jeudi 11 août 2022

CIvisme Défense Armée Nation (CIDAN)

Nos camarades morts au combat en Afghanistan ont reçu un hommage émouvant sur le Pont Alexandre III ce 13 juin. Le chef des armées assisté de ses prédécesseurs, l’ensemble du gouvernement étaient présents à l’hommage national rendu ce 14 juin aux Invalides. Situation inhabituelle, elle est fortement symbolique et affirme le soutien de toute la nation à nos armées. Cela en est même positivement surprenant et il faut apprécier ces gestes à leur juste valeur. Le discours du président de la République de la République a aussi été fort. Il mérite d’être lu et réfléchi (www.elysee.fr).

A bien autre niveau, j’ai assisté à un petit-déjeuner organisé par le cercle Strategia ce mercredi 13 matin. La députée Françoise Hostalier présentait le rapport qu’elle a écrit en janvier 2012 sur l’Afghanistan (Cf. Mon billet du 4 mars) et surtout le retour économique de l’engagement militaire dans ce pays. Ce qui l’a surpris, ce sont les absences de réponses des administrations concernées à la fois à ses critiques et à ses recommandations. Or, le retour sur investissement, notamment après le départ des forces militaires françaises, est une nécessité pour que l’engagement militaire ait servi aux intérêts nationaux. Ceux-ci ne sont pas que militaires dans la phase de post-crise. Y aurait-il une ignorance par exemple du concept d’approche globale développé dans l’OTAN ou bien en France qui permet d’envisager une stratégie globale, donc une synergie de tous les instruments de pouvoir de l’Etat ?

J’ai aussi assisté cette semaine au Sénat à la remise du prix annuel de l’association « Civisme Défense armée nation » (CIDAN, www.cidan.org) dont je suis membre. Sa vocation vise à diffuser auprès de la jeunesse l’importance du patriotisme, du civisme et de la citoyenneté, de la défense militaire, civile, économique (« patriotisme et intelligence économiques », je cite), l’intégration enfin dans la nation. A une période où l’on évoque souvent le délitement du lien entre l’armée et la nation, sinon avec sa jeunesse justement, je considère que cette association mal connue a un rôle plus important à jouer qu’hier. Ses activités ont trait à l’information et à l’éducation à la défense, les actions à caractère social, le travail sur la mémoire, les actions concrètes favorisant le lien entre les armées et la société civile.

Bien sûr, cette association présidée par Jacques Sonnet, colonel de réserve, est soutenue par le ministère de la défense. Le CIDAN s’appuie sur un réseau de délégués qui, au contact des parlementaires, des autorités militaires et civiles, de l’Education nationale, des entreprises, organisent des manifestations multiples.

Le CIDAN a donc créé un Trophée annuel « Civisme et Défense » qui est remis alternativement par le président du Sénat et par le président de l’Assemblée nationale pour récompenser « La meilleure réalisation de citoyenneté et de solidarité entre la société civile et les armées ». Il a été attribué cette année aux marins-pompiers de Marseille qui ont créé la première section de cadets « marins-pompiers » (voir aussi pour les autres prix Lignes de défense) . C’est aussi la remise d’un prix spécial à une classe de 3ème qui a établi un lien permanent sous des formes diverses avec les chasseurs alpins du 27e BCA en opération en Afghanistan. Nous sommes bien dans la logique du triptyque « Education, Défense, Citoyenneté ».

Il se confirme ce rôle important de la communauté militaire dans sa participation à la construction de la cohésion nationale, en particulier en agissant auprès de la jeunesse. Les militaires qui sont naturellement des citoyens engagés au service de la Nation, devraient participer aux activités de cette association apolitique, au besoin en adhérant au CIDAN.

François CHAUVANCY
François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Il est expert des questions de doctrine sur l’emploi des forces, sur les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, à la contre-insurrection et aux opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde depuis août 2011, il a rejoint depuis mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB