dimanche 19 mai 2024

Chronique navale du 14 février

14 février 1778 : la bannière étoilée du sloop de guerre USS Ranger de la Continental Navy américaine reçoit son premier salut par un officiel français.

Le Robuste, portant la marque de La Motte Picquet salue en baie de Quiberon la bannière étoilée portée par le Ranger (lancé le 10 mai 1777). Six jours auparavant, la France et les États-Unis venaient de signer deux traités : un traité d’alliance et un traité d’amitié et de commerce. Le 20 mars, la France reconnaît les États-Unis. Le Ranger sera capturé par la Royal Navy le 10 mai 1780.

Équipage 140 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 35 m
Maître-bau 9 m
Tirant d’eau 4,1 m
Déplacement 313 t
Caractéristiques militaires
Armement 18 canons de 6 livres

14 février 1797 : bataille anglo-espagnole décisive du cap Saint-Vincent durant laquelle Horatio Nelson montre sa valeur en capturant les navires espagnols de 80 et 112 canons San Nicolas et San José avec son vaisseau de ligne HMS Captain portant 74 canons à bord au large du Portugal.

L’amiral Sir John Jervis, fort de ses quinze vaisseaux de ligne l’emporta sur les 24 navires de l’amiral espagnol Don José de Córdoba.

Les Espagnols sont défaits, en raison de la piètre qualité de leurs équipages. Sir Jervis pouvait compter sur des matelots disciplinés ainsi que sur des commandants chevronnés tels que Nelson et Collingwood, futurs héros de Trafalgar.

Non seulement cette victoire a découragé tout projet d’alliance entre la France révolutionnaire et le royaume d’Espagne mais elle a remonté le moral de la Royal Navy qui avait été fortement ébranlé par toute une série de mutineries. Enfin et surtout elle a favorisé en Nelson, par la reconnaissance unanime de ses pairs, l’ascension au sein de la Navy d’un jeune chef capable de prendre des initiatives imprévisibles et intrépides, désobéissant aux schémas classiques de la guerre sur mer. Initiatives qui, emportant l’adhésion en pleine confiance de ses subordonnés, seront couronnées de succès jusqu’aux triomphes des batailles d’Aboukir et de Trafalgar et l’anéantissement de la flotte de l’ennemi juré de l’Angleterre de Pitt.


14 février 1939 : l’Allemagne lance le cuirassé Bismarck.

Nommé d’après le chancelier allemand Otto von Bismarck qui fut l’un des architectes de l’unification allemande au XIXe siècle, il fut, avec son navire-jumeau le Tirpitz, le plus grand navire de guerre utilisé par l’Allemagne.

Le Bismarck fut construit dans le chantier naval Blohm & Voss de Hambourg entre  et  ; après son entrée en service en , il passa plusieurs mois à réaliser des essais en mer Baltique avant de participer à l’opération Rheinübung sous le commandement du capitaine de vaisseau Ernst Lindemann en . Accompagné du croiseur lourd Prinz Eugen, il devait attaquer les convois alliés entre l’Amérique du Nord et le Royaume-Uni. Durant leur trajet vers l’Atlantique nord, les deux navires furent repérés à plusieurs reprises et l’Amirauté britannique déploya des unités de la Royal Navy pour les intercepter. Lors de la bataille du détroit de Danemark le , le Bismarck détruisit le croiseur de bataille Hood, l’un des plus puissants navires britanniques, et obligea le cuirassé Prince of Wales à se replier. Ayant été touché à plusieurs reprises et perdant du combustible, le Bismarck mit le cap vers la France occupée pour y être réparé tandis que le Prinz Eugen poursuivait sa mission.

Après la destruction du Hood, la Royal Navy mobilisa des dizaines de navires pour intercepter le cuirassé avant qu’il ne rejoigne la protection de l’aviation et des sous-marins allemands. Le , le Bismarck fut attaqué par des bombardiers-torpilleurs Fairey Swordfish lancés par le porte-avions Ark Royal ; l’une des torpilles toucha sa poupe et rendit inopérant son gouvernail. Dans l’impossibilité de manœuvrer, il fut rattrapé le lendemain par les cuirassés Rodney et King George V. Le Bismarck fut neutralisé par l’intense bombardement britannique et il coula après avoir été sabordé par son équipage ; seuls 114 marins et un chat survécurent sur un effectif de plus de 2 200. Son épave fut localisée en  par l’océanographe américain Robert Ballard à 650 kilomètres au large de la côte française, à pratiquement 4 800 mètres de profondeur.

 

Équipage
Commandant Ernst Lindemann
Équipage 103 officiers
1 962 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 251 m (hors tout)
241,6 m (flottaison)
Maître-bau 36 m
Tirant d’eau 8,63 m (à vide)
9,90 m (en charge)
Déplacement 41 700 t
Port en lourd 50 300 t
Propulsion 12 chaudières
3 turbines à vapeur
3 hélices
Puissance 111,98 MW
Vitesse 30,01 nœuds (55,6 km/h)
31,1 nœuds (57,6 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage 320 mm (ceinture)
50−120 mm (pont principal)
130−360 mm (tourelles)
Armement (4 × 2) × 380 mm
(6 × 2) × 150 mm
(8 × 2) × 105 mm
(8 × 2) 37 mm (SK C/30)
(12 × 1) × 20 mm
Rayon d’action 16 430 km à 19 nœuds (35 km/h)
Aéronefs 4 Arado Ar 196

 

Marine & Océans
Marine & Océans
La revue trimestrielle "Marine & Océans" a pour objectif de sensibiliser le grand public aux grands enjeux des mers et des océans. Informer et expliquer sont les maîtres mots des contenus proposés destinés à favoriser la compréhension d'un milieu fragile. Même si plus de 90% des échanges se font par voies maritimes, les mers et les océans ne sont pas dédiés qu’aux échanges. Les ressources qu’ils recèlent sont à l’origine de nouvelles ambitions et peut-être demain de nouvelles confrontations.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB