapable de comprendre que seule une solution diplomatique est possible. J’ignore laquelle mais ce dont je suis certain c’est que pour chaque frère, sœur, père mère palestinien(e)s assassines par les IDF d’autres palestiniens prendront fait et cause pour la résistance et leur pays.
      Autre chose : sommes nous devenus allemands nazis pour nommer comme terroriste des gens qui se battent pour liberer leur pays de l’occupation ?

  2. Étonnant deux poids, deux mesures.

    La Russie est accusée en Ukraine sans enquête sérieuse de crimes de guerre, de déportation d’enfants.

    Israël bombarde et tue des civils dont une majorité de femmes et d’enfants, cela au vu et au su de tous. Pas de condamnation, si ce n’est le minimum pour éviter d’être compromis, et les USA (et autres) livrent tout le matériel pour que ces bombardements continuent. On parle de 12 000 tonnes… Ce qui signifie que le crime de guerre est alimenté en permanence par les Occidentaux pour pouvoir continuer. La compromission alléguée avec le HAMAS d’une ONG pour 1% de ses membres permet en outre d’entraver la distribution de vivres et médicaments aux Gazaouis, donc de réduire encore plus la population par la faim, la soif, le manque de soins, bientôt les épidémies.

    La froide radicalité de Nétaniahou semble accréditer l’idée que l’attaque du HAMAS était prévue, qu’on l’a laissée sciemment se perpétrer pour en tirer prétexte, en brodant sur des atrocités sans doute exagérées à dessein pour justifier ce qui a suivi.

    Je renonce à commenter.

  3. N’ayant pas eu l’honneur d’être admis à commenter, je retente, en évoquant au sujet de la politique de l’Etat d’Israël, qu’il conviendrait aussi de critiquer celle de l’organisation « Hamas » et sa stratégie militaire qui consiste à provoquer par des crimes affreux une réaction violente dont ceux qu’elle prétend défendre seraient victimes, considérant ainsi que leurs souffrances c’est pour leur bien. On peut considérer (c’est mon cas) que toute non-critique à l’égard de cette stratégie-là est coupable, surtout quand elle s’y soumet avec un moralisme qui soulève le coeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI ÉDITIONS

Theatrum Belli vous propose de vous plonger dans les combats acharnés de la bataille de Dixmude  (7 octobre - 10 novembre 1914) qui fut un haut fait d’armes des fusiliers marins français commandés par l’amiral Ronarc’h.

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB