dimanche 21 juillet 2024

En mai, fais ce qu’il te plaît

Que pouvait-on bien commémorer aujourd’hui ? Certes, un musée sur la mémoire légitimement due à l’esclavage, a été inauguré en Guadeloupe. Acte de mémoire important mais peut-être aurait-il fallu aussi rappeler que les négriers français achetaient « le bois d’ébène » aux chefs africains ? Le devoir de mémoire ne peut pas être à sens unique. Il faudra sans aucun doute lire les ouvrages issus du nouveau programme d’histoire du collège pour constater comment cette partie de notre histoire est présentée à nos enfants et à nos petits-enfants.

Le plus important à mon sens a été bien sûr cette commémoration du 70ème anniversaire de la défaite de l’Allemagne (N’oublions pas qu’elle a été supprimée en 1975 par Valéry Giscard d’Estaing lors de sa présidence puis rétablie, Cf. Pourquoi le 8 mai est-il férié). En revanche, une simple présence symbolique française à Moscou (mieux vaut les Caraïbes et surtout Cuba, magnifique mirage de réussite pour la Gauche française) car respecter la mémoire de 27 millions de morts n’est pas vraiment important. Quant au 8 mai en France, on ne pouvait qu’être ému par ce chant des partisans entonné par le chœur de l’armée française sous l’Arc de triomphe. Mais aujourd’hui, libération, résistance contre qui, contre quoi ?

Dans mon village comme dans d’autres, le rassemblement de ceux qui le voulaient bien s’est fait autour du monument aux morts. Quand cela est bien organisé par les élus municipaux, et cela a été le cas, cela a du sens. Chaque année, de plus en plus de personnes, et pas uniquement d’un certain âge, se joignent à ce devoir de mémoire qui crée une identité nationale commune. Une quarantaine de jeunes enfants, volontaires (sans doute plutôt leurs parents, ce qui est encourageant) ont entonné la Marseillaise, accompagnés par l’assistance. Un certificat de citoyenneté leur a été remis. Sans aucun doute, un exemple à suivre.

Cette année, une nouvelle fois, une trentaine de collégiens canadiens dans le cadre du jumelage avec le collège du village assistait et participait aussi à la cérémonie. Je n’ai pas constaté la présence de collégiens français. Il est vrai que le 8 mai est un jour férié, ne l’oublions pas, mais évoquer la République et ses valeurs à longueur de journée, n’est-ce pas contradictoire avec ce seul volontariat pour la présence de collégiens et de leurs enseignants ? Nous ne défendrons pas longtemps la République avec des commémorations « au choix » et la réforme du collège ne me semble pas avoir abordée cette situation, au contraire.

L’Education nationale, avec ses fonctionnaires, donc symbole de l’Etat, peut-elle être absente des cérémonies patriotiques alors qu’elle prétend enseigner les valeurs de la République, y compris à travers les programmes d’histoire ? Une journée dédiée à la compréhension de l’Histoire et au roman national n’aurait-elle pas pu être imposée le 11 novembre et le 8 mai, avec une présence obligatoire aux cérémonies patriotiques ? Embêtant, redonner une âme à la Nation, vous ne vous rendez pas compte ? Je pense que l’hypocrisie est devenue une « vertu » cardinale.

J’ajouterai que confier aux armées la mission de former des jeunes en échec scolaire sur le territoire national comme cela était déjà le cas outremer (Cf. Audition sur le service militaire adapté du 17 février 2015  et Rapport du Sénat de 2008), confirme cet échec de l’éducation nationale et aussi la capacité des armées à remplir les missions dont les autres ne veulent pas. Les armées ont un rôle social inégalé.

Abordant l’engagement des serviteurs de l’Etat, je ne peux m’empêcher aussi de rappeler, à nouveau, ce qui a sans doute échappé à un certain nombre de mes concitoyens, le cas de nos CRS qui sont fatigués, malades d’où leurs nombreux arrêts de maladie. Assurer la garde de points sensibles, c’est trop dur. Et leur ministre les a entendus semble-t-il. Un excellent médecin manifestement (nos ministres savent tout faire).

Et maintenant nos 10 000 soldats sur le territoire national, que faut-il leur dire ? Après tout, ils sont autorisés comme tout citoyen à consulter un médecin civil et à être mis en « arrêt maladie » (Cf. Le Monde du 6 mai 2015). Oublier que le service de la République peut imposer des contraintes exceptionnelles, de longue durée (d’où des compensations, ne l’oublions pas) me semble signifier que le sens du service public a fortement été affaibli. Si les serviteurs de la République ne sont plus capables de faire face, de s’engager, n’est-il pas temps de changer de métier et même de le leur faire comprendre ? Mais je dois être psychorigide.

Enfin, autre sujet, sans doute anecdotique, est cet échange que j’ai eu avec un modérateur de l’hebdomadaire L’Express ce 6 mai. Certes, je sais qu’historiquement l’Express et les armées n’ont jamais eu beaucoup d’affinités. Mais quand même. Je réagissais par un bref commentaire à un article en ligne sur la RCA (Cf. L’Express). Rejeté, je me suis étonné après avoir consulté la charte (Cf. La charte), ne me retrouvant pas dans les conditions justifiant cette « exclusion ». Eh oui, j’étais « hors sujet » selon le modérateur.

Effectivement la modération permet d’orienter les débats. C’est le libre-choix, légitime, de toute rédaction. Je vous diffuse le texte car les commentaires des lecteurs doivent permettre une meilleure compréhension des sujets traités par les journalistes… qui n’ont pas la vérité (nous non plus, je sais). Alors, peut-être ce texte était-il hors sujet mais je n’en suis toujours pas vraiment sûr. Le cas reste intéressant pour réfléchir sur les médias et leurs modes d’action pour orienter leurs lecteurs :

« Il est temps de quitter la RCA avec qui jamais la France n’a eu des rapports réellement amicaux. Ne perdons pas notre temps et laissons la RCA se débrouiller, sans état d’âme. S’il y a des coupables dans l’armée française, ils seront sanctionnés. Pour l’instant, pas de preuves, des rumeurs dans un contexte trouble, quel crédit apporté à ces suppositions alors qu’une enquête engagée depuis juillet 2014 n’a rien donnée ».

Général (2S) François CHAUVANCY
Général (2S) François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Consultant géopolitique sur LCI depuis mars 2022 notamment sur l'Ukraine et sur la guerre à Gaza (octobre 2023), il est expert sur les questions de doctrine ayant trait à l’emploi des forces, les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, la contre-insurrection et les opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Depuis juillet 2023, il est rédacteur en chef de la revue trimestrielle Défense de l'Union des associations des auditeurs de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN). Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde à compter d'août 2011, il a rejoint en mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB