1942 : Le Québec dit encore non à la conscription


Pendant que la Deuxième Guerre mondiale fait rage sur quatre continents, le Canada traverse une crise majeure suscitant colères intenses et réactions violentes. Nous sommes en février 1942. Le premier ministre du Canada, Mackenzie King, annonce aux Canadiens qu’il leur demandera bientôt par voie de référendum « de le libérer de sa promesse de ne jamais recourir à la conscription pour le service outre-mer ». Au Québec, la riposte à cette annonce sera immédiate. On se mobilisera rapidement, exhortant les Québécois à répondre NON à cette demande.

Le 27 avril 1942, jour du référendum sur la conscription, le pays est divisé comme il ne l’a jamais été auparavant. Deux Canada se démarquent, scindés suivant un clivage linguistique alors que les Canadiens anglais votent OUI à 80 %, et les Canadiens français, NON à 85 % !

Previous La Légion étrangère sort son agenda dédié au centenaire de la Première Guerre mondiale
Next RAPPORT : 15 propositions pour une nouvelle dynamique économique entre l’Afrique et la France

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.