Excitez, excitez votre ardeur guerrière !


Un mortel n’est pas pour moi digne d’estime, fût-il vainqueur à la course et à la lutte, eût-il la taille et la force des Cyclopes, fût-il plus agile que l’aquilon de Thrace, plus beau que Tythion lui-même, plus riche que Meidas et Cynoia, plus puissant que Pélops, fils de Tantale. Eût-il une voix aussi mélodieuse que celle d’Adraste, eût-il enfin tous les genres de gloire, il n’est rien s’il n’a pas la valeur guerrière. C’est un homme inutile à la guerre s’il ne supporte pas la vue d’un combat sanglant, s’il n’aspire pas à l’honneur d’affronter de près l’ennemi. La valeur est la plus précieuse qualité de l’homme ; c’est le plus bel ornement du jeune guerrier. C’est un bien pour l’État et pour le peuple que posséder un brave qui combat aux premiers rangs avec courage et fermeté, qui, loin de penser jamais à une fuite honteuse, expose hardiment sa vie aux dangers et encourage celui qui est à ses cotés à braver la mort. Voilà l’homme utile à la guerre ; il met en fuite les terribles bataillons de l’ennemi, et sa prudence active règle le sort du combat. S’il perd la vie, frappé au premier rang, il comble de gloire et sa patrie, et ses concitoyens et son père : de nombreuses blessures ont percé son bouclier, sa cuirasse et sa poitrine ; les vieillards et les jeunes gens le pleurent également ; toute la ville en deuil escorte ses funérailles ; on montre sa tombe, on honore ses enfants, ses petits-fils et tous ses descendants. Sa gloire et son nom ne périssent pas : quoiqu’il repose au sein de la terre, il est immortel, le guerrier courageux qui est tombé sous les coups du terrible Mars, sans crainte, ferme à son poste, combattant pour sa patrie et ses enfants. S’il échappe au trépas et au long sommeil de la mort, il remporte la victoire et l’éclatant honneur du combat, il reçoit les louanges empressées des jeunes gens et des vieillards, et ce n’est qu’après de nombreux hommages qu’il descend chez Pluton. Quand il vieillit, il est au premier rang parmi ses concitoyens ; par respect et par amour de la justice, nul ne voudrait l’offenser. Jeunes gens, hommes de son âge et même vieillards lui cèdent leur place par honneur. Aspirez donc au plus haut degré de cette vertu ! Excitez, excitez votre ardeur guerrière ! 

TYRTÉE

Print Friendly, PDF & Email
Previous 31 décembre 406 : Des peuples germaniques franchissent le Rhin gelé
Next Sergueï Netchaïev : catéchisme du révolutionnaire (1869)

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.