3 février 1976 : Prise d’otages de Loyada


Le 3 février 1976, à Djibouti, plusieurs terroristes prennent en otage un car scolaire dans lequel se trouvent 31 écoliers, tous enfants de militaires français en poste à Djibouti. Très vite, les ravisseurs se disent membres du Front de libération de la côte des Somalis et ont plusieurs revendications. Ils demandent le départ des 6000 ressortissants français de Djibouti, l’indépendance du Territoire des Afars et des Issas (une colonie française entre 1967 et 1977) ainsi que la libération de prisonniers politiques. 

Le Président de la République Valéry Giscard d’Estaing ordonne d’envoyer le GIGN, créé après la prise d’otages des JO de Munich et dirigé par le commandant Christian ProuteauAprès plusieurs heures de négociation, l’assaut est donné. C’est à ce moment là que le GIGN utilise pour la première fois le « tir simultané ».

Dans ce reportage d’Antenne 2, un soldat décrivait la situation : « Nous sommes actuellement sur le poste du GNA et vous avez en face de vous le poste de gendarmerie Somalie. Juste en avant, le car militaire dans lequel il y avait les enfants et les ravisseurs. » Le commandant Christian Prouteau, présent sur place, témoignait de son émotion après le lourd bilan de la prise d’otages : « C’est triste. Nous avions l’espoir de sauver tout le monde. Nous travaillons pour pouvoir tirer tout le monde d’affaire. C’est dans ce but unique. » Deux enfants sont tués, 8 personnes sont blessées et le nombre de soldats somaliens tués reste indéterminé. Tous les preneurs d’otages ont été abattus.

L’indépendance de Djibouti est officiellement proclamée le 27 juin 1977, un an après la prise d’otages.

Source : INA

Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 3 février
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 6 février

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.