La DGA réceptionne les premiers micro-robots terrestres du programme SCORPION


La Direction générale de l’armement (DGA) a réceptionné le 18 décembre 2019 cinq premiers micro-robots de reconnaissance étendue NERVA-LG. Ils ont déjà été livrés à la Section technique de l’armée de Terre (STAT) pour un complément d’évaluations afin d’en affiner le concept d’emploi avant mise en place dans les forces. Ces robots sont capables d’évoluer de manière autonome pour écouter, voir et enregistrer sur le champ de bataille. De la classe 5 kg, ils sont peu encombrants, discrets et peuvent travailler en réseau. Ils seront mis en œuvre par un seul combattant débarqué, de manière simple et rapide. Leur excellente capacité de mobilité et de franchissement d’obstacles, ainsi que leur aptitude à cartographier le milieu dans lequel ils évoluent, permettront d’explorer en sécurité des environnements potentiellement dangereux pour des combattants.

Pour conduire cette opération dans des délais réduits, la DGA avait initié dès 2018 un dialogue compétitif comprenant une phase d’évaluation des matériels, réalisée par ses équipes techniques, en associant l’armée de Terre.

Ces robots font partie d’une première commande globale de 56 micro-robots passée par la DGA à la société NEXTER associée à la société ECA. D’autres robots seront livrés en 2020 : 5 NERVA-LG complémentaires, 10 NERVA-S de reconnaissance de faible encombrement (3 kg), et 36 NERVA-XX / CAMELEON-LG du génie (12 kg).


Les trois types de micro-robots terrestres télé-opérés (NERVA –LG ; NERVA-S ; NERVA/CAMELEON) peuvent être équipés de différents modules les rendant adaptables à plusieurs types de mission. Les combattants des unités du génie et de l’infanterie les utiliseront pour collecter ponctuellement du renseignement de contact tout en restant à distance.

Les deux plus gros robots de la gamme ont la capacité de revenir de manière autonome à un point prédéterminé ou de réaliser des rondes de surveillance sur des trajectoires définies à l’avance. Les trois systèmes disposent de capacités d’évolution pour intégrer à l’avenir de nouvelles technologies d’autonomie, d’ergonomie ou d’intelligence artificielle.

Print Friendly, PDF & Email
Previous Témoignages : le quotidien d'un lieutenant au 35e RAP
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 16 janvier

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.