mercredi 10 juillet 2024

CHRONICORUM BELLI du 25 avril

25 avril 1214 : Naissance de Louis IX, futur « Saint Louis », roi de France de 1226 à sa mort, le 25 août 1270

Neuvième roi de France issu de la dynastie des Capétiens directs, il est le quatrième ou cinquième enfant et deuxième fils connu du roi Louis VIII, dit « Louis le Lion », et de la reine Blanche de Castille, de laquelle il reçoit une éducation très stricte et très pieuse durant toute son enfance.

Aîné des membres survivants de sa fratrie, il hérite de la couronne à la mort de son père, alors qu’il n’est âgé que de douze ans. Il est sacré le  en la cathédrale de Reims, mais c’est la reine mère qui, conformément au testament de Louis VIII, exerce la régence du Royaume jusqu’à la majorité du nouveau monarque.

Devenu adulte, Louis IX met fin au conflit entre Capétiens et Plantagenêts et se soucie de l’extension du domaine royal, auquel il rattache notamment les sénéchaussées de Beaucaire et de Carcassonne, tout en consolidant sa souveraineté sur la Normandie, l’Anjou, la Touraine, le Maine et le Poitou.

Il mène un règne inspiré des valeurs du christianisme qui contribue à fonder l’idée que les pouvoirs spirituel et politique peuvent être incarnés par un seul homme. Il atténue les excès de la féodalité au profit de la notion de bien commun et développe la justice royale, où le souverain apparaît comme « le justicier suprême ». De cette manière, il fait progressivement passer la France d’une monarchie féodale à une monarchie moderne, ne reposant plus seulement sur les rapports personnels du roi avec ses vassaux, mais sur ceux du roi en tant que chef de l’État avec ses « sujets ».

Louis IX est effectivement un roi réformateur qui veut léguer un royaume dont les sujets seront soumis à un pouvoir juste : il renouvelle la « quarantaine-le-roi », ordonne la présomption d’innocence, atténue l’usage de la torture, interdit l’ordalie et la vengeance privée et institue la supplicatio, consistant à pouvoir faire appel au roi pour l’amendement d’un jugement. Sa réputation dépassant les frontières du Royaume, son arbitrage est parallèlement sollicité par les différentes monarchies d’Europe. Il établit également dans le Royaume une monnaie unique et se fait l’instigateur des institutions qui deviendront le Parlement et la Cour des comptes. Très pieux, il fait d’autre part construire plusieurs églises, abbayes et hospices, vient en aide aux plus faibles, travaille à la conversion des princes mongols, soutient la fondation du collège de Sorbonne et se procure des reliques de la Passion pour lesquelles il fait construire la Sainte-Chapelle en 1242.

Conformément à son vœu prononcé à la suite d’une grave maladie, puis confirmé à la suite d’une guérison dite miraculeuse, Saint Louis part se battre avec ses frères Robert d’Artois, Alphonse de Poitiers et Charles d’Anjou, en Égypte, lors de la septième croisade. À son retour, alors qu’il est persuadé que son échec est dû à l’état d’immoralité du Royaume, il travaille à renforcer son autorité et à rétablir la moralité chrétienne. Il décide ainsi de punir le blasphème, les jeux d’argent, les prêts à intérêts et la prostitution ; il tente également de convertir au christianisme de gré ou de force les juifs de France. À cette fin, il finit par leur imposer diverses mesures, dont le brûlement du Talmud et, vers la fin de son règne, le port de la rouelle.

Enfin, en 1270, il repart en Tunisie pour la huitième croisade, au cours de laquelle il meurt de maladie. La peste, la dysenterie et le typhus ont tour à tour été évoqués ; en 2019, des analyses montrent que le roi était gravement atteint de scorbut, et peut-être de bilharziose.

Il est canonisé le  sous le nom de saint Louis de France par le pape Boniface VIII, sous l’impulsion de son petit-fils Philippe IV le Bel. Sa fête liturgique est fixée au jour anniversaire de sa mort, c’est-à-dire le . Aujourd’hui considéré comme un monarque ayant offert à la France un renouveau économique, intellectuel et artistique, il est considéré comme l’un des trois grands Capétiens directs avec son grand-père Philippe II Auguste et son petit-fils Philippe IV le Bel.

Source : WIKIPEDIA


25 avril 1607 : bataille de Gibraltar

qui oppose, durant la guerre de Quatre-Vingts Ans, une flotte hollandaise commandée par Jacob van Heemskerk, qui surprend une flotte espagnole ancrée dans la baie de Gibraltar et l’anéantit après quatre heures de combat.

Profitant de courants favorables et de la plus grande manœuvrabilité de ses vaisseaux, Jacob Van Heemskerk attaqua d’abord les grosses unités espagnoles, les détruisit avant de s’en prendre au reste de la flotte ; après 4 heures de combat, les 21 navires ibériques étaient coulés ou pris, 4 000 marins espagnols avaient péri. Cette grande victoire de la guerre de Quatre-Vingts Ans lui coûta toutefois la vie car l’amiral décéda de ses blessures, un boulet de canon lui ayant emporté la jambe.

Le corps du marin fut rapatrié à Amsterdam où il fut enterré avec les honneurs dans l’Oude Kerk d’Amsterdam. Dans cette même ville, au Rijksmuseum, sont exposés son costume et son armure (à laquelle il manque la plaque emportée par un boulet espagnol). De nombreux navires de la marine des Pays-Bas ont porté ou portent encore le nom de ce grand marin. C’est ainsi le cas d’une classe de frégates lance-missiles.


25 avril 1707 : bataille d’Almansa lors de la guerre de Succession d’Espagne

Lors de la guerre de Succession d’Espagne, Berwick, à la tête d’une armée franco-espagnole, remporta à Almansa, le  sur les troupes luso-britannico-hollandaises de l’archiduc Charles, commandées par Henri de Massué et le marquis des Minas, une grande victoire, permettant à Philippe V de reconquérir son trône. Elle est donc probablement la seule bataille de l’histoire à avoir opposé des troupes françaises commandées par un Anglais à des troupes anglaises commandées par un Français.

Les Anglais firent d’abord plier la première ligne de l’aile droite de l’armée française ; puis le chevalier d’Asfeld, à la tête de la seconde ligne, battit les assaillants et chargea ensuite leur aile droite, la mit en fuite et poursuivit les fuyards.

Le lendemain de la bataille, les Français firent prisonniers plusieurs généraux et 13 bataillons ennemis, dont 5 Anglais, 5 Hollandais et 3 Portugais.

La bataille d’Almansa fut décisive pour la guerre, mais n’a pas signifié la reddition immédiate du royaume de Valence. L’armée des Bourbons dut conquérir les villes et les villages qui résistaient. Xàtiva a été la première cité assiégée, au commencement de mai : l’armée des deux couronnes de France et d’Espagne ayant été divisée en deux corps, l’un, commandé par le chevalier d’Asfeld, emporta la place en quelques jours, n’hésitant pas à détruire deux monastères retranchés. La garnison, composée d’Anglais et de Hollandais, secondée par les habitants, ayant défendu le terrain de rue en rue, les Franco-Espagnols firent passer au fil de l’épée quiconque se trouvait pris les armes à la main. Les troupes réglées se jetèrent dans le château et, comme les Franco-Espagnols ne pouvaient les y forcer qu’en s’exposant à de lourdes pertes, ils prirent le parti de faire bloquer ce château par quatre bataillons, afin de remobiliser le reste de ses troupes pour d’autres expéditions. Xàtiva fut finalement occupée et le roi Philippe V ordonna sa destruction ; elle fut alors incendiée ; plus tard on changea son nom par celui de San Felipe et on procéda à son repeuplement par des personnes fidèles à l’armée des Bourbons. À la suite furent conquises Denia, Alcoy et finalement Alicante.


25 avril 1792 : Rouget de l’Isle compose Le Chant de guerre pour l’armée du Rhin,

précurseur de l’hymne national français La Marseillaise.

 


25 avril 1928 : Mort du général russe Piotr Nicolaïevitch Wrangel

commandant en chef des armées du Sud, qui combattit dans les Armées blanches durant la guerre civile russe. Né Peter von Wrangel le  ( dans le calendrier julien) à Novoaleksandrovsk, Russie (aujourd’hui Zarasai, Lituanie) et mort le  à Bruxelles. Sa dépouille repose dans l’église orthodoxe russe de Belgrade.

 


25 avril 1945 : jonction des troupes américaines et soviétiques, lors du jour de l’Elbe, près de Torgau.

Crédit : DR.

 


25 avril 1951 : victoire des Nations unies, à la bataille de Kapyong, pendant la guerre de Corée.

La vallée de la Kapyong, occupée par la 27e brigade du Commonwealth qui était alors en réserve, est une route idéale d’évasion pour les Sud-Coréens. La rivière Pukhan traverse le centre de la vallée, dont la largeur atteint quelque trois kilomètres. Le 2e bataillon canadien du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry (PPCLI) s’installe à la cote 677 et le 1er Régiment britannique du Middlesex s’accroche au sud des Patricias, tandis que le 3e bataillon du Royal Australian Regiment occupe la cote 504.

Dans la nuit du 22 au , les forces chinoises attaquent les positions de la 6e Division de la République de Corée qui est menacée d’être coupée du reste des troupes et d’être anéantie. Les Australiens sont les premiers à être attaqués durant toute la nuit du 23 au . Le jour, les Australiens sont forcés à se retirer. Leur retrait expose les Patricias aux attaques directes.

La bataille générale débute. Les Canadiens repoussent l’assaut par le tir nourri de mitrailleuses et de mortiers, puis sont débordés et le commandant appelle un tir d’artillerie sur ses propres positions. Ils ont pu maintenir leurs positions, vitales à la défense de toute la brigade. L’ennemi a souffert de lourdes pertes et son offensive a été arrêtée. Ce jour-là, le 2e bataillon du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry a gagné l’un des premiers rangs parmi toutes les unités de l’ONU en Corée par sa bravoure et son héroïsme.

 


25 avril 1960 : succès de l’opération Sandblast.

Le sous-marin nucléaire d’attaque américain USS Triton (SSRN-586) achève la première circumnavigation en immersion. Lors de son entrée en service, il était le plus grand et plus puissant des sous-marins jamais construits et le seul sous-marin non soviétique équipé de deux réacteurs nucléaires.

Crédit : DR.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB