Thales et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) associés pour fournir des sonars haute fréquence à la Force d’autodéfense maritime du Japon


La Force d’autodéfense maritime japonaise compte sur l’expertise de Thales et de MHI pour se doter de la dernière génération de sonars haute fréquence à ouverture synthétique qui offre des capacités uniques de classification des bâtiments. En choisissant des technologies Thales qui ont fait leurs preuves en service auprès de plusieurs marines nationales, la Force d’autodéfense maritime japonaise bénéficiera du plus haut niveau de protection aujourd’hui disponible.

Dans un contexte international mouvant, les nations se doivent de renforcer la protection de leurs approches maritimes. Dans le même temps, il demeure essentiel de limiter l’exposition des personnels confrontés au danger que font peser les mines. Avec 50 ans d’expertise au service des Marines du monde entier, Thales développe des technologies qui assurent la transition entre les solutions conventionnelles telles que les chasseurs de mines, et celles qui s’appuient désormais sur les drones.

Aux termes de cet accord, le sonar haute fréquence de Thales sera déployé à bord du drone sous-marin OZZ-5 de MHI. La combinaison de ce sonar et de la technologie japonaise de sonars basse fréquence permettra aux opérateurs de détecter les mines suspectées indépendamment de la variabilité des conditions, répondant ainsi à la demande croissante de lutte contre les mines marines (MMCM). Le sonar haute fréquence de Thales offre une fonction de détection et de classification automatique (AuDC) qui allège sensiblement la charge de travail des opérateurs en termes de traitement des données collectées.

Ce contrat constitue le point de départ d’un programme à long terme avec la Force d’autodéfense maritime japonaise, et ouvre potentiellement la voie à de nouveaux marchés à l’export. La collaboration continue et fructueuse entre Thales et le Japonais MHI, se trouve une nouvelle fois renforcée par la commande de sonars haute fréquence à ouverture synthétique SAMDIS pour équiper le drone OZZ-5. En collaboration avec Thales, MHI vise de nouveaux marchés auprès des alliés du Japon, en offrant une technologie très avancée aux marines les plus puissantes. Les systèmes de guerre anti-sous-marine et de sécurité maritime développés par Thales sont aujourd’hui en service auprès de plus de cinquante marines dans le monde.

« Equiper le drone sous-marin OZZ-5 avec notre sonar haute fréquence atteste de notre solide relation avec MHI, initiée il y a plusieurs années avec le développement du prototype OZZ-5. Ce contrat matérialise la continuité dans le temps de la coopération bilatérale instaurée entre le Japon et la France. Thales se félicite de pouvoir mettre son expertise, démontrée à maintes occasions, au service des forces de défense nationales et étrangères, grâce à cette alliance fructueuse avec MHI », a déclaré Cyrille Dupont, PDG de Thales au Japon.

« Nous sommes très fiers d’être à bord du drone de guerre des mines OZZ-5 avec notre sonar haute fréquence SAMDIS, contribuant ainsi aux performances opérationnelles exceptionnelles et au positionnement unique de ce drone sur un segment de marché très concurrentiel. Ce contrat qui démontre les capacités de Thales à adapter son offre à tout type de plateforme et aux exigences des marines nationales, ouvrira la voie à de nouvelles réussites avec notre partenaire MHI », a souligné Alexis Morel, VP Thales Underwater Systems.


A propos de Thales au Japon

Présent au Japon depuis 1970, Thales travaille avec plus de 500 fournisseurs, des grandes entreprises jusqu’aux PME. Le Groupe répond aux besoins du pays dans de nombreux domaines : science, sécurité, défense (Gouvernement japonais), aérospatial, identité numérique (divers organismes japonais, opérateurs de réseaux mobiles, banques, marchés gouvernementaux ou civils, etc.), spatial, transports et différentes applications industrielles.

Avec 148 collaborateurs établis au Japon, essentiellement à Tokyo, Thales a pour objectif de renforcer sa présence en s’associant à des acteurs locaux, en répondant aux besoins internationaux et en faisant équipe avec des acteurs industriels clés dans le pays.

Le Japon produit sous-licence le mortier de 120 mm rayé-tracté. Quelques 450 exemplaires équipent ses forces terrestres.

Print Friendly, PDF & Email
Previous 24 novembre 1964 : Les paras-commandos belges sauvent des centaines de civils occidentaux à Stanleyville (opération Dragon rouge)
Next HISTOIRE : Chronique culturelle du 25 novembre

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.