mercredi 24 avril 2024

DIÊN BIÊN PHU : Journal de marche du 1er avril 1954

Nuit du 31 mars au 1er avril

20 h 30

Une forte préparation d’artillerie ennemie annonce que les  mécanismes de la bataille se réenclenchent et qu’une nouvelle nuit blanche se prépare. La compagnie HERY qui avait entrepris le nettoyage des « Champs-Elysées » reçoit de plein fouet le choc de la première vague d’assaut.


Tir de DCA de 37 mm sur avion en provenance du Nord-Ouest de la cuvette à 12 500 pieds.

22 h 00

LANGLAIS laisse BIGEARD juge : « S’il ne peut vraiment plus tenir, qu’il se replie… » BIGEARD ne le veut pas et DE CASTRIES non plus

BIGEARD : « Mon colonel, tant que j’aurai un homme vivant je ne lâcherai pas ELIANE. »

22 h 30

Le capitaine BIZARD fait évacuer, en toute discrétion, la partie Nord où le sergent TOURNAYRE tient toujours avec les survivants de la section du lieutenant THÉLOT et du centre de HUGUETTE 7 repli dans les 2 autres fortins du Sud.

Pas de parachutage possible. Les DZ Simone et Octavie ont été décrite en clair à un avion de commandement et ne sont plus utilisables l’ennemi ayant établi sur les positions des tirs repérés. De nombreuses communications en clair d’ordres et de positions entre les avions et le sol entrainent une réponse de la DCA très violente et précise. Entorses au secret des communications courant et constatés par des journalistes assistant aux parachutages (Le Monde – Charles Favrel, le 22 avril).

Le lieutenant LUCCIANI à la tête de sa Cie de marche composée de parachutistes étranger du 1er BEP et de tirailleurs du I/4 RTM et le lieutenant RANCOULE à la tête de sa Cie de marche avec des légionnaires du I/2 REI et des partisans thaïs attendent l’assaut Viet sur ELIANE 2. En face deux régiments viets.

22 h 35

Tir de DCA de 37 mm sur avion en provenance de l’Est de la cuvette à 12 500 pieds.

SHD AIR : Huguette 6 et 7.

23 h 00

Assaut Viet sur partie nord de HUGUETTE 7, tombe dans le vide pas de réaction, Partie centrale abandonnée. 1 bataillon Viet est rassemblé sur une position étroite ou il y a peu de place pour manœuvrer, plus d’abris, plus de tranchées. C’est le moment pour le traitement de la zone par l’artillerie française.

6e BPC – Le bilan est lourd : À l’exception de LEPAGE, tous les chefs de section ont été tués ou blessés. Certains, ont repris leur place, voire le commandement de leur compagnie c’est le cas du lieutenant DATIN qui remplace le lieutenant LEBOUDEC.

La 4e Compagnie (lieutenant DEWILDE) sera dissoute et les survivants répartis entre les 3 autres compagnies.

Très violent harcèlement d’artillerie sur ISABELLE.

00 h 00

Déclenchement attaque VM sur ELIANE 2. ELIANE 3 fortement tâté. Contre-attaque amie sur ELIANE 2.

01 h 45

VM ont attaqué violemment ELIANE 2 et tâte ELIANE 3. Partie Nord-Est ELIANE 2 légèrement entamée. Contre-attaque immédiatement déclenchée semble se dérouler favorablement. Harcèlement CLAUDINE en particulier zone PC par tous calibres. Violent harcèlement su ISABELLE continue.

03 h 00

ELIANE 2 toujours occupée a moitié par VM. Contacts se poursuivent, 1 char détruit, CLAUDINE 5 tâté.


Tir de DCA de 37 mm de 12,7 mm traçantes sur avion en provenance du Nord-Ouest de la cuvette.

Ciel couvert.

Situation forces aériennes – Dakota : 83 avions sur 100. 7 avions détruits à Diên Biên Phu et 54 touchés par la DCA au mois de mars.

Demande par message GONO : Tout largage au-dessus de 5 000 pieds, contact avec Torri Rouge en français, précédé largage SIKI qui ne soit pas des munitions. Packet doit être commandé par un Français – entente impossible avec équipages US. SIKI de nuit avec dispositif lumineux. Tout parachutage doit être effectué avec le maximum de chances étant donné la situation critique en munitions. Parachutage doit s’effectuer dans les premières heures de la nuit avant le lever de la brume.

04 h 00 – Lever de lune

VM tient toujours un petit morceau de ELIANE 2.

04 h 30

Message : une fois dressé l’état des pertes Hanoï est informé du très mauvais état de l’artillerie. Avec 3 pièces détruite dans la journée elle ne dispose plus que de 50% de son efficacité. Elle a perdu 85 hommes il ne reste plus assez de servants pour le nombre de pièces en état.

Le 31 mars :

  • les 105 mm ont tiré 13 000 coups,
  • les 155 mm 855 coups,
  • et les mortiers de 120 mm 1 200 coups.

Du 30 mars au 1er avril

Les quatre mitrailleuses quadruples de la batterie de marche du groupe antiaérien colonial d’Extrême-Orient GAACEO consomment 68 000 cartouches de 12.7 mm.

A l’aube

HUGUETTE 7 Nord et Centre : les assauts Viet Minh pour l’investir sont pris sous l’artillerie : à l’aube le capitaine BIZARD et les paras de la 1re Cie du 5e Bawouan, réfugiés dans les deux pointes sud de HUGUETTE 7 donnent l’assaut en hurlant et chassent les Viets à 1 contre 10.

ELIANE 2 résiste toujours mais le Viet Minh maintient la pression : une Cie du 6e BPC et un reste de légionnaire parachutistes contre-attaquent sur les Champs Elysées pour améliorer la position, toute la journée se succèdent attaques et contre-attaques.

D’en bas des Champs Elysées, un méplat qui prolonge ELIANE 2 vers le Sud-Ouest, les bataillons Viets sont repartis vers l’assaut. Et, une fois encore, ils se font hacher sur le glacis. La bataille se poursuit pendant de longues heures, jusqu’à ce qu’une contre-attaque menée par les survivants du 1er BEP et de la 13e DBLE, les rejette définitivement hors des barbelés.

« Nous tenons les Champs Elysées » dit le sous-lieutenant BOISBOUVIER, commandant maintenant la 4e compagnie du 1er BEP. « C’est de la folie » réplique le chef de bataillon Marcel BIGEARD. « Vous allez vous faire massacrer par les canons du Mont Chauve. Repliez-vous ! J’ai décidé d’abandonner cette portion de terrain. Même les Viets n’y stationnent plus ».

Jeudi 1er avril

05 h 00

ELIANE 2 : l’ennemi revient en force avec l’artillerie et les mortiers l’attaque est arrêtée. Le BEP a 16 tués 27 blessés et 4 disparus mais un mortier de 120 français a été récupéré.

Sur le mois de mars le 6e BPC a eu 46 tués et 183 blessés, soit 233 parachutistes. Le 1er BEP 40 tués, 189 blessés et 8 disparus dont 5 officiers et 11 sous-officiers.

Le 6e BPC lance des contre-attaques sur DOMINIQUE 5 et ELIANE 1 qui sont repris avant d’être abandonnés faute de troupes fraîches. Pendant des heures, attaques et contre-attaques se succèdent sans répit pour le sommet ELIANE 1.

La Voix du Viêt-Nam le 1er avril : « À cinq heures de l’après-midi, le 30 mars, les unités populaires soutenues par l’artillerie lourde ont déclenché leur deuxième vague d’attaque contre le système de défense français sur la façade est de la forteresse. Ce système se composait de cinq positions fortifiées qui, bâties sur cinq collines, défendaient les approches de l’aérodrome et du PC ennemi ».

09 h 00

Cinquième contre-attaque pour reprendre ELIANE 2.


Hanoï : réunion d’état-major décision de larguer les hommes par petits paquets sur le centre de résistance directement. Mise en stand-by des parachutages de grandes unités.

À Diên Biên Phu, on épluche chaque unité pour dégager des renforts.

09 h 20

Contacts toujours en cours sur ELIANE 2. Travaux d’organisation du terrain en cours comblement devant CLAUDINE 5. Aucune réserve disponible.

09 h 30

Message : Demandons ravitaillement en munitions indispensables !

Les ravitaillements de la nuit n’ont pu se faire mauvaises conditions météo.

Prochains parachutages de nuit à faire en début de nuit car il n’y a pas de brume. Nous comptons absolument aujourd’hui sur parachutage de jour.

Que les premiers colis soient des colis test car ils tombent chez les VM.

10 h 23

Message : N’avons reçu ni 75 SR ni culasse 155. Résultats parachutage nuit du 31 au 1er sur Diên Biên Pu aucun C-119 n’a parachuté sur la position. Cinq C-47 ont tenté de parachuter et ont largué quelques colis dont aucun n’est tombé sur les positions. Sur ISABELLE, les C-47 n’ont pu parachuter à cause de la brume.

10 h 35

HUGUETTE 7 se retrouve entière aux mains des Français.

Relève réussie sur HUGUETTE 7 de la 1re Cie du 5e BPVN a bout de souffle par une Cie de marche commandée par le lieutenant Spozio.

La Cie de légionnaires et de Thaïs du lieutenant RANCOULE qui a subi des pertes sur ELIANE 2 rejoint sa positions sur HUGUETTE.

Les Algériens du 3/3e  RTA sont évacués sur JUNON ; ceux qui ont lâché sans combattre ELIANE 1 et DOMINIQUE 2 rejoignent les « Rats de la Nam Youm ».

Les survivants du 1/4e  RTM se reforment sur Lily, point d’appui autonome entre HUGUETTE et CLAUDINE.

Une série de CSM sont dissoutes. Il reste seulement les 413, 418, 431, 432, 433.

Les 413 et 433 sont déplacés de de FRANÇOISE vers ELIANE 12 / DOMINIQUE 3 et regroupées avec le 8/BT2.

La 418e Cie de services positionnée avec le PC du GMT1 au Sud de CLAUDINE.

Les 431 et 432 sont avec WIÈME sur ISABELLE, recrutées localement, elles sont plus robustes.

Chaque CSM est commandée par un chef autochtone assisté d’un gradé Français.

25 % des avions cargos font demi-tour et 50 % des colis sont largués hors zone.

Les batteries de 105 et de 155 ne disposent d’une seule unité de feu, alors que les mortiers de 120 n’en ont pratiquement plus.

Le char BAZEILLES tiré sur ELAINE 2 est transformé en blockhaus.

Du 31 mars 13 h 00 au 1er avril 13 h 00

L’aviation de combat est intervenue 83 fois dont 5 lucioles, 5 C-119 napalm, 13 bombardiers de nuit.

12 h 00

Contre-attaque en cours pour rétablir l’intégralité de ELIANE 2. Combat indécis harcèlements Vietminh continus sur ensemble position.

13 h 00

Les parachutages pour ISABELLE tombent chez le Vietminh. Il est indispensable que les avions parachutent à plus basse altitude, la météo est favorable.

13 h 35

3 patrouilles de 2 Bearcat bombardent DOMINIQUE 2 et le Mont Chauve.

14 h 00

Combats acharnés se poursuivent en vue de la réoccupation totale de ELIANE 2. Le VM renforce DOMINIQUE 1 et 2 ainsi que ELIANE 1.


Un message de FRANÇOISE : les deux petites Cies de supplétifs Thaï de l’adjudant CANTE commencent à se débander effrayé par les tirs d’artillerie et la propagande ennemie. Mais contrairement à ANNE-MARIE toutes les désertions n’ont pas lieu en même temps ce qui laisse du temps aux 1re et 2e Cies du I/2e REI de venir chercher les mortiers et les mitrailleuses ainsi que les cadres français et Thaïs. Les Thaïs restant seront désarmés et employés comme coolies sur ordre de Langlais mais une grande partie ira s’installer avec les rats de la Nam Youm dans des trous et des tranchées abandonnée au pied de Dominique ou dans des sapes dans les berges de la Nam Youm.

Ils sortent la nuit pour se ravitailler en vivres et en armement sur les parachutages. Ils mènent un marché noir florissant. Il est envisagé de les éradiquer mais cela est impossible. Leur estimation est de plus d’un millier.

Les DZ du Sud sont maintenant inutilisables ayant été décrites en clair à la radio elles sont balisées par les tirs d’artillerie vietminh.

Décision de ne plus parachuter que des petits sticks la nuit à des intervalles irréguliers les largages massifs de troupe devenant trop dangereux mais étant les seul qui pouvaient sauver Diên Biên Phu. Le sort en est scellé.

Début des missions Banjos, petits largages, petits sticks, sur petites DZ.

Largage de nuit à 400 pieds par Dakota isolé au milieu des traçantes et des explosions.

3 000 volontaires dont 700 non-parachutistes et qui sautent sans état d’âme sur une DZ en feu. 182 missions Banjo

Sur ELIANE 4, c’est l’apocalypse ! Terre noircie, labourée par les obus, paras enterrés vivants, les hommes hagards n’ont pas dormi une minute, fatigues qui s’ajoute à toutes celles endurées depuis 21 mois !

Dans le courant du mois d’avril, arrivée de 67 canons antiaériens de 37 chez les Viets en renfort des 16 mis en place précédemment.

Sur ISABELLE : La 9e Batterie dénombre 1 impact au m2. Les lignes téléphoniques sont coupées inutilisables irréparables. Commandement à la voix. 

Les tirs viets deviennent plus précis par les fusées récentes récupérées sur les largages ratés.

14 h 30

Combats acharnés se poursuivent en vue de la réoccupation en totalité de ELIANE 2. L’ennemi envoie des renforts et aménage des positions et bases de feux sur DOMINIQUE 1 et 2 et ELIANE 1. Harcèlement sur l’ensemble des positions continue.

15 h 00

Les Vietnamiens du 2e BEP refluent (avaient donné des signes défaillance en décembre à Muong Pon) ; débandade bloquée par les sous-officiers et les gendarmes (un gendarme est tué).

Gendarmes à Diên Biên Phu.

15 h 35

Préparation du parachutage du soir du II/1er RCP : Avions isolés à cadence variable se présentant à partir de de 20 h 30 à la verticale, un seul passage par Dakota chargé à 12 paras, altitude de largage 300 mètres, Début DZ côté parking, Fin bout de piste. Balisage par lampes électriques. Largage Sud-Nord. Point de regroupement impérativement transit et tranchées côté Ouest parking. DZ limitée par portion utilisable de la piste d’atterrissage à partir de 200 mètres de l’entrée de la piste jusqu’à 100 mètres de cette piste. Sécurité rapprochées de la DZ par éléments mobile et par PA limitrophes. Neutralisation DCA et observatoires par artillerie. Action de l’aviation sur les bases de la 308 au Nord-Nord-Ouest de HUGUETTE 7 contre batterie de 37 mm DCA. Luciole dans l’air n’éclairera pas pendant l’opération de largage.

16 h 30

Contre-attaques réciproques se succèdent sur ELIANE 2 qui reste en partie au Vietminh.

Implantations sur ELIANE 2 : éléments du 1/4 RTM et 6e BPC et 2 Cies du 1er BEP.

ELIANE 4 : aux ordres du commandant BIGEARD avec éléments 6e BPC et 5e BPVN.

Des éléments du 1/4e RTM récupérés sont regroupés à JUNON.

17 h 30

Capitaine HERVOUËT blessé une seconde fois. Il n’y a plus aucun chef de pelotons. Demande de parachuter ce soir un lieutenant de l’Arme Blindée Cavalerie pour prendre le commandement des chars de Diên Biên Phu. Le colonel insiste pour que sa demande soit satisfaite.

18 h 30

DCA active. Harcèlement canon et mortiers :

  • 105 mm : 1300.
  • 120 mm : 1200.

Impossible d’évaluer les mortiers de 81 et 71.

19 h 30

Bulletin de renseignement du GONO : Les parachutages de munitions ont eu lieu cet après-midi avec succès à 50%.

Au soir du 1er avril, après avoir passé huit heures à cheminer à travers les boyaux qui serpentent entre les collines, une unité fraîche, le régiment 174 de la division 316, part à la conquête d’ELIANE 2 défendu par des Thaïs, des Marocains, des parachutistes, des légionnaires. Au matin, il doit se retirer, abandonnant des cadavres par centaines, sur les Champs Elysées et aux abords de la murette d’enceinte. Exsangue, la division 316 s’est retirée d’ELIANE 2  en y abandonnant 1 500 cadavres.

Il en est ainsi tout au long des journées et des nuits des 1er, 2 & 3 avril. La bataille pour la 5e colline va se poursuivre trois jours encore, avec le même acharnement.

Relève réussie sur HUGUETTE 7 de la 1re Cie du 5e BPVN du capitaine BIZARD à bout de souffle par une Cie de marche formée du 1/2e REI et des supplétifs commandée par le lieutenant SPOZIO.

Pascal PECCAVET
Pascal PECCAVET
Ancien pilote d'hélicoptère sur Gazelle au sein de l’aviation Légère de l’armée de Terre (ALAT) pendant 18 ans cumulant 2 500 heures de vol. Ancien combattant de la guerre du Golfe et de la Somalie. Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation nationale. Adjoint gestionnaire d’un établissement scolaire. Commissaire aux Armées de Réserve (en attente d'affectation). Membre de l’Union Nationale des Combattants de Saint-Paul-lès-Dax (Landes). Historien chercheur pour l'ECPAD. Historien "War Studies". Spécialiste de la guerre d’Indochine. A rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en janvier 2024.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB