Kourou : Lancement réussi pour le satellite militaire CSO-1


Ce lancement, à partir d’un lanceur russe SOYOUZ, marque le début du renouvellement de l’ensemble des capacités spatiales de la défense française. Le renouvellement complet interviendra pendant la loi de programmation militaire 2019-2025, dans les domaines de l’observation, des communications et du renseignement électromagnétique.

La constellation CSO, composée de 3 satellites, inaugure la nouvelle génération de satellites d’observation militaire qui sera complètement déployée à l’horizon 2021, en remplacement des satellites Hélios 2 actuellement en service. CSO apporte une qualité d’image sans équivalent en Europe permettant aux armées d’accéder à un plus grand niveau de détails, une plus-value significative pour les activités de renseignement et de ciblage. CSO est également un système à la pointe de la technologie offrant aux utilisateurs, en un seul survol, plus d’images sur une même zone géographique. Enfin, ses capacités de réactivité permettent une meilleure adaptation au rythme des opérations.

Le projet CSO, développé dans un cadre national au sein du programme MUSIS (Multinational Space-based Imaging System), est résolument ouvert aux partenariats européens au travers d’accords bilatéraux : l’Allemagne, la Suède et la Belgique ont déjà rejoint la communauté CSO via des accords de coopération ; des accords avec d’autres pays européens sont en discussion.

La Direction générale de l’armement (DGA) assure la conduite du programme MUSIS, en équipe intégrée avec le Commandement interarmées de l’espace de l’État-major des armées. Elle assure en propre la maîtrise d’ouvrage du segment sol utilisateurs, ainsi que l’ensemble des aspects liés à la mise en place des partenariats de coopération. La DGA a délégué au Centre national des études spatial (CNES), la maîtrise d’ouvrage pour la réalisation et le lancement des satellites CSO, ainsi que pour la réalisation du segment sol mission. La maîtrise d’œuvre des éléments constitutifs du système MUSIS fait intervenir les industriels Airbus Defence & Space, Thales Alenia Space, Thales Services, Capgemini et Arianespace.

Vidéo ci-dessous : décollage à partir de la 21e minute

Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 18 décembre
Next IRSEM : Impact des nouveaux modèles économiques industriels sur les équipements des armées

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.