jeudi 7 juillet 2022

Ukraine 05 avril – bascule, piétinement, revue des objectifs

L’armée russe a achevé son retrait du nord de l’Ukraine, laissant dans son sillage pillages, destructions et plusieurs accusations de massacres dont un, à Bucha, commence à être maintenant bien documenté par sources ouvertes et indépendantes. Le retrait est presque complet, plutôt bien mené malgré des pertes matérielles lourdes et dégage toute la zone autour de Kyiv (1) et ne tenant pour l’heure qu’une bande au nord de Soumy (2). Sachant que le territoire russe est « sanctuarisé » par la dissuasion nucléaire, les Russes dégarnissent la zone, sans doute pour déplacer un maximum d’unités vers le Donbass. La renonciation à toute enclave et la destruction des ponts (c’est important) indique que l’armée russe ne compte pas revenir rapidement.

Ce retrait expose les positions à l’ouest de Kharkiv (3), et permet aux Ukrainiens de replier aussi de deux à trois brigades. Le nord doit rester défendu, mais les lignes intérieures permettent une rotation plus rapide des unités vers le centre du pays, relativement à l’abri de la détection et des raids russes. Reconstituer des réserves est très important pour les défenseurs aussi, ne serait-ce que pour éviter une percée en Donbass.

Le dégagement de Kharkiv (4), s’il se poursuit, permettra de couper certains ravitaillements russes. C’est toujours la faiblesse de la manœuvre russe du Donbass, dont l’axe de poussée vers Izyum souffre d’un ravitaillement fragile. Les Russes sont en phase de régénération sur place, avec pose de ponts et reprise possible des opérations d’ici un ou deux jours. Les renforts arrivant du nord mettront encore au moins une dizaine de jours pour être de retour au sud, et toujours très usés.

La manœuvre russe en Donbass semble se concentrer sur un « petit » encerclement », loin du Dniepr (6). Des unités ukrainiennes avancées (5) auraient effectué quelques replis, mais demeurent en position exposée. L’objectif opérationnel russe semble être limité au Donbass (7) qui idéalement serait « à peu près » conquis pour la parade du 9 mai.

Plus à l’ouest (8) les Russes sont sur la tête de pont de Kherzon et, c’est important, n’y ont pas détruit les deux ponts (route + rail) plutôt faciles à défendre avec le saillant de Sadové à l’est de la ville. Conserver cette ville est important sur le plan politique pour créer une république fantoche et militairement une tête de pont sur la rive droite du Dniepr est importante pour pouvoir, un jour, reprendre l’offensive vers Odessa. Les Russes défendront sans doute farouchement Kherzon, au mépris de sa population.

En mer (9), la flotte russe semble moins active. Les Ukrainiens annoncent un coup au but sur une frégate. Est-ce une phase de ravitaillement au port ou un repli par prudence ?

Le Kremlin durcit le ton à propos du « nazisme » ukrainien, ce qui suggère une volonté d’aller « jusqu’au bout » malgré d’éventuelles nouvelles sanctions, avec une mobilisation plus large. Le régime glisse vers la terreur paranoïaque.

Stéphane AUDRAND
Stéphane AUDRAND
Stéphane AUDRAND est consultant indépendant spécialiste de la maîtrise des risques en secteurs sensibles. Titulaire de masters d’Histoire et de Sécurité Internationale des universités de Lyon II et Grenoble, il est officier de réserve dans la Marine depuis 2002. Il a rejoint l'équipe rédactionnelle de THEATRUM BELLI en décembre 2019.
ARTICLES CONNEXES

4 Commentaires

  1. Qui tient Tchouhouiv (Chuhuiyv) à l’est de Karkiv ? Si ce sont les russes le Donets sera difficile à franchir si tous les autres points de passage sont contrôlés comme cela semble être le cas.
    Par ailleurs :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Armée_de_terre_russe
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Armée_de_terre_ukrainienne
    montre que l’armée ukrainnienne n’était pas complètement démunie, alors, que veut donc dire la recherche de chars T72 dans toute l’Ex-Europe de l’est par les US et le RU afin de livraison urgente ? Que l’armée ukrainnienne n’aurait subit aucunes pertes ? le matériel étant le même à qui attribuer ces pertes visibles sur les « infos » réseaux sociaux : la propagande bat son plein ! Souvenons nous du charnier de Timisoara : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_des_charniers_de_Timișoara
    3éme interrogation y a-t-il bien 40.000 Ukrainiens postés face aux séparatistes ? Leur encerclement (avec le sort de Marioupol probable) ne serait pas un « petit » détail, d’autant que la retraite vers Kharkiv passe par Izioum conquise semble-t-il. Resterait un repli sur Dnipro par la route E50 avec 2 ponts 1vers Pavlograd et 1 entre Petropavloska et Krasnoarmeysk : L’aéroport sud de Donetz est-il utilisable par l’armée de l’air russe ? auquel cas … comme vous le faisiez remarquer le repli est une opération délicate.

    • D’une part, je crois que personne n’a dit que l’Ukraine n’avait subit aucune perte, loin de là. D’autre part, les T-72 Tchèques sont équipés d’une conduite de tir modernisée, de blindages réactifs, leur motorisation a été revue ainsi que leurs moyens de communication.

      Les deux camps ont des T-72, mais les différentes revalorisations n’ont pas été les mêmes entre Russie et Ukraine (l’Ukraine ayant par ailleurs plutôt conservé beaucoup de T-64).

      Agiter Timisoara est au mieux inutile et au pire indigne : le niveau de documentation et de surveillance des zones est sans commune mesure. Bucha EST un massacre. La question, la seule, qui se pose, est « est-ce un acte commis par une unité russe de manière isolée et sans ordre ou un ordre appliqué de manière systématique depuis le plus haut niveau de commandement » ? Et à ce stade, en effet, pas de réponse claire.

      Enfin, oui, le saillant du Donbass risque un encerclement. C’est le cas depuis le 25 février. Pour l’heure les Ukrainiens tiennent, mais la situation pour eux se dégrade en effet. Livrer des matériels lourds maintenant permet de constituer des réserves pour contre-attaquer ou remplacer les pertes en Donbass

  2. Timisoara n’est qu’un exemple parmi d’autres de désinformation déjà existante en temps de paix. C’est peut être indigne de ne pas croire sur parole … j’en resterai là, même si pour ce qui est des crimes de guerre c’est une constante dans … les guerres (Irak ect…). Et effectivement je suis d’accord avec vous à propos de « la question, la seule, qui se pose … » mais que personne ne pose, à part vous ici. Pour la plupart la chose est entendue et le couperet de la culpabilité déjà tombé. Bref, c’est comme ça mais, à part galvaniser les « troupes », sur le terrain …
    Bien à vous, et merci des infos qui dans tout ce qu’on entend paraissent les plus objectives et renseignées.

  3. Merci pour vos points de situation. En ce qui concerne les opérations de désinformation seul l’avenir nous permettra d’en juger, le recul permettant toujours de dissiper l’instantanéité émotionnelle. Il est évident que les conflits modernes provoqueront toujours des pertes civiles et le recours à des milices et à l’auto-défense sans uniforme compliqueront toujours la situation. Pour ma part j’essaie de trouver différentes sources d’information et récemment j’ai été frappé par des rapports de l’OFPRA au sujet des crimes des ultranationalistes ukrainiens au Donbass.Certes ces rapports datent de septembre et octobre 2018 mais décrivent une situation de tensions très fortes qui ne faisait pas alors l’actualité .La neutralité et le sérieux de l’OFPRA ne peuvent être mis en doute .
    Tendre vers l’objectivité dans le brouillard de la guerre est vraiment difficile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB