dimanche 14 avril 2024

MP-28 – Schmeisser perfectionne son pistolet-mitrailleur

Nous avions vu avec la vidéo sur le MP-18 que les ingénieurs allemands avaient commencé le développement d’un pistolet-mitrailleur dès 1915 afin d’avoir une arme compacte et efficace à courte portée grâce à son tir automatique.

Hugo Schmeisser alors travaillant au sein de l’entreprise Bergmann va proposer son arme qui deviendra le MP-18. Afin d’utiliser un chargeur pré-existant, le MP-18 utilisait des chargeurs de Luger ce qui n’était pas très ergonomiques à cause de leur forme et de la difficulté de garnir les chargeurs trommel. La guerre étant finie, Schmeisser poursuit son travail afin d’améliorer son pistolet-mitrailleur qui avait quelques défauts et en 1928 l’arme est prête.

Cette fois ci ce n’est plus Bergmann qui va fabriquer l’arme mais Haenel. Le pistolet-mitrailleur ne va pas vraiment être adopté par l’armée allemande mais la police et les SS vont quand même en obtenir. L’arme va également être exportée à l’étranger et fabriquer également sous-licence. Parmi les clients, on trouve de nombreux pays d’Amérique Latine, le Japon, la Chine, la police française va également en acheter quelques un qui ont été assemblé en Belgique.

L’Espagne va également produire sa variante en 9 mm Largo. Même si la cartouche « standard » du MP-28 est le 9x19mm, il en existe des variantes dans d’autres cartouches afin de satisfaire les besoins des différents clients. Le MP-28 est dans un certain sens ce qu’aurait dû entre le MP-18 si son développement n’avait pas été accéléré pour avoir une arme prête pour la Première Guerre mondiale. C’est une arme de grande qualité mais c’est peut-être son défaut pour un pistolet-mitrailleur de la Seconde Guerre mondiale. En effet, l’arme est lourde et nécessite beaucoup de temps et de matériel car toutes les pièces en acier sont usinées.

Maître LUGER
Maître LUGER
J’ai créé la chaîne YouTube "MAÎTRE LUGER" en 2017 pour présenter l’évolution de l’armement léger à travers l’histoire et proposer de la documentation en français. En effet, les armes légères souffrent souvent d’un manque d’information en français ce qui est d’autant plus regrettable que la France est le berceau de l’armement moderne (fusil semi-automatique, poudre sans fumée, balle Minié, etc.). Mon objectif est de mettre en avant la riche histoire de ces inventions et l’ingéniosité des hommes qui les ont conçus. Je travaille en collaboration avec différents acteurs dont des musées, collectionneurs privés et entreprises de l’armement qui me permettent d’avoir accès à ces armes pour les étudier et quelques fois les essayer. J'ai rejoins l'équipe de THEATRUM BELLI en décembre 2021.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB