Djihadisme : l’armée aussi “sous surveillance”


Crédit : Stéphane Gaudin

Les djihadistes que les forces de sécurité françaises doivent surveiller comptent d’“anciens militaires” et “d’anciens professionnels d’autres disciplines”, a affirmé ce matin le ministre français de la Défense Jean-Yves Le Drian, en jugeant nécessaire de garder “le secret” sur ce sujet.

“Il y a (parmi les djihadistes) des anciens militaires comme il y a des anciens professionnels d’autres disciplines (..) Je ne crois pas qu’il soit nécessaire d’identifier des listes d’appartenance à tel ou tel corps d’activité sociale pour dire que le terrorisme vient de là”, a-t-il déclaré à RTL.

Il s’est refusé à chiffrer le nombre d’anciens militaires concernés, qui seraient une dizaine selon des médias français. “La lutte contre le terrorisme nécessite un minimum de secret pour l’action. Je pense qu’il n’est pas souhaitable d’en dire plus”, a-t-il ajouté.

Concernant son ministère, Jean-Yves Le Drian, a souligné que l’armée “surveillait” de près les risques de radicalisation dans ses rangs, de même que les cas de soldats partis rejoindre le djihad en Irak et Syrie.

“Il y a aujourd’hui 3.000 personnes à surveiller qui sont en risque de terrorisme ou déjà acteurs. Parmi elles il y a des anciens militaires mais nous le savons et nous les surveillons”, a-t-il dit.

“Nous avons des services intérieurs aux armées françaises qui surveillent de très près les risques potentiels que peuvent représenter certains éléments. Nous savons, nous surveillons et nous agissons”, a assuré Jean-Yves Le Drian.

“Il faut lutter globalement contre le terrorisme. c’est ce à quoi nous nous employons avec les moyens de l’armée et du renseignement dépendant du ministre de l’intérieur”, a poursuivi le ministre. Les autorités françaises semblent particulièrement inquiètes des risques de radicalisation au sein de l’armée où des candidats potentiels au djihad pourraient se former à bon compte au maniement des armes et explosifs.

65 nouveaux postes vont être créés à la Direction de la protection et de la sécurité de la défense (DPSD).

Print Friendly, PDF & Email
Previous A LIRE : INFERNO, La dévastation de Hambourg (1943)
Next Armée française : La deuxième vie des blessés de guerre

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.