Témoignage de guerre : Geneviève de Galard, une femme dans l’enfer de Dien Bien Phu


 

Geneviève de Galard a vingt ans quand la guerre d’Indochine commence. Descendante d’une des plus prestigieuses familles françaises (un de ses ancêtres se battait déjà aux côtés de Jeanne d’Arc), elle rêve d’aventures et veut servir. Elle choisit le métier de convoyeuse de l’armée de l’Air. Sa mission : soigner les blessés lors des évacuations aériennes. Un jour de mars 1954, son destin bascule. Accidenté, son avion sanitaire ne peut plus repartir. Dès lors, elle partage le sort des quinze mille soldats, enterrés dans la nasse du camp retranché. Pendant deux mois, jusqu’au dernier baroud d’honneur, elle incarne pour eux, l’infirmière, la confidente et l’image de la douceur dans l’enfer des combats. Après la chute du camp, Geneviève de Galard est célébrée dans le monde entier. New York lui réserve même un accueil triomphal.

Print Friendly, PDF & Email
Previous Guerre d'Algérie : Mai 1960, des commandos-marine portent secours au 2e REI encerclé
Next Guerre d'Indochine : Les évadés de Diên Biên Phu

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.