Marine nationale : unités de fusiliers marins changent d’appellation


Le mardi 01 septembre, lors de la cérémonie de passation de fonction de chef d’état-major de la Marine nationale à bord du porte-avions Charles de Gaulle, l’amiral Christophe Prazuck a annoncé officiellement le changement de noms des unités de fusiliers marins. À cette occasion, il a remis à chacun des commandants le nouveau fanion de son unité.

Chaque unité de fusiliers marins portera désormais le nom d’un grand ancien, Compagnon de la Libération (1), ayant servi glorieusement au sein du 1er bataillon de fusiliers marins ou du 1er Régiment de fusiliers marins (1er RFM) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Ce changement de nom s’inscrit dans une démarche mémorielle de la force maritime des fusiliers marins et commandos et de renforcement de ses traditions historiques. Elle fortifiera l’identité propre de chaque unité de fusiliers marins et la fierté d’en être membre.

Noms de baptême attribués aux unités de fusiliers marins :

Ancienne appellation Nouvelle appellation
Groupement de fusiliers marins Atlantique Bataillon de fusiliers marins Amyot d’Inville
Groupement de fusiliers marins Méditerranée Bataillon de fusiliers marins Détroyat
Compagnie de fusiliers marins de l’île Longue Bataillon de fusiliers marins de Morsier
Compagnie de fusiliers marins de Cherbourg Compagnie de fusiliers marins Le Goffic
Compagnie de fusiliers marins de Rosnay Compagnie de fusiliers marins Le Sant
Compagnie de fusiliers marins de France Sud Compagnie de fusiliers marins Colmay
Compagnie de fusiliers marins de Sainte Assise Compagnie de fusiliers marins Morel
Compagnie de fusiliers marins de Lanvéoc Compagnie de fusiliers marins Bernier
Compagnie de fusiliers marins de Lann Bihoué Compagnie de fusiliers marins Brière

Créée en 1856, la spécialité de fusilier marin a fourni de très nombreux combattants qui se sont illustrés aux cours de tous les conflits depuis cette date.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les fusiliers marins ont constitué plusieurs unités de combat, dont le 1er bataillon de fusiliers marins, qui devient par la suite le 1er régiment de fusiliers marins au sein de la 1ère division française libre du Général de Gaulle. L’épopée de ces unités les conduira en Afrique en juillet 1940 pour la levée et l’instruction des troupes servant pour la France libre, puis aux côtés des forces britanniques contre les forces de l’Axe.

En 1944, les fusiliers marins rejoignent Naples et participent à la rupture du front en Italie aux côtés des Alliés. Le 16 août, ils débarquent en France et combattent pour la libération de Toulon et de Hyères avant de remonter le Rhône et de prendre part à la campagne des Vosges. Ils s’illustrent lors de nombreuses batailles et contribuent à la libération de plusieurs communes de l’Est de la France. À la fin du conflit, le 1er RFM est fait Compagnon de la Libération, privilège rare détenu par seulement deux autres unités de la Marine nationale.

Par ce baptême, la marine met en valeur l’héritage glorieux que portent ces neuf unités de fusiliers marins (2).

Aujourd’hui, les fusiliers marins sont les forces spécialisées de la Marine nationale pour les missions de défense militaire et d’interdiction maritime. 24h/24 et 7 jours sur 7, ils participent à la défense militaire et maritime du territoire en protégeant les sites sensibles, de la marine ou de la défense en général, en métropole ou outre-mer. Ils protègent les bases et installations liées à la dissuasion. En appui aux opérations aéronavales, ils procèdent à des missions de contrôle dans les espaces maritimes, contribuent à la lutte contre les trafics illicites ou participent à la protection d’unités précieuses. Enfin, ils prennent part aux opérations interarmées à terre et à partir de la mer, comme les missions amphibies.


[1]A l’exception de Georges Brière, ancien du 1er RFM et seul marin inhumé au Mont Valérien au « Mémorial de la France Combattante ».

[2]Héritage marqué dès la formation initiale des fusiliers marins, car les jeunes recrues entrent dans la spécialité devant le Drapeau du 1er RFM, confié à la garde de l’école des fusiliers marins.

Print Friendly, PDF & Email
Previous Pologne, septembre 1939 : Les Panzer de Reinhardt livrent des combats acharnés contre l'armée de Poznan
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 2 septembre

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.