jeudi 8 décembre 2022

HISTOIRE : Chronique culturelle du 20 janvier

20 janvier 1795 : prise d’Amsterdam.

Le général français Pichegru entre à Amsterdam avec son armée, dans le but de s’emparer définitivement des Provinces-Unies. Le gel des glaces lui permet de vaincre sans difficulté la flotte hollandaise (neutralisée par un raid … de hussards) et d’atteindre ainsi Groningue le mois suivant. La France détient alors la totalité des Provinces-Unies, qui disparaissent définitivement en s’ajoutant au territoire de la future Belgique, formant provisoirement la République batave.


20 janvier 1841 : cession de Hong-Kong à la Grande-Bretagne.

Le capitaine Charles Elliot débarque les Anglais, évacués de Canton, sur l’île de Hong Kong. Après plusieurs affrontements armés avec les Chinois, la convention de Chuenpi est signée avec le gouverneur de la Province.


20 janvier 1888 : première proposition de loi pour une préparation militaire. (France).


20 janvier 1942 : conférence de Wannsee (Allemagne).

Lors d’une réunion secrète, une vingtaine de dirigeants nazis planifient la « solution finale à la question juive ». Rédigé par Adolph Eichmann, le procès-verbal des entretiens est accablant. Alors que les massacres de Juifs ont déjà commencé depuis des mois (notamment en Ukraine), il s’agit désormais pour les services de sécurité nazis d’adopter une méthode industrielle de destruction. 


20 janvier 1945 : début de la bataille de la poche de Colmar.

Le général de Lattre donne l’ordre à Béthouart et Monsabert de réduire la poche de Colmar avec l’aide des 1re et 3e divisions américaines. Les combats sont d’une très grande intensité et se déroulent au cours d’un hiver particulièrement rigoureux (- 20 degrés fréquents) face à 72 000 Allemands commandés par Himmler en personne. Devant la difficulté de prendre Colmar, le général Guy Schlesser conçoit une manœuvre audacieuse qui réussit parfaitement et la ville tombe sans dégâts. Le 2 février, un régiment américain, qui par le jeu des relèves des unités de tête vient de percer les défenses de Colmar, a l’élégance de laisser les chars du 1er Cuirassier entrer en premier dans Colmar. La bataille s’achève le 9 février et avec elle, la bataille d’Alsace. Le général Schlesser est embrassé par son chef le général de Lattre, et fait citoyen d’honneur de la ville.


20 janvier 1951 : fin de la bataille de Vinh Yen (Indochine). Et victoire de de Lattre.

Vinh Yen de Alexander Zervoudakis, Revue Historique des Armées N° 194 (mars 1994)


20 janvier 1960 : Massu rappelé à Paris.

Le ministre de la Défense, Pierre Guillaumat, reproche au général de division Massu (commandant le corps d’armée d’Alger) une interview qu’il a accordée au journal allemand Suddeutsche Zeitung et dans laquelle il montre qu’il n’est pas d’accord avec la politique algérienne de De Gaulle. Ce dernier le relève de son commandement.


20 janvier 1981 : libération des otages américains (Iran).

Le 4 novembre 1979, 400 étudiants iraniens prennent d’assaut l’ambassade des États-Unis à Téhéran, en réaction à l’hospitalisation du shah Mohammad Reza Pahlavi (ancien dirigeant iranien réfugié au Mexique) le 22 octobre 1979 à New York. Pendant 444 jours, cinquante-deux diplomates et civils américains sont retenus en otage. Le jour de la prise d’otage, 6 diplomates américains réussissent à s’enfuir, avec l’aide de la CIA, en se faisant passer pour des cinéastes. Cette anecdote est très bien racontée dans le film Argo, réalisé par Ben Affleck en 2012. Les 52 otages sont finalement libérés le jour de l’investiture du président Ronald Reagan.


20 janvier 1988 : fin de la bataille de Cuito Cuanavale (Angola).

Durant une vingtaine d’années et dans le cadre de l’affrontement Est-Ouest, le Sud-ouest africain a connu un conflit pour le contrôle de la zone composée des actuels Namibie, Angola et Zambie. Le 12 janvier, les forces armées populaires de libération de l’Angola (FALPA) et le mouvement indépendantiste namibien (SWAPO) lancent un raid contre le chef de l’UNITA (Union nationale pour l’indépendance totale de l’Angola), Jonas Savimbi, dans son repère de Jemba. Soutenue par les forces sud-africaines, l’UNITA contre-attaque et exploite immédiatement l’erreur des communistes en faisant une profonde incursion vers la capitale. Alerté, Cuba projette en Angola d’importants moyens qui stoppent la percée au niveau de Cuito Cuanavale. L’affrontement est le plus important pour l’Afrique depuis la Seconde Guerre Mondiale. Le camp cubain perd 4600 hommes en une semaine. L’Afrique du Sud enregistre peu de pertes mais se résout à négocier, ne voulant pas d’une guerre totale que son opinion publique ne soutiendrait pas.


20 janvier 2012 : cyberattaques mondiales d’envergure.

Le FBI et la police néozélandaise procèdent à l’arrestation de Kim Schmitz alias Kim Dotcom et déconnectent son site Internet de téléchargement, Megaupload, responsable d’un manque à gagner sur les droits d’auteurs, estimé à 500 millions de dollars. Immédiatement une série de cyberattaques touchent de très nombreux sites dans le monde. Les sites du FBI, d’Universal, de la Maison Blanche et de l’Élysée, pour ne citer que les plus emblématiques, sont attaqués, et rendus indisponibles ou « défacés ». Si ce genre d’attaques numériques n’est pas nouveau, son ampleur, sa coordination et sa rapidité prouvent une capacité inquiétante. Les attaques ont été revendiquées par le collectif de hackers Anonymous.

ARTICLES CONNEXES

1 COMMENTAIRE

  1. Pascal PECCAVET Historien de la bataille de Dien Bien Phu.
    Attaché Principal d’Administration d’État dans l’Éducation Nationale . Ancien commandant de bord sur Gazelle 2500 heures de vol, ancien combattant Guerre du Golfe et Somalie. Commissaire aux Armées de Réserve.
    Chercheur à l’ECPAD et au SHD. Auteur de « Dien Bien Phu Indochine Journal de marche 20 novembre 1953 au 07 mai 1954. (650 pages 400 photographies)

    Le 20 janvier 1954 déclenchement de l’opération Atlante sur le centre Vietnam. L’opération Atlante est une opération militaire de la guerre d’Indochine, composée de trois phases, Aréthuse, Axelle et Attila, sur six mois à partir du 20 janvier 1954. Le général Henri Navarre a employé 53 bataillons d’infanterie et d’artillerie pour essayer de prendre au piège 30 000 soldats Vietminh supposés cachés parmi une population locale de 2 millions d’habitants répartis dans les lagunes marécageuses entre Tourane et Nha Trang, dans le Centre du Vietnam. L’objectif était de pacifier la population locale et de rétablir la souveraineté du gouvernement de Bảo Dai. Visite du Secrétaire d’État Jacquet, l’Ambassadeur Dejean, le Chef d’état Major le Général Blanc, le Général commandant en chef Navarre sur le site de Dien Bien Phu. Mise en place de l’artillerie Vietminh autour de la cuvette de Dien Bien Phu Le régiment 57 de la division 304 vient d’arriver à DBP. Trois nuits sont prévues pour amener les pièces à bras d’homme jusqu’aux positions de batteries dans les collines. Il fallut cependant 7 nuits pour hisser certaines pièces. Les pièces de 75 mm de la division 351 du régiments 34 (15 pièces de 75 mm de montagne et de 20 mortiers de 120mm) (matériel décomposable en plusieurs fardeaux) furent égrenées le long des crêtes qui dominaient la plaine à l’Est
    Les obusiers de 105 Vietminh sont répartis en deux paquets : d’une part, dans la haute vallée de la Nam Youm et d’autre part dans la région ou la piste Pavie s’élevait sur les contreforts du plateau de Ma Phang.

    Je suis en mesure de donner jour par jour minute par minute les opérations et le déroulement des opérations de la bataille de Dien Bien Phu jusqu’au 8 mai.

    Cordialement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB