mardi 23 juillet 2024

Enseignement de l’Histoire et roman national

La polémique sur le programme d’histoire au collège interpelle à nouveau. A force de constater le retour permanent de cette question, je me suis interrogé. Les Français aiment l’histoire. C’est un fait. Ils sont fiers de leur histoire mais à mon avis, une question se pose : aiment-ils tous la même histoire de France ? Je crains que non et cela devient de plus en plus transparent à travers les contributions des uns et des autres dans ce débat qui s’impose dans l’ambiance actuelle de la société française.

Deux concepts de la construction de l’identité nationale s’opposent.

  • Les conservateurs, du moins qualifiés de tels, veulent une histoire de France qui a du sens et construit cette identité commune à partir de notre passé ;
  • Ceux qui soutiennent la réforme du programme d’histoire, les « progressistes » veulent une histoire-monde dans laquelle la France est noyée, éventuellement stigmatisée pour ses erreurs passées.

Ainsi, d’un côté, une partie d’entre nous voient les Français avec une identité nationale construite à partir de cette Histoire avec des aspects positifs, privilégiés sans toutefois exclure les aspects négatifs. C’est le choix du roman national qui fédère et  impose aussi une vision commune, avec  une acceptation du passé.

D’un autre côté, nous avons ceux qui refusent cet héritage venant du passé, veulent déconstruire ce qui a été accepté hier mais ne le serait plus aujourd’hui en vue de construire ce Français nouveau, conforme à leur idéologie, en effaçant une partie de cette histoire qu’ils rejettent viscéralement et en mettant en lumière tout ce qui porte une ombre à ce passé.

Je me trompe ? Je ne le pense pas si je me réfère à cette interview de Michel Lussault, géographe, président du Conseil supérieur des programmes, dans le Monde du 14 mai 2015 (Cf. Interview). C’est bien le choix qui a été fait si je reprends ses propos : « Il y a quelque chose de dérangeant dans l’idée, récurrente, de vouloir faire de l’histoire un roman national ». Il faut donc privilégier cette « reconnaissance de la pluralité de l’histoire de France ». Michel Lussault a posé d’ailleurs la question « Faut-il privilégier l’histoire de France, ou enseigner une histoire du monde ? » qu’il a tranchée en proposant la dernière solution.

La justification de ce dernier choix, toujours selon ses propos serait en outre « de ne pas « désespérer Billancourt », les professeurs ne sont pas pour le roman national ». Les enseignants sont-ils au service de la Nation ou au service de leurs propres convictions ou intérêts ? Il est vrai qu’ils représentent un électorat important pour la gauche.

Dans sa dernière interview à Valeurs actuelles (Cf. 14 mai 2015), Luc Ferry résume les conséquences de cette prise de position idéologique : « On invite nos élèves à la haine de soi » et cette réforme,  au moins dans le domaine historique, entretient pour moi cette haine de soi et donc de la France. Ces haines conduisent sans aucun doute à l’engagement de Français dans le djihad alors que peut-être un roman national les aurait inclus dans un projet national commun.

Une autre preuve ? Je reprends cet article d’un collectif qui s’est exprimé dans le Monde (Cf. Le Monde du 13 mai)  qui résume bien ce sentiment d’une France qui me parait bien antifrançaise : « Outre qu’elles sont souvent infondées, comme on l’a vu, ces attaques traduisent une étrange conception de l’enseignement de l’histoire. Que recherche-t-on à travers lui ? Le développement de l’enthousiasme patriotique ou l’éducation d’un citoyen capable de s’orienter à la lumière des enseignements du passé ? »

Eh bien oui, je préfère le développement de l’enthousiasme patriotique qui fait adhérer au roman national et à la nation plutôt que « cette éducation du citoyen » qui a justement conduit à tant d’échecs sinon à la prolifération des apprentis djihadistes. Cette réforme ne fait en effet que poursuivre la démolition de la nation.

D’ailleurs ceux qui soutiennent cette réforme sont plutôt pour le slogan « Halte à l’élitisme conservateur » pour reprendre le titre de l’article précédent. Ils sont dans la lutte des classes et dans le dogme de l’égalitarisme forcené destiné à compenser une égalité qui ne peut pas exister

Une difficulté va cependant se poser à terme si cette antifrance persiste dans ce refus à participer à la construction du roman national. Je n’ai qu’à citer cette phrase de Marine Le Pen (Cf. Le Monde de 17 mai) : « Aimer la France, c’est aimer son histoire. C’est en accepter les paradoxes et les permanences ». Beaucoup de personnes, sans voter Marine Le Pen, adhérent à cette vision de l’Histoire de France et à son rôle.

Peu à peu, nos soi-disant progressistes vont découvrir qu’ils sont tout aussi conservateurs que ceux qu’ils dénoncent, incapables de distinguer l’évolution du monde. Peut-être même que les conservateurs sont beaucoup plus progressistes, sinon révolutionnaires dans leur perception du Monde et de sa réalité. Un roman national est peut-être ce qui redonnera à la France et à sa population une identité, une ambition, une unité et donc un avenir commun. Ce sont un choix et une responsabilité politiques qu’il faut savoir imposer. Le politique en a-t-il encore la capacité ?

Général (2S) François CHAUVANCY
Général (2S) François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Consultant géopolitique sur LCI depuis mars 2022 notamment sur l'Ukraine et sur la guerre à Gaza (octobre 2023), il est expert sur les questions de doctrine ayant trait à l’emploi des forces, les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, la contre-insurrection et les opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Depuis juillet 2023, il est rédacteur en chef de la revue trimestrielle Défense de l'Union des associations des auditeurs de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN). Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde à compter d'août 2011, il a rejoint en mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB