La crise sanitaire mondiale de 2020 : ou comment s’est on préparé à la bascule vers un nouvel âge


La crise du Covid [1] par son ampleur a révélé les faiblesses de sociétés bâties sur l’illusion d’un monde où la guerre ne frappe plus intramuros et où le confort et le divertissement devenaient peu à peu rois [2]. Il n’est pas question ici de débattre plus longuement sur ce point ou sur l’origine du virus. Montrer les conséquences et les transformations dans cette société induites par l’impact qu’a le virus sur les populations et les structures de la société que nous connaissions se révélera bien plus intéressant. Nous assistons en effet à une prise de conscience et au glissement de la société occidentale et des pays « développés » dans la quatrième révolution industrielle [3] ou ce qu’appelle aussi le Japon la société 5.0 [4], temps de la digitalisation complète de l’espace physique.

La présente analyse ne se veut pas exhaustive et s’appuiera majoritairement sur le cas français. Elle a pour unique but de synthétiser les aspects d’une société soumise à une transformation nécessaire ou souhaitable après la crise actuelle. Il conviendra de discuter cette interprétation à chaud lorsque tous les enseignements de la crise auront été pris en compte et appliqués à froid dans notre vie quotidienne. Néanmoins, nous pouvons dores et déjà distinguer plusieurs thèmes de société soumis à une transformation en cours ou à venir.

La robotique parmi les hommes 

Lors de la crise nucléaire à Fukushima [5] ou pour l’incendie de Notre Dame [6] la conduite des opérations a montré la pertinence de l’utilisation de robots pour sauver des vies. Les robots peuvent en effet détecter des personnes blessées lorsqu’elles sont prises au piège, ou intervenir à la place des Hommes victimes d’environnement mortifères comme le nucléaire, le radiologique, le biologique, le chimique.  Si Dubaï [7] ou le Japon [8] montrent déjà dans le tissu sociétal la présence de robots de différentes natures, guides, serveurs, policiers, le Covid pourrait amener à la généralisation de robots de santé et de maintien de l’ordre. Ces derniers permettraient de réduire considérablement l’exposition du personnel soignant et des forces de l’ordre lorsque le matériel pour les équiper ne serait pas en quantité suffisante. Pour dépister, traiter, voire même soigner directement ou en tant qu’assistant, la robotique médicale est déjà bien en avance sur les autres segments de cette technologie. Les forces de l’ordre en première ligne et non protégées sont exposées et sont désormais un risque. Des robots permettant d’assurer des contrôles automatisés ou de surveiller des mesures mises en place comme le confinement ou le couvre-feu permettraient là encore d’épargner les représentants de l’État, et de les respecter. En Italie, en Belgique, en Espagne, en France, dans des villes comme Nice, Montpellier les policiers utilisent déjà des drones qui diffusent des messages sonores en plus de rapporter les images pour imposer le respect du confinement [9].

La distanciation de l’individu vis-à-vis de son quotidien 

Déjà mentionné en 2006 comme étant une perspective souhaitable [10], le télétravail est devenu par nécessité le mode de travail majoritaire en ce temps de crise. Celui-ci comporte des atouts et des limites. Ses atouts lui permettent de poursuivre l’activité au secteur tertiaire encore dominant aujourd’hui. En 2017 en France, le secteur tertiaire représente 75,9 % des emplois contre 20,3 % pour le secteur secondaire et 2,6 % pour le secteur primaire. Le reste est dévolu à des activités indéterminées [11]. En protégeant de la crise par le télétravail les employés du secteur tertiaire, l’État bénéficie d’une capacité de suivi et assure un rouage essentiel au fonctionnement du pays. Cependant, le télétravail ne convient pas aux autres secteurs pourtant tout aussi essentiels que sont l’industrie et l’agriculture et induit une forme de ségrégation dans l’exercice du métier face au risque que comporte la crise sanitaire actuelle, relative à la profession exercée. Le télétravail nécessite également du matériel et des infrastructures solides pour assurer ce mode de fonctionnement. La bande passante engorgée est notamment là un des enjeux les plus notables. Enfin, si l’on poursuit dans cette direction, une refonte du droit du travail sera à prévoir [12].

Lorsque l’individu ne travaille pas, il est censé se former. Du point de vue de l’éducation, l’enseignement à distance montre là aussi ses limites structurelles [13] en raison d’infrastructures [14] pas prêtes [15] à essuyer une telle crise. Si la démarche est bonne, elle permet notamment d’assurer une forme de continuité dans la formation pour celui qui veut se donner les moyens, elle peine à assurer ce service avec qualité et permanence. Plantages intempestifs, surcharge réseaux, la technique n’était pas encore maîtrisée et le stress test que lui fait vivre la crise montre que ces architectures bien que pensées n’étaient pas encore correctement implantées dans nos vie pour faire face à un afflux massif. De même que pour le télétravail, le tout à distance nécessite une connexion internet, du matériel informatique performant, ce qui prêterait à sourire dans les grandes villes où la technologie irrigue déjà par fibre optique et couverture réseau ses habitants, mais qui est une réelle fracture numérique dans les campagnes ou les points les plus isolés reculés [16].

L’intelligence artificielle et le big data comme outils de réponse aux crises 

La présente crise démontre l’importance et l’utilité des algorithmes. Notamment dans le traitement de la donnée par l’intelligence artificielle [17] après son recueil. Les modélisations [18], les prévisions [19], les scénarii envisagés permettent aux décideurs d’avoir des clés de réflexion et de compréhension sur les situations possibles, souhaitables, réalisables. Dans la recherche d’un vaccin ou d’un remède [20], l’utilisation combinée de ces deux technologies sont capitales.

Le début de la société du divertissement 

La crise aura révélé un malaise de la société. En cassant la routine, et en forçant les individus à rester chez eux, de nombreux témoignages de nos proches et amis montrent que la solitude et le confinement sont devenus très difficiles à vivre pour certains [21]. Incapacité à s’occuper, dépression, refus des règles pour satisfaire cette soif de liberté, les individus sont forcés de se recentrer sur eux-mêmes et sur des plaisirs simples ou oubliés. Créativité, lecture, et divertissement. Le trafic en ligne [22] généré par Netflix, YouTube ou des jeux vidéo en ligne montrent l’occupation première d’une majorité de la population. Ce divertissement passif doit être combattu afin de ne pas rendre une société fainéante, passive, et consommée consumée par et pour le divertissement. L’explosion des ventes en ligne [23] pour des consoles, jeux vidéo, ordinateurs, montrent que la pop culture n’a jamais été aussi prégnante dans nos foyers impactant par-là la distanciation professionnelle des individus qui doivent continuer de travailler. Autre forme de divertissement, l’accès à la culture change également. L’accès à des musées virtuels [24], et la numérisation de l’art [25] permet au plus grand nombre d’avoir accès à la Culture, sous réserve de bénéficier des moyens nécessaires pour le faire.

Mise en place ou renforcement du Big Brother ?

Face au non-respect des consignes pour le confinement, des États n’ont trouvé d’autres solutions que de renforcer le contrôle de leurs populations. En Chine, le contrôle de la population s’est resserré [26], en Europe des drones permettent de surveiller les déplacements de populations, les téléphones peuvent être espionnés en Israël [27]. Notons que ces derniers se sont inspirés de ce qui se faisait déjà en Chine et en Corée du Sud [28]. Le débat sur la restriction de ses propres libertés au nom de la sécurité est vieux comme le monde et avait déjà été réactualisé lors des attentats partout dans le monde. Néanmoins on pourra s’interroger sur certaines méthodes utilisées lors de la crise, sont-elles absolument nécessaires ? Ou certains profitent-ils de cette période de dictature au sens romain du terme pour faire accepter un nouveau mode de gouvernance ?

Le cyber au cœur de la vi(e)(lle)

Nous le savons depuis des années, à l’ère du numérique, les pirates informatiques représentent une menace réelle pour les Etats, et tout acteur connecté. Depuis les ransomwares devenus célèbres comme NotPetya ou Wannacry, la peur du piratage augmente au fur et à mesure que les moyens se développent avec un accès toujours croissant à l’internet pour le plus grand nombre. La crise du Covid montra que les pirates informatiques ne suspendaient pas pour autant leurs attaques, bien au contraire [29]. En corrélation avec la société de l’entertainment grandissante, ces derniers multiplient les arnaques et les attaques. On put même assister à une paralysie d’un hôpital attaqué par des pirates informatiques en République tchèque [30]. Si l’on s’interroge sur l’éthique des pirates en question, la conséquence fut bien réelle. D’ailleurs, d’autres groupes ont annoncé cesser les attaques sur les hôpitaux mais pas sur les laboratoires pharmaceutiques [31]. On déplore également une explosion de la fake news, terme pour désigner une information non réelle, ou non vérifiée, alimentant rumeurs et psychoses [32]. Une réelle guerre pour l’information s’engage dans le champ immatériel [33].

L’Internet des objets et l’impression 3D comme garde-fou à la crise ?

La sévérité de la pandémie et la non-discrimination des victimes par le virus amènent à s’interroger sur les éléments de prévention et non de réaction. En distillant à sa population une forme de carnet de santé électronique présent sur notre personne, celui-ci serait relié aux services de santé ou à un médecin référent voire même à une intelligence artificielle alimentée par les données envoyées, l’État pourrait prévenir et hiérarchiser les stades d’évolutions des patients atteints. Si ce système pourrait être vertueux en temps de crise, il permettrait une bien meilleure fluidité dans la gestion des malades au quotidien où les médecins généralistes se font rares [34], et où la téléconsultation rendue possible par la distanciation de l’individu se renforce [35]. Par des objets connectés type bracelet, montre, capteur en tous genres comme on peut déjà le voir dans le monde du sport, l’internet des objets pourrait à condition d’être conçu sur mesure et sécurisé (voir point précédent), pourrait se révéler être un bon indicateur de l’état de santé des populations. L’impression 3D permet de produire à moindre coût et en grande quantité du matériel à base de plastique ou de résine. Ainsi, nous avons pu assister à la participation de cette technologie à l’effort de lutte contre la crise en créant du matériel médical en urgence [36]. Cette force d’appoint pourrait donc être au pire une variable d’ajustement faisant la différence, au mieux une ligne de production parallèle.

La ville et la densité vues comme une faille 

Les zones denses et dynamiques (villes, supermarchés, espaces publics) traditionnelles sont vues comme une menace en temps de crise en raison de la population qui les peuplent. En temps de guerre, la ville est l’espace à conquérir le plus critique et le plus meurtrier. La crise montra que les zones les plus touchées étaient sans conteste les villes les plus denses et les plus dynamiques avec un fort afflux touristique. N’importe quelle crise sera catalysée par les flux de populations et la congestion intramuros. A plusieurs endroits sur le territoire, nous assistons à une citoyenneté à deux vitesses. Celle qui écoute encore le gouvernement et une autre qui fait fi des lois et des mesures pour jouir de ses libertés alors devenues extrêmement dangereuses pour le citoyen et le concitoyen [37]. La question de l’imposition des lois par des robots pour protéger les forces de l’ordre non pas des citoyens dans des espaces de tension qui se plieront à la loi, mais de l’environnement mortel dans lequel ils peuvent opérer se révèle d’autant plus nécessaire. Par conséquent, une nouvelle architecture des villes sera amenée à germer dans les années qui suivent la crise, pour décongestionner, mettre au pas tout citoyen qui est égal devant la loi, et éviter tout rassemblement en période de crise.

Le retour de la nature dans nos vies 

Le coronavirus par l’arrêt brutal des activités humaines force un retour de la nature ici [38] ou là [39]. Moins de pollution, retour de la faune et de la flore, le retour de la nature est une idée incrémentée dans de nombreux projets d’urbanisation [40] en vantant des villes vertes éco-responsables. Le projet d’implanter des fermes en plein cœur de Paris est en ce sens révélateur [41]. En frappant l’Homme, la crise fait prendre conscience de la nécessité de la nature et de l’environnement dans notre quotidien, causes déjà portées par les mouvements écologistes.

L’autosuffisance et l’autonomie versus la mondialisation 

Lorsque le chaos est hors des murs, les bienfaits de la mondialisation sont vantés, le vivre ensemble, la communauté des États, les libertés, le tourisme, sont les piliers du système mondial. Cette crise montre en revanche les limites et les réflexes nationaux de tous les États du monde. Fermeture des frontières [42] et gestion égoïste de la crise [43], amenant même l’Italie à se tourner vers la Chine pour trouver de l’aide, sont les deux événements les plus notables. Une récession globale [44] aggravée par cette interdépendance de tout un chacun, et par une amputation de toutes capacités de production alors délocalisées pour tirer un maximum de profit est à l’œuvre et risque de perdurer. Le retour aux nationalisations marquerait-il le chant du cygne de cette idéologie ultra libérale mortifère pour la notion de nation, alors seule rempart défendant ses citoyens qui appartiennent non pas au monde mais bien au pays pour lesquels ils sont ressortissants ? En tous les cas, la crise remet dans le réel les limites du système international actuel géré par les bourses et les lois du marché [45]

Le système monétaire 

Les banques, les assurances, tous les secteurs financiers sont violemment touchés par la crise et la récession qui la suit. On se préparait à une crise immobilière et la crise sanitaire fut encore plus dévastatrice. Les monnaies émergentes appelées couramment crypto monnaies qui se voyaient comme une alternative à la monnaie fiduciaire se sont écroulées également [46]. Limite d’une technologie émergente qui se pensait comme étant un parallèle au système actuel. Chaque nation possède une gestion qui lui est propre et qui comporte des avantages comme des inconvénients. Néanmoins, toutes sont tenues par une certaine forme de dictature monétaire qui ne montre qu’une résilience limitée et des aides concrètes [47] trop maigres en cas de crise majeure. Le plan d’urgence de la Banque Centrale Européenne pour l’Europe est salutaire mais il manque des effets concrets sur la gestion de crise quotidienne à l’échelle de la population [48]. Nous pensons que cette crise amènera donc les économistes à nourrir un projet de réflexion concernant des mécanismes d’autodéfense nationaux, ainsi qu’une transformation du système monétaire international pour ne pas faire sombrer l’économie mondiale.

Le comportement humain : l’unique constante crise ou pas crise

Comme pour tout, l’être humain est capable du pire comme du meilleur. La crise révéla encore une fois ces deux aspects de la nature humaine. En passant de l’application criante de la pyramide de Maslow [49] où les populations assurées de l’approvisionnement des magasins se sont ruées dans la violence et l’anarchie pour faire des provisions dont ils n’avaient même pas besoin, à la générosité, les populations se divisent. La crise démontre donc un certain retour à l’être de nature lorsqu’en temps favorable l’être dit de culture prédomine. Les incivilités se multiplient tout autour de nous au quotidien et cette forme de voyeurisme sur internet pour voir des heurts entre individus est alimenté par un nombre de fakes [50] croissant. Si l’on dresse un parallèle entre la Seconde Guerre mondiale et cette crise en caricaturant et en plaçant le curseur sur la société, en l’occurrence française, nous pourrions constater une similitude dans le comportement humain. Une majorité attentiste, respectant les règles édictées. Et deux autres minorités. L’une collaboratrice, nous engloberons ici ceux qui recherchent le profit et défient l’État (pirates informatiques, arnaqueurs [51], ceux qui ne respectent pas les règles avec une forme de fierté [52], ceux qui défient les forces de l’ordre [53], ceux qui se servent de la crise comme d’un moyen pour s’enrichir [54]). L’autre résistante, c’est-à-dire ceux qui participent à l’élaboration d’idées [55] pour sortir de la crise avec leurs moyens et leurs réflexions, leurs matériels [56], leurs dons, ceux qui par des actions symboliques mais nécessaires, encouragent ceux qui luttent contre la crise et sauvent des vies.

Cette synthèse nous le répétons a pour unique but de montrer en quoi la crise sanitaire actuelle pourrait mener à une nouvelle organisation de la société en s’appuyant sur des questions de société avec des axes de réflexion que nous venons d’exposer. Le coronavirus accélère la numérisation de la Chine [57], qui a déjà imprimé certains procédés et fait de l’utilisation de technologies socles, une norme pour vivre cette société 5.0 [58]. Qu’en est-il du monde occidental ou de tout espace ayant vécu sa transition numérique ? La réponse se trouvera dans le retour d’expérience lors de la sortie de crise.

Dylan RIEUTORD (s’exprime à titre personnel)

——————————

[1] Nous parlons du virus SARS-CoV-2 responsable de la pandémie de Covid-19 apparu en Chine en décembre 2019 sur un marché de Wuhan.

[2] Nous faisons référence aux sociétés occidentales, européennes, post westphaliennes.

[3] Klaus Schwab économiste allemand distingue quatre révolutions industrielles. La première basée sur la machine à vapeur permet la production automatisée et les chemins de fer. La deuxième symbolisée par l’électricité concourra à la production de masse. L’informatique donna naissance à la troisième et son prolongement, par l’intermédiaire de la cobotique, l’intelligence artificielle, de l’impression 3D et des technologies dites émergentes du XXIème siècle serait la quatrième.

[4] La première société était basée sur l’homme chasseur-cueilleur. La deuxième sur la société agraire, la troisième sur la société industrielle, la quatrième sur la société de l’information, celle que nous connaissons aujourd’hui. La cinquième serait cette « société intelligente » rendue possible entre autre par l’internet des objets. Voir le rapport écrit par Guillaume Barraud, L’intelligence artificielle au Japon, Ambassade de France au Japon Service pour la science et la technologie, Mars 2020, 16p.

[5] https://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/crise-nucleaire-au-japon/un-robot-au-contact-du-combustible-radioactif-de-fukushima_131455, Consulté le 21 mars 2020.

[6] http://www.leparisien.fr/paris-75/incendie-de-notre-dame-sentinel-le-robot-extincteur-qui-a-aide-les-pompiers-16-04-2019-8054436.php, Consulté le 21 mars 2020.

[7] https://www.numerama.com/tech/260566-le-premier-robot-policier-de-dubai-entre-en-service-vraie-revolution-ou-fausse-bonne-idee.html, https://gouvernance.news/2018/05/04/ia-robots-a-dubai-la-securite-ne-sera-bientot-presque-plus-assuree-par-des-humains/, Consultés le 21 mars 2020.

[8] https://www.vivrelejapon.com/ville-tokyo/tokyo-ville-robots-technologie-intelligence-artificielle, Consulté le 21 mars 2020.

[9] http://www.leparisien.fr/faits-divers/confinement-a-nice-un-drone-pour-faire-respecter-les-consignes-19-03-2020-8284020.php, Consulté le 21 mars 2020.

[10] https://www.dynamique-mag.com/article/les-avantages-et-les-inconvenients-du-teletravail.5502, Consulté le 21 mars 2020.

[11] https://www.vie-publique.fr/fiches/269995-les-grands-secteurs-de-production-primaire-secondaire-et-tertiaire, Consulté le 21 mars 2020.

[12] http://www.leparisien.fr/economie/coronavirus-l-employeur-pourra-imposer-6-jours-de-conges-payes-pendant-le-confinement-21-03-2020-8284935.php, Consulté le 21 mars 2020.

[13] https://www.nouvelobs.com/education/20200315.OBS26112/faire-l-ecole-a-distance-voila-pourquoi-ce-n-est-vraiment-pas-gagne.html, Consulté le 21 mars 2020.

[14] https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/coronavirus-lenseignement-a-distance-sinstalle-malgre-les-dysfonctionnements-1185861, Consulté le 21 mars 2020.

[15] https://www.valeursactuelles.com/societe/coronavirus-le-fiasco-des-cours-distance-117121, Consulté le 21 mars 2020.

[16] https://www.journaldugeek.com/2017/06/12/fracture-numerique-la-ville-toujours-opposee-a-la-campagne/, Consulté le 21 mars 2020.

[17] https://www.lebigdata.fr/sars-cov-2-ia-big-data, Consulté le 21 mars 2020.

[18] https://www.clubic.com/coronavirus/actualite-889097-coronavirus-ecole-codage-singapour-multiples-donnees-suivi-site.html, Consulté le 21 mars 2020.

[19] https://www.lebigdata.fr/bluedot-ia-coronavirus-wuhan, Consulté le 21 mars 2020.

[20] https://www.nouvelobs.com/sante/20200303.OBS25544/big-data-molecules-anciennes-ia-les-armes-de-la-medecine-face-au-coronavirus.html, Consulté le 21 mars 2020.

[21] https://www.france24.com/fr/20200318-coronavirus-comment-bien-vivre-le-confinement, https://sciencepost.fr/voici-comment-lutter-contre-lanxiete-et-la-depression-durant-le-confinement/, Consultés le 21 mars 2020.

[22] https://www.franceinter.fr/culture/netflix-et-youtube-reduisent-leurs-debits-concretement-ca-veut-dire-quoi, Consulté le 21 mars 2020.

[23] https://www.rtl.fr/actu/politique/les-infos-de-07h30-confinement-les-ventes-d-electromenager-et-de-multimedia-explosent-7800271609, Consulté le 21 mars 2020.

[24] https://www.sortiraparis.com/arts-culture/exposition/articles/211750-coronavirus-les-visites-virtuelles-de-musees-a-faire-pendant-le-confinement, Consulté le 21 mars 2020.

[25] https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/03/16/coronavirus-le-marche-de-l-art-prend-le-pli-du-numerique_6033273_3244.html, Consulté le 21 mars 2020.

[26] https://www.lci.fr/high-tech/coronavirus-comment-la-chine-utilise-la-tech-pour-mieux-controler-sa-population-covid-19-2147058.html, Consulté le 21 mars 2020.

[27] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-israel-autorise-l-exploitation-de-la-surveillance-de-masse-des-telephones-6783867, Consulté le 21 mars 2020.

[28] https://www.atlantico.fr/decryptage/3588190/la-methode-sud-coreenne-face-au-coronavirus–traquer-nos-donnees-personnelles-pour-sauver-des-vies–le-pour-et-le-contre-franck-decloquement-bruno-falissard, Consulté le 21 mars 2020.

[29] https://www.usine-digitale.fr/article/comment-les-hackers-surfent-sur-le-coronavirus-pour-multiplier-les-actes-malveillants.N940051, https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/les-cyberattaques-capitalisent-sur-le-coronavirus-1184259, Consultés le 21 mars 2020.

[30] https://www.zdnet.fr/actualites/un-hopital-tcheque-frappe-par-une-cyberattaque-en-pleine-epidemie-de-covid-19-39900659.htm, Consulté le 21 mars 2020.

[31] https://www.01net.com/actualites/coronavirus-certains-pirates-promettent-de-ne-plus-s-attaquer-plus-aux-hopitaux-1878054.html, Consulté le 21 mars 2020.

[32] https://www.latribune.fr/technos-medias/internet/coronavirus-les-fake-news-ce-fleau-a-juguler-en-plus-de-la-pandemie-842818.html, Consulté le 21 mars 2020.

[33] https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/03/20/en-afrique-du-sud-publier-des-fake-news-sur-le-coronavirus-peut-vous-conduire-en-prison_6033847_3212.html, Consulté le 21 mars 2020.

[34] http://www.leparisien.fr/economie/les-deserts-medicaux-continuent-de-s-etendre-22-09-2019-8157180.php, Consulté le 21 mars 2020.

[35] https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/covid-19-les-teleconsultations-sont-en-hausse_3855197.html, Consulté le 21 mars 2020.

[36] http://www.primante3d.com/ventilateurs-commission-europeenne-18032020/, Consulté le 21 mars 2020.

[37] https://www.lefigaro.fr/vox/societe/linda-kebbab-le-difficile-confinement-des-territoires-perdus-de-la-republique-20200319, Consulté le 21 mars 2020.

[38] https://www.dossierfamilial.com/actualites/environnement/confinement-la-nature-respire-et-ca-se-voit-432923, Consulté le 21 mars 2020.

[39] https://www.wedemain.fr/En-Italie-la-nature-reprend-ses-droits-durant-la-crise-sanitaire_a4620.html, Consulté le 21 mars 2020.

[40] https://www.audiar.org/sites/default/files/documents/editeur/etudes/fu_ville_nature.pdf, https://www.cerema.fr/fr/actualites/nature-ville-agriculture-urbaine-projets-ecoquartier-retour, Consultés le 21 mars 2020.

[41] https://www.lemonde.fr/planete/article/2019/08/13/la-plus-grande-ferme-urbaine-d-europe-ouvrira-au-printemps-2020-a-paris_5499051_3244.html, Consulté le 21 mars 2020.

[42] https://www.agefi.com/home/politique/detail/edition/online/article/de-nombreux-pays-ont-choisi-loption-de-la-fermeture-des-frontieres-ou-du-renforcement-des-controles-pour-tenter-dendiguer-lepidemie-494924.html, Consulté le 21 mars 2020.

[43] https://www.institutmontaigne.org/blog/coronavirus-le-repli-allemand, Consulté le 21 mars 2020.

[44] https://www.reuters.com/article/us-health-coronavirus-global-economy/global-economy-already-in-recession-on-coronavirus-devastation-reuters-poll-idUSKBN21702Y, Consulté le 21 mars 2020.

[45] https://www.novethic.fr/actualite/politique/isr-rse/edito-relocalisation-industrielle-le-coronavirus-abat-des-decennies-de-mauvais-choix-economiques-148303.html, https://www.lefigaro.fr/conjoncture/le-coronavirus-oblige-les-labos-a-reflechir-a-relocaliser-en-europe-20200223, https://www.boursorama.com/videos/actualites/coronavirus-apres-avoir-delocalise-en-chine-un-entrepreneur-francais-rapatrie-en-partie-sa-production-7d47293899916acd430a9d1f2f6afac9, Consulté le 21 mars 2020.

[46] https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/le-bitcoin-et-les-cryptomonnaies-foudroyes-par-la-pandemie-20200315, Consulté le 21 mars 2020.

[47] https://www.lesechos.fr/monde/europe/coronavirus-litalie-attend-des-aides-concretes-et-rapides-de-leurope-1184553, Consulté le 21 mars 2020.

[48] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-les-milliards-de-la-banque-centrale-europeenne-ragaillardissent-les-marches-financiers-6785581, Consulté le 21 mars 2020.

[49] Le psychologue Abraham Maslow réalisa en 1940 une théorie des besoins illustrée dans une pyramide simple. Le premier niveau de besoins est d’ordre physiologique. Le dernier est le besoin de s’accomplir.

[50] http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis-93/aubervilliers-non-la-video-virale-d-une-bagarre-au-lidl-n-a-rien-a-voir-avec-le-coronavirus-19-03-2020-8283561.php, Consulté le 21 mars 2020.

[51] https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/coronavirus-et-confinement-attention-aux-fraudes-et-arnaques-qui-se-multiplient-7800280930, Consulté le 21 mars 2020.

[52] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-melun-des-dealers-braveraient-les-interdits-en-invitant-les-clients-dans-les-rues-6785791, Consulté le 21 mars 2020.

[53] https://www.sudouest.fr/2020/03/21/agen-un-automobiliste-crache-au-visage-d-un-policier-7351809-3603.php, https://actu.fr/normandie/cherbourg-en-cotentin_50129/cherbourg-crache-sur-policiers-disant-avoir-coronavirus_32410635.html, https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/occitanie/coronavirus-coup-gueule-policiers-occitanie-1803544.html, Consultés le 21 mars 2020.

[54] https://www.sudouest.fr/2020/03/19/coronavirus-plus-de-15-000-masques-et-du-faux-gel-hydroalcooliques-destines-au-marche-noir-7344172-7.php, https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/paris-un-millier-de-masques-saisis-dans-une-parapharmacie-qui-les-vendait-a-10-euros-piece_3874627.html, Consultés le 21 mars 2020.

[55] https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-le-ministere-des-armees-lance-un-appel-projet-pour-des-solutions-innovantes-6786036, Consulté le 21 mars 2020.

[56] https://www.sudouest.fr/2020/03/18/coronavirus-prives-d-activite-ricard-l-oreal-ou-dior-se-lancent-dans-la-fabrication-de-gel-hydroalcoolique-7342426-10861.php, Consulté le 21 mars 2020.

[57] https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/03/09/le-coronavirus-accelere-la-numerisation-de-la-chine_6032383_3234.html, Consulté le 21 mars 2020.

[58] https://www.wedemain.fr/Coronavirus-des-drones-et-des-robots-pour-combattre-l-epidemie_a4591.html, Consulté le 21 mars 2020.

Print Friendly, PDF & Email
Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 22 mars
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 23 mars

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.