Des hommes, de la mitraille et du blindage ; un musée pour France 40


L’association “France 40 Véhicules”, qui œuvre déjà depuis des décennies pour la sauvegarde du patrimoine militaire et des hommes qui l’ont servi, inaugure son musée le 8 mai prochain à Fismes, dans la Marne.

Il était déjà possible de voir le travail de l’association, notamment à Berry-au-Bac avec la reproduction d’un char Schneider, d’un Renault FT au Mémorial de Dormans, ou du canon de 75 mm du Poilu de la Marne et lors d’événements tel que la journée de la chenille, Rétromobile, les journées européennes du patrimoine … La constitution et la présentation de cette collection est une histoire de passionnés mais aussi de famille car c’est Robin, le fils du fondateur du musée Laurent Vermot-Desroches, qui sera en charge de la gestion du musée. Dans ce nouvel espace muséal, l’accent est mis sur la campagne de France ; les canons, les blindés mais aussi et surtout ceux qui les servirent : les hommes. Des pièces rares seront exposées comme un authentique char léger Renault R35 qui a combattu en 1940 puis sous les couleurs allemandes jusqu’au coup de grâce donné par un Sherman en 1944, en Normandie.

À terme, ce vétéran sera rejoint par un Renault FT, qui provient de la ligne Maginot, un Hotchkiss H39 qui a fait le voyage depuis la Norvège et pourquoi pas un B1 bis. Toujours côté chenille, une chenillette UE est présentée avec sa remorque et un canon de 25 mm anti-char mle 1934 dans un diorama grandeur nature, avec une Kegresse P17 et d’autres véhicules et motos. Une autre chenillette UE est exposée « dans son jus », découverte lors de travaux sur les pistes de l’aéroport d’Orly il y a quelques années. Juste à côté, une pièce empreinte d’histoire ; un fragment d’un capot d’une chenillette UE « beutepanzer » retrouvée sur le champ de bataille de Stalingrad !

La collection d’artillerie est aussi très riche : un canon de 75 mm modèle 1896 dans sa version tractée tout terrain, mais aussi un très rare 105 L mle 1936 Schneider, sans doute notre meilleur canon en 1940, ou plusieurs mortiers d’infanterie Brandt de 60 et 81 mm … La plupart des pièces sont exposées au cœur de dioramas avec des mannequins en tenue très expressifs, petits équipements individuels, éléments de décors réalistes, l’ensemble reconstituant de manière très vivante l’ambiance d’alors.

Les aviateurs de la campagne de France ne seront pas non plus oubliés avec une pièce de DCA de 25 mm Hotchkiss CA mle 39, uniformes … La vie civile pendant la guerre n’est pas en reste avec l’évocation de l’ancien Fismes grâce à des anciennes devantures et vitrines de magasins. Il y a encore une multitude d’objets à découvrir en venant au musée et celui-ci sera enrichi constamment au fur et à mesure. De plus, cette incroyable collection est abritée dans un bâtiment historique, l’ancienne sucrerie de Fismes face aux quais d’embarquement de la gare qui virent de nombreux chars et canons débarqués lors des deux guerres mondiales et fut le lieu d’affrontements violents.

Un dernier élément pour convaincre le visiteur : une collection de bière spécialement brassée pour le musée (la chopine du prétentieux, du troufion, des Africains, des piafs, du graisseux et le jus d’béton !), superbement illustrée par Olivier Debras.

Remerciements chaleureux à la formidable équipe de France 40 Véhicules pour leur accueil et leur travail de mémoire pour les générations passées et futures.


L’adresse du musée :

Musée France 40 Véhicules

7 rue de la sucrerie

51170  Fismes

 

Print Friendly, PDF & Email
Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 21 janvier
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 22 janvier

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.