mardi 27 septembre 2022

Vers une « militarisation » accrue des forces de sécurité ? (1)

Le Monde du 20 août a attiré mon attention sur le durcissement de l’armement des forces de sécurité intérieure par les décrets n°2011-794 et 795 du 30 juin 2011 relatif à l’emploi de la force pour le maintien de l’ordre public. Suscitant des rumeurs que l’article veut dissiper, ces décrets suscitaient quelques interprétations sur internet concernant la possibilité nouvelle donnée aux forces de maintien de l’ordre public de riposter par l’emploi de fusils à répétition (décret 2011-795). Sur son blog (http://moreas.blog.lemonde.fr/), le commissaire en retraite Moreas donnait quant à lui une explication plus technique que je ne partage pas totalement.

Cette volonté d’atténuer l’effet de ces décrets signés au début de l’été nécessite à mon avis un débat un peu plus approfondi.

Certes, il faut prendre en compte le contexte intérieur sinon européen (Cf. les émeutes au Royaume-Uni) qui est devenu très compliqué :

  • les armes de guerre semblent proliférer sur notre territoire ;
  •  les malfrats – entre autres – n’hésitent plus à tirer y compris avec des armes de guerre sur les forces de sécurité ou les pompiers, reculant ainsi le seuil de violence acceptable et contraignant à réagir;
  •  le sentiment d’insécurité prospère malgré les efforts des uns ou des autres que l’on pourra toujours contester, entre trop de répression et trop de laxisme sur fond de crise économique ;
  •  enfin et surtout pour répondre à ce besoin grandissant de sécurité, le ministère de l’intérieur, de l’Outre-mer , des Collectivités territoriales et de l’immigration  (MIOMCTI) prend de plus de plus de pouvoir, avec une « militarisation »  progressive des policiers et une « civilianisation » rampante des  gendarmes suivant en cela un processus engagé avant 2007.

Des décrets et de l’élargissement des missions du MIOMCTI et de sa « militarisation »

Pour en revenir aux décrets proprement-dits, si l’on se réfère à l’article 3 du décret 2011-795, celui-ci rappelle les armes en dotation dans le cadre de l’emploi de la force pour le maintien de l’ordre public, donc dans la police et la gendarmerie. Il y intègre désormais le fusil à répétition qui, selon le décret du 6 mai 1995, cat. 1, § 2, est une arme de guerre (arme de 1ère catégorie). Le code pénal modifié certes encadre le recours à la force et aux différents armements en rappelant la proportionnalité de la riposte : « Hors les deux cas prévus au quatrième alinéa de l’article 431-3, les représentants de la force publique ne peuvent faire usage des armes à feu pour le maintien de l’ordre public que sur ordre exprès des autorités habilitées à décider de l’emploi de la force dans des conditions définies à l’article R. 431-4 ».

Cet article 431-3 spécifie cependant : « Toutefois, les représentants de la force publique appelés en vue de dissiper un attroupement peuvent faire directement usage de la force si des violences ou voies de fait sont exercées contre eux ou s’ils ne peuvent défendre autrement le terrain qu’ils occupent »… En clair, dans un cadre bien défini, la possibilité est offerte non de tirer sur la foule contrairement à la rumeur, mais de riposter avec « proportionnalité » à une menace par arme à feu y compris donc par un fusil à répétition.

La problématique s’étend bien cependant au-delà de ces décrets. La loi donne au MIOMCTI une possibilité de recourir à des armes de guerre. Or, il dispose maintenant aussi d’une capacité militaire propre avec la gendarmerie. On peut légitimement s’interroger si d’une part le ministère de l’intérieur ne doit pas être rétabli dans sa fonction sécuritaire civile à un niveau plus conforme à ses missions concernant la sécurité des personnes et des biens, d’autre part si une partie des moyens militaires dont la gendarmerie s’est dotée ne devraient pas migrer vers les forces armées « conventionnelles » dites de troisième catégorie afin qu’elle puisse se consacrer avec tous ses effectifs à ses missions de sécurité publique.

François CHAUVANCY
François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Il est expert des questions de doctrine sur l’emploi des forces, sur les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, à la contre-insurrection et aux opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Depuis mars 2022, il est consultant en géopolitique sur LCI notamment sur la guerre en Ukraine. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde depuis août 2011, il a rejoint depuis mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB