mardi 16 avril 2024

Hommage à nos soldats tués en Afghanistan ce 9 juin 2012

Quatre de nos camarades ont été tués hier et plusieurs blessés suite à une attaque suicide. Que peut-on y faire ? Malheureusement, pas grand-chose et rien ne pourra empêcher l’action de candidats déterminés au suicide (voir Bruxelles2 pour l’état des pertes de l’OTAN). Le chef de l’Etat et le ministre de la défense ont déjà pris la mesure de leurs lourdes responsabilités et font face. Ayons une pensée pour nos soldats et leurs familles. J’ai aussi une pensée pour ces interprètes afghans qui sont un apport essentiel aux missions de nos forces en Kapisa. Ils ont aussi servi la France à leur manière.

Cet attentat a donc coûté la vie à des soldats courageux dont le métier était d’aller au contact des populations, d’expliquer la présence de la France et de l’OTAN, de contribuer à limiter autant que possible les conséquences négatives de la guerre en améliorant les conditions de vie des Afghans, de comprendre aussi les facteurs socioculturels qui construisent les populations côtoyées. Les soldats qui ont été tués l’ont été alors qu’ils étaient là pour aider les populations locales et atténuer les rigueurs de la guerre contre-insurrectionnelle. Il ne faut pas l’oublier. Effectivement c’était des « non-combattants » comme les ont qualifiés certains médias mais un soldat en mission opérationnelle peut-il être considéré comme un non-combattant ?

L’OTAN et la France ont décidé de prendre en compte l’environnement humain des opérations depuis les années 1990. Ainsi le groupement interarmées (Terre, Air, Mer, directions et services) d’actions civilo-militaires a été créé à Lyon suite aux propositions faites en mai 1999 au chef d’état-major de l’armée de terre. Le groupement des opérations militaires d’influence a été créé au début des années 2000 à Lille. Aujourd’hui, conformément à la doctrine d’emploi des forces de 2011, il s’agit avant tout de prendre en compte l’environnement humain des opérations, en l’occurrence les populations au milieu desquelles nos troupes évoluent. Cependant, ce ne sont pas des « hommes du renseignement » comme l’affirme Jean Guisnel sur le site du Point aujourd’hui. Ils n’en font pas plus que les autres soldats déployés sur le terrain.

Les ETOMI (équipe tactique « opérations militaires d’influence » créée dans le cadre de la doctrine des Psychological operations de l’OTAN en 2007 et des opérations militaires d’influence en France en 2008) sont des équipes de deux à trois hommes déployés en appui des forces de l’Otan pour expliquer les raisons de leur présence ou les objectifs des opérations aux populations au contact des troupes occidentales. En France, ces équipes sont formées au sein des unités déployées (infanterie, arme blindée, artillerie) en raison des effectifs limités du groupement des opérations militaires d’influence (GOMI) qui rassemble, forme les spécialistes des opérations militaires d’influence (et non PSYOPS comme l’écrit JD Merchet, je fais partie des puristes – avec de bonnes raisons – qu’il évoque). En république de Côte d’Ivoire, les équipes ETOMI et CIMIC employées ensemble ont grandement facilité l’opération Licorne. Ce mode d’action a été repris en Afghanistan.

Donc rien de très secret. Tous les documents d’emploi sont en ligne.

Le GOMI et le GIACM ont été rassemblés à Lyon pour constituer le 2 juillet 2012 le centre interarmées des actions sur l’environnement. Cela pourrait aussi être un événement où le souvenir des camarades tombés pourra être rappelé.

Général (2S) François CHAUVANCY
Général (2S) François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Consultant géopolitique sur LCI depuis mars 2022 notamment sur l'Ukraine et sur la guerre à Gaza (octobre 2023), il est expert sur les questions de doctrine ayant trait à l’emploi des forces, les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, la contre-insurrection et les opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Depuis juillet 2023, il est rédacteur en chef de la revue trimestrielle Défense de l'Union des associations des auditeurs de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN). Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde à compter d'août 2011, il a rejoint en mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB