La ligne Maginot aujourd’hui


Plus de 700 kilomètres, 365 casemates et 44 ouvrages d’artillerie, 62 ouvrages d’infanterie, la ligne Maginot a fait aujourd’hui coulée autant d’encre que de béton. Jugée tour à tour comme le prolongement des tranchées de la Grande Guerre, gâchis budgétaire, symbole l’attentisme face à la gloutonnerie nazie et au défaitisme… La ligne Maginot est toujours aujourd’hui l’objet de préjugés et poncifs infondés, qui viennent renforcer les nombreux raccourcis sur la défaite de 1940. Pourtant, la ligne a bien rempli la mission pour laquelle elle a été construite : couvrir la mobilisation et canaliser l’ennemi en Belgique.

Ces colosses de béton sont aujourd’hui toujours là pour témoigner d’une page d’histoire et sont conservés grâce au travail sans relâche d’associations quand certains souhaiteraient jeter un voile pudique sur l’histoire de 1940. En plus des ouvrages et des casemates, il existe des sentiers de randonnées à arpenter. Les ouvrages de cette liste sont situés sur la ligne Maginot du Nord-Est (hors fortifications du Nord, ligne Maginot des Alpes et Mareth en Tunisie).

 

Les ouvrages, casemates et abris d’intervalles à visiter aujourd’hui :

Du nord au sud, par secteur fortifié :

  • Secteur fortifié de Montmedy :
    • La Ferté (ouvrage d’infanterie), dernier ouvrage de la ligne Maginot, le seul qui a eu le triste privilège d’être neutralisé par l’ennemi.

  • Secteur fortifié de Crusnes :
    • Fermont (ouvrage d’artillerie), disposant de neuf blocs, cet imposant ouvrage se visite aujourd’hui en partie à bord d’un petit train. Le bloc porte encore les stigmates des tirs d’un canon de 88mm, qui a créé une brèche sans que les Allemands s’en rendent compte !
    • Bois du Four (ouvrage d’infanterie), ouvrage monobloc sur trois niveaux, il est aujourd’hui parfaitement restauré et reconstitué dans son état d’origine.
    • Bréhain (ouvrage d’artillerie)

  • Secteur fortifié de Thionville :
    • Immerhof (ouvrage d’infanterie), surnommé « Le Tiburce », il s’agit d’un des deux seuls ouvrages de la ligne construits de plain-pied à ciel ouvert.
    • Karré (ouvrage d’infanterie), ouvrage monobloc de conception CORF.
    • Galgenberg (ouvrage d’artillerie), implanté sur une hauteur, son rôle était de couvrir la vallée de la Moselle.
    • Bois de Cattenom (ouvrage d’infanterie)
    • Huberbush (casemates d’infanterie), depuis 2011, une association rénove deux casemates d’infanterie et fait revivre le souvenir des hommes que les ont occupées.
    • Zeiterholz (abri), bâtiment abritant les troupes d’intervalles, il dispose encore de ses équipements d’origine.
    • Grand Lot (casemate d’infanterie), casemate CORF double sur deux niveaux.
    • Chêne brulé (observatoire d’artillerie), visitable sur demande.
    • Bichel Sud (abri), abri pour réserve locale CORF

  • Secteur fortifié de Boulay :
    • Hackenberg (ouvrage d’artillerie), un des plus abouti de la ligne Maginot, construit en deux demi-ouvrages avec 19 blocs.
    • Michelsberg (ouvrage d’artillerie), important ouvrage d’artillerie du secteur avec le Hackenberg et le Mont-des-Welches.
    • Bousse (ouvrage d’infanterie), appelé aussi « fort aux fresque » pour les nombreuses réalisations graphiques peintes par les soldats pendant la « drôle de guerre ».
    • Bockange (abri).
    • Edling (casemate d’infanterie).

  • Secteur fortifié de Faulquemont :
    • Bambesch (ouvrage d’infanterie), gardien de la route de Metz, premier ouvrage à ouvrir au public en 1973.
    • Einseling (ouvrage d’infanterie).
    • Laudrefang (ouvrage d’infanterie).

  • Secteur fortifié de la Sarre :
    • Haut Poirier (ouvrage d’infanterie).
    • Ligne Maginot « aquatique » , parcours à suivre en véhicule avec de nombreuses casemates, digues et zones d’inondations où les Allemands subirent un violent coup d’arrêt en juin 1940.

  • Secteur fortifié de Rohrbach :
    • Rohrbach (ouvrage d’infanterie) , dit « Fort Casso » , très bien restauré, le surnom de « Casso » provient du souvenir du lieutenant Abdon Casso qui a servi dans l’ouvrage.
    • Simserhof (ouvrage d’artillerie), ouvrage particulièrement bien restauré et mis en valeur par la communauté de communes.

  • Secteur fortifié des Vosges :
    • Four à chaux (ouvrage d’artillerie), toujours propriété de l’armée, le site est néanmoins géré par une association qui fait visiter blocs de combat et lieux de vie. Un char léger « Bulldog » ainsi qu’un canon Pak 40 sont exposés sur le parvis de l’ouvrage.
    • Dambach (casemate d’infanterie), visite à compléter par le circuit de randonnée.
Four à Chaux (entrée des soldats).
Four à Chaux (entrée des munitions).

  • Secteur fortifié de Haguenau :
    • Schoenenbourg (ouvrage d’artillerie), avec 6 blocs de combat, cet ouvrage a été l’un des plus bombardé de la ligne pendant la guerre.
    • Esch (casemate d’infanterie), ensemble bien restauré, un Sherman M4 est disposé sur le dessus de la casemate, un souvenir du passage des troupes alliées à la Libération.
    • Hatten (abri), casernement pour les troupes d’intervalles, le musée comporte de nombreux halls sur la vie locale pour la guerre, « les Malgrès-nous », de nombreuses pièces de matériels militaires des guerres mondiales à la guerre froide.
    • Ancienne redoute (abri), conservé par l’association « Les Gardiens des Rhin ».
    • Heidenbuckel (abri).
    • Oberroedern Rieffel (casemate d’infanterie).
    • Marckolsheim (casemate d’infanterie), transformé en mémorial par une association de sauvegarde.
    • Aschenbach – Uffheim (casemate d’infanterie).
Esch.
Schoenenbourg (entrée des munitions).
Schoenenbourg (rails anti-chars).

Que lire sur la ligne Maginot ?

  • Tome 1 à 6 – Hommes et ouvrages de la ligne Maginot, Jean-Yves Mary et Alain Hohnadel, Histoire et Collections, 2001.
  • Faites sauter la ligne Maginot !, Roger Bruge, Fayard 1973.
  • On a livré la ligne Maginot, Roger Bruge, Fayard, 1975.
  • Offensive sur le Rhin, Roger Bruge, Fayard, 1977.
  • La ligne Maginot, guide des forts à visiter, André Degon, Editions Ouest-France, 2014.
  • Hackenberg, le géant de la ligne Maginot, Michel Truttman, Arès, 2019.
  • L’ouvrage de la Ferté, le drame oublié de mai 1940 !, David Harmand, Roger Schmidt, 2020.

En visitant les ouvrages de la ligne Maginot, vous participez à sa préservation ainsi qu’à la sauvegarde et la transmission de la mémoire des hommes qui y ont servi. De nombreuses d’associations mériteraient d’être davantage connues et soutenues pour ce travail important pour les générations passées et futures.

Print Friendly, PDF & Email
Previous HISTOIRE : Chronique culturelle du 4 mars
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 5 mars

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.