jeudi 30 juin 2022

Mitrailleuse Browning M2HB – Une longévité exceptionnelle

La Browning M2 est une arme qui est extrêmement polyvalente car elle a été conçue pour un rôle totalement différent de son rôle moderne car elle été conçue pour être utilisée contre les avions en chars lors de la Première Guerre mondiale. En 1917, le General Pershing va demander le développement d’une nouvelle mitrailleuse de gros calibre pour ce rôle anti-véhicule et cela va entraîner le développement de ce qui deviendra la munition de .50 BMG (Browning Machine Gun) ou 12,7x99mm.

Le célèbre John Browning va concevoir une nouvelle mitrailleuse en s’appuyant sur le mécanisme de sa célèbre mitrailleuse M1917 qui été aménagée pour la cartouche de 30-06. La première mitrailleuse en calibre 50 est prête pour les tests en octobre 1918 avec des résultats plutôt mitigés d’autant plus que quelques semaines après les tests la Première Guerre mondiale se termine.

Néanmoins, les développements vont se poursuivre tant sur la cartouche que sur la mitrailleuse qui va devenir la mitrailleuse Browning Modèle 1921 qui ressemble à au modèle M2 mais avec un refroidissement liquide, du moins pour sa variante destinée à être employée au sol car il y avait également un modèle destiné à l’aviation refroidi par air.

Là encore, l’armée trouve des défauts à l’arme notamment son impossibilité à changer le sens d’alimentation et le fait que les boitiers de culasse ne soient pas vraiment interchangeables entre la version refroidie par air et celle avec un radiateur.

En 1926, John Browning décède et le développement est repris par le Docteur S.H. Green qui avait travaillé sur le modèle 1921 et il va résoudre la majorité des problèmes de la nouvelle mitrailleuse. Le boitier de culasse va être redessiné pour être le même entre toutes les variantes. Ainsi en fonction des clients, on peut plus facilement configurer ces mitrailleuses et cela simplifie la production et la logistique. Il va également légèrement modifier le mécanisme pour permettre le changement de sens de l’alimentation ce qui était important pour la Navy qui souhaite avoir des mitrailleuses jumelées pour défendre ses bateaux.

Une autre branche de l’armée va également s’intéresser à ces mitrailleuses, l’Air Force. Ces armes seront utilisées pour la protection des avions, par exemple montée sur des tourelles, ou directement embarquées dans les ailes. On va également installer ces M2 sur des véhicules avec la variante M2 HB avec son canon lourd pour mieux absorber la chaleur. En France, ces armes ont commencé à être utilisées dès 1932 date à laquelle la Marine nationale va commander des M2 aménagées pour l’ancienne cartouche de 13,2 mm Hotchkiss. La Deuxième Guerre mondiale va évidemment faire exploser la demande pour ces armes qui seront fabriquées par une quinzaine d’entreprises dont Colt, Savage, l’Arsenal de Springfield, Fabrique Nationale et même l’entreprise Frigidaire et bien d’autres.  

Après la guerre, la M2 sera obsolète dans son rôle anti-aérien mais continuera à être utilisée montée sur des véhicules ou sur affût grâce à l’efficacité et la polyvalence de sa munition et de sa fiabilité. Les M2 ont été fabriquées à plus de trois millions d’exemplaires et continuent d’évoluer en permettant l’emploi d’optiques modernes et sur les dernières versions, le changement du canon est plus rapide et ne nécessite pas de vérifier la feuillure.

Normandie 1944.
Mitrailleuse Browning calibre .50 (12,7 mm) du 2e Régiment étranger d’infanterie à l’exercice en septembre 2007. Crédit : DR.
Maître LUGER
Maître LUGER
J’ai créé la chaîne YouTube "MAÎTRE LUGER" en 2017 pour présenter l’évolution de l’armement léger à travers l’histoire et proposer de la documentation en français. En effet, les armes légères souffrent souvent d’un manque d’information en français ce qui est d’autant plus regrettable que la France est le berceau de l’armement moderne (fusil semi-automatique, poudre sans fumée, balle Minié, etc.). Mon objectif est de mettre en avant la riche histoire de ces inventions et l’ingéniosité des hommes qui les ont conçus. Je travaille en collaboration avec différents acteurs dont des musées, collectionneurs privés et entreprises de l’armement qui me permettent d’avoir accès à ces armes pour les étudier et quelques fois les essayer. J'ai rejoins l'équipe de THEATRUM BELLI en décembre 2021.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB