lundi 24 juin 2024

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 3 mai 1954

Nuit du 2 au 3 mai

20 h 00

Harcèlement intermittent de la position en contre batterie en particulier sur les positions de batteries.

Bilan provisoire des combats du 1er et 2 mai :

  • Diên Biên Phu : 420 hommes hors de combat.
  • ISABELLE : 9 tués, 42 blessés, 2 disparus.
  • Total : 473 hommes hors de combat.

20 h 30

Renfort de personnel pour la soirée : suite QGO météo sur le Delta une Cie seulement du 1er BPC reste suivra à partir de 23 h 00.

21 h 40

DCA semble se regrouper. Avons contre battu pendant le parachutage sur 8 pièces de 37 mm points moyens 912.664. 3 pièces en 908.681. 3 pièces en 912.

22 h 00

1 175 blessés à évacuer : 456 couchés, 719 assis.


L’artillerie Viet se déchaine de nouveau contre le PA WIÈME. Les rescapés et les sonnettes décrochent provisoirement ; ils reviennent aux environs de minuit.

Bilan ISABELLE :

  • pertes amies : 9 tués, 42 blessés, 2 disparus.
  • 15 cadavres VM dénombrés sur la position, 4 prisonniers, autres pertes très nombreuses. Armement capturé 1 57 mmm SR, 1 SKZ, 2 fusils mitrailleurs, 1 carabine, 10 PM, 10 fusils.

Installation d’un projecteur de DCA sur ANNE-MARIE pour tirer sur les Dakota.

Pression maintenue sur ELIANE 2.

Appui aérien : 87 sorties feu.

Le régiment 57 réussit à pénétrer sur le PA WIÈME, tenu par la 11e compagnie du 3/3 REI, des tirailleurs algériens et deux chars.

00 h 00

Harcèlement de la position par rafales irrégulières. Parachutages de personnel en cours. Réaction assez faible de la DCA.

Un B-26 attaque de nuit les convois de camion sur la RP 41.

01 h 15

Les Dakota arrivent… mission Banjo. Début du parachutage du 1er élément du 1er BPC, du capitaine DE BAZIN DE BESONS, la 2e  Cie du capitaine EDME à l’effectif de 122 hommes saute. Le capitaine EDME se foule la cheville à l’atterrissage. Le parachutage provoque une réaction un peu plus étoffée de la DCA.

53 tonnes sont également larguées dont 45 vont être récupérées par les équipes du camp retranché.

Pierre DUCHENOY, sergent navigateur au 2/63 Sénégal :


Mission Banjo : au décollage 21 h 00 Banjo 6 sur le C-47 n° 704 Novembre Roméo appelé « Négro Roméo » – Indicatif radio « Mamadou » ou « Négro » – (sous-lieutenant pilote ADIAS, adjudant-chef mécanicien navigant LLONG, sergent radio Paul PERRET, sergent navigateur Pierre DUCHENOY. Dans la nuit noire remontée vers l’Ouest en relatif silence radio, le Bavi se découpe dans la pénombre. Les avions se succèdent avec seulement les feux de formation.

1 heure de vol – arrivée sur Yankee, approximativement à cinq minutes de la cuvette cap au 350 vers la cuvette. En descente auto pauvre (afin de ne pas être repéré par les échappements). Le ventre est peint en noir mais les échappements laissent une trainée bleue qui trahit la présence des avions.

Contact Torri Rouge – météo peu favorable, certains avions ont déjà fait demi-tour.

Entrée dans la cuvette 3 500 pieds donc à portée de DCA.

Dans l’avion, les dispatchers ont déjà, dans le noir absolu, harnaché les futurs parachutés et ouvert la porte.

Dans le poste de pilotage, le pilote a pris ses points de repères ; le navigateur, la main sur la sonnette et le vert.

Deux projecteurs Viets cherchent dans le ciel à accrocher le Dakota en circuit.

Tirs intenses du sol extrêmement violents, cible des 37 et surtout des mitrailleuses 12.7. Il ne reste pratiquement rien de la DZ. Largage au plus près du PC.

Descente vers l’enfer, les volontaires accrochés à la static-line sans bruit ni lumière. Les autres Dakota ont fini leur mission.

Le temps de mettre au vert ne permet, au premier passage, de larguer qu’un seul officier.

Un projecteur éclaire le poste de pilotage furtivement ne permettant pas aux artilleurs Viets de régler les tirs. Mais les traçantes passent entre le fuselage et le moteur. 7 passages sont nécessaires. On peut voir le feu d’artifice dans la cuvette. Largage à 150 m sol pour larguer le maximum de personnel. À chaque passage seuls 4 paras peuvent sauter. Seul 3 refus de saut, 3 jeunes Vietnamiens.

Durée de la mission 45 minutes puis reprise de cap sur Hanoi.

02 h 00

DOMINIQUE 3 tombe, malgré la défense héroïque des partisans Thaï, d’une Cie du 6e BPC encadrant des tirailleurs Algériens, à court de munitions. En face, 2 Divisions — la 312 et la 316 dont le régiment 141. Le terrain est jonché de blessés et de mourants.

Il n’y a plus de munitions ni de réserves dans tout le camp. 

Pression aggravée sur HUGUETTE 4.

02 h 30

Parachutage de personnel terminé. 8 Dakota n’ont pu venir en raison de la météo.

02 h 50

109 hommes du 1er BPC parachutés envoyés immédiatement sur ELIANE 2.

Reçut 100 hommes mais 420 perdus dans la journée du 3 mai.


Lundi 3 mai

06 h 00

Harcèlement VM par 120 court retard sur la zone PC.

Il pleut en grosses averses incessantes. Appui aérien néant. Activité aérienne nulle, cause météo.

HUGUETTE n’existe plus, Lily et CLAUDINE sont bien entamées, DOMINIQUE et ELIANE sont sous pression.

Hanoï : une conférence a lieu avec NAVARRE sur l’avenir de Diên Biên Phu. Le camp doit tenir encore en attendant la conférence de Genève. Un nouveau bataillon para est prévu mais prévision d’une sortie en force pour rompre l’encerclement. Des décision difficiles sont prises. L’abandon sur place des blessés assistés de cadres sanitaires volontaires. Sortie par le Sud, Sud-Est en direction de Muong Nha puis Muong Heup et Muong Ngoï. Des éléments de recueil seront mis en place sur l’itinéraire. L’opération est nommée Albatros

08 h 00

Harcèlement sur l’ensemble de la position notamment au 120 mm court retard sur la zone PC.

Malgré nos harcèlements, l’ennemi a travaillé activement au cours de la journée d’hier à l’organisation des positions conquises. Aucune action notable d’infanterie au cours de la nuit dernière.

Nos harcèlements ont porté particulièrement sur ELIANE 1. Ceux du VM ont été répartis sur l’ensemble de la position.

Au cours de la journée d’hier, les unités qui avaient subi des pertes se sont réorganisées. L’estimation de nos pertes était hier exagérée. Des éléments séparés de leurs unités au cours de la nuit ont réussi à rejoindre. Des blessés ont regagné leur poste de combat. Les pertes non récupérables dépassent néanmoins la valeur d’un bataillon.

Sur ELIANE 4 tout le monde est occupé à creuser des fossés d’écoulement pour évacuer l’eau et empêcher d’être inondé et étayer les abris qui s’écroulent

Boyaux et trous d’obus noyés rappellent les souvenirs de Verdun et des poilus.

Sur ISABELLE : éléments repris pied sur ISABELLE 5 mais bloqués. La sortie réalisée par les légionnaires permet de tuer 8 soldats Vietminh, de capturer un 57 mm DKZ et 21 armes légères.

La météo défavorable n’a pas permis l’exécution correcte des parachutages. De très nombreux colis ont été perdus. Les parachutages de personnels ont dû être réduits.

L’effectif largué a été inférieur à celui d’une Cie. La DCA s’est déplacée et a repris son activité. Les pièces de 37 mm semblent maintenant dispersées par groupe de nombre variables. Elles ont pu être en partie neutralisées par notre artillerie à laquelle l’ennemi cherche à s’opposer par des tirs de contre batterie bien ajustés. Le personnel servant la DCA peut être atteint par nos obus, la destruction du matériel ne put être obtenu que par une action massive de l’aviation.

Nos approvisionnements deviennent très bas, en particulier en munitions d’infanterie. Le resserrement du VM autour du CR principal et ISABELLE a fortement réduit la surface des DZ. La proportion des colis non récupérables devient de plus en plus grande. Par météo défavorable, il faut compter de jour, a haute altitude, 50 % de pertes. La nuit, à l’altitude à laquelle le personnel est largué, des résultats excellents pourraient être obtenus.

10 h 00

Coup de main à l’Est d’ELIANE 2 permet de détruire un blockhaus VM.

Une patrouille amie stoppée au lever du jour à 350 mètres au Sud-Ouest de CLAUDINE 3.

Une partie des blessés de l’antenne chirurgicale retourne au combat : les éclopés, les borgnes. 

ACP 6 de VIDAL sur ELIANE 3 en première ligne, à 300 m de l’ennemi, évacue sur ACM.

Plus de groupe électrogène, juste des bougies. Plus de pétrole pour les Primus.

50 blessés sans soins dans l’abri.

VIDAL revient. Il met une heure pour 100 m par les tranchées avec les blessés pouvant marcher.

Le médecin-lieutenant MADELAINE signale à LE DAMANY et aux chirurgiens que des morts singulières se sont produites au 2e BEP : des légionnaires effondrés dans la boue, sous leur charge, lors d’un ravitaillement. Comme emporté par l’inanition et un épuisement total. DE CARFORT, RONDY, d’autres praticiens encore, constatent des cas similaires dans ce qui reste des bataillons dont ils s’occupent.

La peau des victimes, fine et ridée, ressemble à celle des grands vieillards. Mous, flaccides, les muscles trahissent une profonde dégénérescence physiologique. Leur organisme n’a pas répondu aux analeptiques, aux médicaments percutants. Ils se sont éteints les yeux grands ouverts, inexpressifs ; tués par des anémies, des comas hypoglycémiques, des tarissements endocriniens massifs.

En réalité, c’est la garnison dans son ensemble qui est KO debout.    


Message général DE CASTRIES au général COGNY : Demande instamment que parachutage personnel prévu ce soir comprenne reliquat Cie larguée hier, plus une Cie la CCB et Etat Major du bataillon. Ainsi deux Cies seulement resteraient à larguer au cours de la nuit suivante. Il est indispensable que le bataillon soit ici au complet dans délais les plus courts.

12 h 00

Prévision de parachutage de personnels du soir : 180 hommes soit une Cie du 1er BPC et reliquat de Cie déjà larguée. 9 C-47 effectuant chacun deux parachutages. Premier largage 23 h 30 – intervalle 20 minutes.


Harcèlement par violentes rafales de la position.

14 h 00

Harcèlement moins intense des positions.

Après-midi

Le Dakota Zoulou Tango en parachutage de munitions.

Parachutage réalisé : perte 7,4%. Les C-119 n° 155, 537, 532 larguent chacun un groupe électrogène lourd.

Les chars ETTLINGEN, MULHOUSE se portent sur la face Ouest du camp pour appuyer HUGUETTE 4. Le DOUAUMONT traite HUGUETTE 5, aux mains du Vietminh, depuis sa position.

16 h 00

Dernière sortie des chars de VERT sur ISABELLE pour traiter une tranchée qui menace ISABELLE 1.

Hanoï : 1 800 volontaires sont retenus pour sauter sur Diên Biên Phu dont 150 Vietnamiens et 400 Nord-Africains.

Accalmie de l’artillerie Viet sur la cuvette, mais ils installent un projecteur de DCA sur ANNE-MARIE, un mis en place vers ISABELLE, un troisième près du centre.

Activité relative de la DCA sur les C-47 en cours de largage. Opération d’aération sur la face Nord-Ouest d’ISABELLE se déroule dans de bonnes conditions et permet le comblement de quelques tranchées.

18 h 00

Reprise nette du harcèlement sur la position.

Bilan définitif de la nuit du 1er au 2 mai pour Diên Biên Phu : 

  • Tués : 28 dont un officier.
  • Disparus : 303 dont 6 officiers.
  • Blessés : 168 dont un officier.
  • Total 499.

Pertes 8e BPC : 3 blessés dont un sergent.

1er BEP : pertes amies inconnues.

Pascal PECCAVET
Pascal PECCAVET
Ancien pilote d'hélicoptère sur Gazelle au sein de l’aviation Légère de l’armée de Terre (ALAT) pendant 18 ans cumulant 2 500 heures de vol. Ancien combattant de la guerre du Golfe et de la Somalie. Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation nationale. Adjoint gestionnaire d’un établissement scolaire. Commissaire aux Armées de Réserve (en attente d'affectation). Membre de l’Union Nationale des Combattants de Saint-Paul-lès-Dax (Landes). Historien chercheur pour l'ECPAD. Historien "War Studies". Spécialiste de la guerre d’Indochine. A rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en janvier 2024.
ARTICLES CONNEXES

3 Commentaires

  1. Merci poir votre travail, j’ai suivi tout les jours le journal de marche c’est particulièrement intéressant j’en apprends encore mais après tous les ouvrages que j’ai lu sur la bataille. Malheureusement une guerre et une bataille oublié malgré une résistance héroïque. Sa rend hommage à nos anciens tombés loins de chez eux dans l’indifférence la plus totale de la part d’une grande partie des français de l’époque (surtout les politiques) ainsi qu’aux anciens combattants encore vivants aujourd’hui.
    Merci.

  2. Merci pour le JDM.
    J’ai celui plus en détail du 8e BCP, sur les traces duquel je vais me rendre en juin.
    Il se terminera à DBP.
    Paracolonialement.
    TP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB