Chronique des blindés : Le char Hotchkiss H39 du Mémorial Charles de Gaulle


Le Mémorial Charles de Gaulle est un centre d’interprétation historique situé au pied de la croix de Lorraine à Colombey-les-deux-Eglises. L’exposition permanente retrace le parcours du général Charles de Gaulle dans un espace de plus de 1 600 m2. Cette année, le Mémorial propose une exposition temporaire intitulée « 1940, il est devenu de Gaulle » en lien avec les commémorations des 80 ans de la bataille de France.

C’est dans ce cadre que le char Hotchkiss H39 est exposé devant le mémorial. 

Le Hotchkiss H39 est le successeur du H35, qui avait de nombreux défauts. Il hérite donc d’une meilleure motorisation, d’une suspension améliorée qui en font le meilleur char léger français de 1940.

Propos recueillis par Camille Harlé-Vargas.

 

Connaissez-vous l’unité d’appartenance de cet engin ? Si oui, a quels combats a t-il participé ?           

La tourelle et la partie basse du châssis sont celles d’un H39 ayant combattu dans les rangs français en mai-juin 1940. L’unité d’origine de ce char et lors de son engagement n’est pas connue. Les H35-H39 (avec les S35), les chars de cavalerie, constituaient l’ossature des trois Division Légère Mécanique (DLM) perdues dans la poche de Dunkerque. Ils étaient aussi présents dans la 4e Division Cuirassée (DCr) et dans les autres DCr ainsi que dans des Divisions Légères de Cavalerie(DLR) .

L’immatriculation de celui présent au Mémorial correspond à un H39 ayant combattu en Norvège (342e Compagnie Autonome de Chars de Combats), l’adéquation entre cette immatriculation et le châssis n’est pas avérée… Il s’agit ici d’un “beutepanzer”, char de butin, qui a été modifié par les Allemands au cours de la guerre. En effet, à l’été 1942, le Baukommando Becker a été chargé de créer des pièces d’artillerie automotrices sur la base des Beutepanzer. Majoritairement, ce furent des chenillettes Lorraine 37 mais les H39 étaient concernés en devenant des canons automoteurs de 105mm (FH18) et des canons antichars automoteurs de 75 mm (PAK 40). Plus rares furent les Beobachtung Panzer ou engins d’observation sur base de H39 avec une tourelle modifiée.             

D’où provient-il ? D’un dépôt, autre musée, collection particulière ? Comment est-il parvenu au musée ? 

Le H39 est la propriété du Musée des Blindés de Saumur. Il était exposé en plein air au camp de Mourmelon pendant de nombreuses années. Il est en prêt pour la durée de l’exposition avant de rentrer dans les ateliers de Saumur pour une restauration bien méritée après avoir subit pendant de longues années affres du climat marnais. 

A t-il eu besoin d’une restauration ? 

La partie haute de la caisse aurait été refaite pour lui rendre son aspect d’origine. La couleur “allemande” a été conservée et il est équipé d’un canon factice. À l’origine, il s’agit un canon SA18 sur ce char H39. 

Comment est-il intégré dans l’exposition ? 

Le char Hotchkiss H39 est exposé sur le parvis du mémorial, avec vue sur la plaine. Il attire évidement le regard des visiteurs et les invite à prendre le chemin de l’exposition temporaire « 1940, il est devenu de Gaulle », visible jusqu’à la fin de l’année.

 

Remerciement à l’équipe du mémorial et particulièrement à Loïc Gigaud pour avoir répondu à mes questions pour la rédaction de cet article.

Print Friendly, PDF & Email
Previous Thales nomme Eric Chaperon Conseiller Défense Marine du Groupe
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 2 octobre

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.