Géopolitique de « l’ami américain ». Jean-François Fiorina s’entretient avec Eric Branca


« Rien ne nous séparera jamais des Etats-Unis » a dit Emmanuel Macron le 14 juillet, après avoir convié Donald Trump au défilé des Champs-Elysées. Depuis, ce dernier ne tarit pas d’éloges sur son homologue français. Mais le mot « amitié » a-t-il pour autant le même sens des deux côtés de l’Atlantique ? Dans un livre-somme sorti le 16 août chez Perrin (L’ami américain, Washington contre de Gaulle, 1940-1969), Eric Branca – qui a eu accès aux archives déclassifiées des services secrets américains – démontre, preuves à l’appui, que tel n’est pas le cas dès lors qu’un chef d’Etat refuse qu’amitié rime avec vassalité. Un entretien en guise de prélude au 10ème Festival de géopolitique qui se tiendra à Grenoble en mars 2018 sur le thème : Un XXIème siècle américain ?

 

Previous HISTOIRE : Chronique du 3 septembre
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 4 septembre

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.