samedi 20 avril 2024

Publication de la revue trimestrielle Défense (Avril 2024)

Mon éditorial

Ce numéro est plus particulièrement consacré à la partie Est de l’Union européenne. Le comité de rédaction s’est posé la question suivante : le centre de gravité politique de l’Europe ne se serait-il pas déplacé vers l’Est ? Certes le poids de la Pologne en particulier, la place de la Roumanie bordant la mer Noire, la guerre en Ukraine bien sûr et cette menace potentielle de la Russie plus à l’Est remettent en cause la place privilégiée des membres fondateurs de l’Union européenne.

Ce glissement vers un centre de gravité plus oriental est une réalité qui n’est pas que militaire. Elle est économique et notamment agricole, géopolitique avec une conscience collective historique, démographique si l’on y associe au moins temporairement l’Allemagne à la natalité certes fortement en baisse. L’adhésion de l’Ukraine posera sans aucun doute des difficultés même si elle ne se concrétisera pas avant un certain nombre d’années. Un sondage IFOP du 20 février 2024 montrait que 51% des Français y étaient opposés et négliger les opinions publiques ne serait pas sage.

En outre, le poids anglo-saxon reste prégnant : le Royaume-Uni contourne son départ de l’Union européenne par une forte présence en Ukraine. Les États-Unis paraissent toujours incontournables et renforcent leur présence par la mise sous dépendance des États européens notamment par leurs livraisons d’armes qui mettent l’Union européenne en situation de vassalité dans le domaine de leur sécurité extérieure. En tout état de cause, la défense de l’Europe ne se conçoit aujourd’hui que dans le cadre de l’OTAN — qui commémore cette année le 75e anniversaire de sa création — et avec l’assistance « bienveillante » des États-Unis… jusqu’à un changement éventuel de politique étrangère avec l’élection possible de Donald Trump en novembre 2024. Cela impose de fait une capacité européenne militaire autonome capable d’assurer sa sécurité extérieure.

Ce premier trimestre 2024 a fait cependant émerger deux sujets de réflexion à travers les déclarations présidentielles d’Emmanuel Macron et de leurs interprétations. Ces sujets mettent en avant la liberté de décision certes constitutionnelle du président de la République et le rôle du parlement dans le domaine de la défense nationale.

  • Le président de la République peut-il décider seul du partage de la dissuasion nucléaire pour protéger l’Union européenne et si oui sous quelles conditions ? Dans le contexte sécuritaire actuel, cette question souvent évoquée en filigrane depuis plusieurs années s’avère d’une réelle actualité face aux menaces de la Russie.
  • Malgré la Constitution, le président de la République peut-il décider seul, sans un débat parlementaire avant toute prise de décision, d’engager des forces armées par exemple sur le territoire ukrainien dans une guerre de haute intensité, situation bien éloignée des OPEX connues jusqu’à présent ?

Clarifier ces questions permettrait de sortir d’ambiguïtés stratégiques bien entretenues mais qui nuisent à la compréhension des enjeux pour nos concitoyens et donc à la résilience de notre société.

Général (2S) François Chauvancy, rédacteur en chef

Pour consulter certains des articles publiés : https://revue-defense.fr/

 

Général (2S) François CHAUVANCY
Général (2S) François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Consultant géopolitique sur LCI depuis mars 2022 notamment sur l'Ukraine et sur la guerre à Gaza (octobre 2023), il est expert sur les questions de doctrine ayant trait à l’emploi des forces, les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, la contre-insurrection et les opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Depuis juillet 2023, il est rédacteur en chef de la revue trimestrielle Défense de l'Union des associations des auditeurs de l'Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN). Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde à compter d'août 2011, il a rejoint en mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

THEATRUM BELLI a fêté ses 18 ans d’existence en mars dernier. 

Afin de mieux vous connaître et pour mieux vous informer, nous lançons une enquête anonyme.

Nous vous remercions de votre aimable participation.

Nous espérons atteindre un échantillon significatif de 1 000 réponses.

Stéphane GAUDIN

Merci de nous soutenir !

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB