Futur hélicoptère “Guépard” : les développements militaires sont lancés


La Direction générale de l’armement (DGA) a notifié le 30 décembre 2019 à Airbus Helicopters et Safran Helicopter Engines, le marché de pré-développement de la militarisation de l’hélicoptère H160. Il concerne notamment l’adaptation des instruments de bord, des capteurs et de la cabine pour permettre la réalisation de missions militaires, y compris à partir de bateaux de la Marine nationale.

Le Guépard, dont la maquette a été présentée pour la première fois en juin 2019 au Salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget, équipera les trois armées et remplacera les Gazelle de l’armée de Terre, les Alouette III, Dauphin et Panther de la Marine nationale, et les Fennec de l’armée de l’Air.

Florence Parly avait annoncé en mai 2019 sa décision d’accélérer le programme pour permettre les premières livraisons dès 2026 avec 2 ans d’avance sur le planning initial. Cette commande vient confirmer l’accélération du programme.

Une flotte unique d’hélicoptères pour un soutien optimisé

En liaison avec l’état-major des armées, la DGA poursuit la définition des performances et des caractéristiques attendues du Guépard et de son système de soutien. Le lancement en réalisation du programme est prévu en 2021.

L’ensemble des acteurs du projet, DGA, Direction de la maintenance aéronautique (DMAé), armées, Airbus Helicopters et Safran Helicopter Engines, continuent en parallèle leurs travaux sur la maintenance. L’existence d’une flotte d’hélicoptères unique pour les trois armées doit permettre une organisation du soutien plus performante et optimisée.

Grâce à sa polyvalence, le Guépard permettra aux armées de réaliser une grande variété de missions dans un cadre national ou interallié. Il assurera ainsi les missions de reconnaissance armée, d’appui feu, d’infiltration de forces spéciales ou d’évacuation sanitaire dans l’armée de Terre. Il effectuera également des missions de lutte anti-navire, de protection de la force navale, de renseignement et de secours maritime au sein de la Marine nationale. Enfin, il réalisera dans l’armée de l’Air des missions de protection de l’espace aérien, de recherche et sauvetage, de renseignement, voire d’action dans la profondeur.

Acquisition d’une flotte intérimaire d’hélicoptères pour la marine

Les Alouette III de la marine sont progressivement retirées du service. Une flotte intérimaire d’hélicoptères vient d’être commandée pour assurer la continuité des missions de la Marine nationale, dans l’attente des livraisons des Guépard :

  • La Direction de la maintenance aéronautique (DMAé) a commandé le 31 décembre 2019, la location et le soutien de 12 Dauphin au groupement formé par Heli-Union et DCI ; après modification des hélicoptères pour leur permettre d’opérer à partir de navires de la Marine nationale, ils entreront en service dès la fin de l’année pour une durée de dix ans.
  • La DGA a notifié le 31 janvier 2020 un marché pour quatre H160 neufs en location-vente auprès du groupement formé par Airbus Helicopters, Babcock et Safran Helicopters Engines. Utilisés pour des missions de recherche et sauvetage en Atlantique et en Manche, ils seront opérationnels dès 2022 pour une période de 10 ans. Le soutien sera assuré par les industriels avec un engagement de disponibilité élevé. Cette flotte de H160 permettra ainsi d’acquérir, au profit du Guépard, un retour d’expérience en utilisation des hélicoptères et de leur soutien.
Print Friendly, PDF & Email
Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 6 février
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 9 février

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.