dimanche 28 novembre 2021

Servir sa patrie

La célébration de la victoire du 8 mai a rappelé aux Français comme chaque année que la liberté avait un prix. Avec l’attentat de ce week end, le président de la République l’a aussi rappelé. Les célébrations ou commémorations patriotiques posent la question de la raison qui conduit un soldat à accepter de donner sa vie pour sa patrie.

« Qu’est-ce qui conduit les soldats à mourir pour leur pays ? »

Le Monde a publié un article « Qu’est-ce qui conduit les soldats à mourir pour leur pays ? » (Cf. Le Monde du 29 avril 2018) sur une étude britannique concernant l’engagement militaire dans une démocratie en guerre, « From welfare to warfare : new deal spending and patriotism during world war II » (mars 2018, 58 pages).

Les auteurs ont cherché à établir le lien entre les conditions économiques d’un pays et la motivation qui a conduit des citoyens à rejoindre l’armée des Etats-Unis pendant la seconde guerre mondiale. Le champ d’études est celui de la grande dépression économique aux Etats-Unis (1929 puis les sècheresses qui ont frappé l’agriculture en 1933). Entre 1941 et 1945, près de 18 millions d’Américains ont rejoint les forces armées. De très importantes bases de données ont pu donc être utilisées.

Pour déterminer ce lien entre l’engagement individuel et l’Etat providence, trois axes de recherche ont été choisis : les achats des bons de guerre, l’origine géographique des soldats, l’héroïsme à travers les décorations et les récompenses obtenues.

Selon cette étude, servir par les armes pour défendre son pays semble s’expliquer par un devoir de reconnaissance du citoyen américain envers l’Etat-providence. Cependant, elle s’appuie essentiellement sur les agriculteurs, une population bien particulière. Compte tenu de l’action de l’Etat-providence (1933 et après) mais aussi de l’âge qui permet de rejoindre les armées, on pourrait aussi considérer que la population concernée par l’engagement militaire en 1941 aurait plutôt été les jeunes hommes, adolescents durant la crise économique. Le seul soutien de l’Etat dans le quotidien des citoyens peut-il par ailleurs suffire à justifier un engagement « de réciprocité » même à l’époque ?

Enfin, la question qui pourrait se poser aujourd’hui est celle de l’influence de l’Etat providence, même affaibli, par exemple en France sur les comportements des citoyens, beaucoup plus urbanisés, peu liés aussi à la « terre ».

L’action de l’Etat doit donc être expliquée et inciter à cet engagement total pour sa patrie en enseignant ce devoir de réciprocité, notamment à travers l’école. La participation aux commémorations revêt aussi une grande importance pour afficher cette adhésion au pacte commun et rappeler que le citoyen peut être amené à rendre à la collectivité ce que celle-ci lui a donné.

François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Il est expert des questions de doctrine sur l’emploi des forces, sur les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, à la contre-insurrection et aux opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde depuis août 2011, il a rejoint depuis mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BOUTIQUE TB

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB