Chronique des blindés : Les chars du 501e RCC, Mourmelon-le-Grand


Cette fois, ce n’est pas un char unique dans un musée qui sera présenté ici mais l’ensemble des chars du 501e RCC qui se dévoilent à ciel ouvert : il n’est donc pas question évidement des chars Leclerc qui équipent maintenant le régiment mais du parc de collection situé dans le Quartier DELESTRAINT de Mourmelon.

Le 501e Régiment de chars de combat est créé le 13 mai 1918 et porte alors le nom du 501e RAS (Régiment d’Artillerie Spéciale). L’unité est initialement équipée de chars Schneider puis de Renault FT et par la suite de chars Renault R35 à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Cette collection de blindés retrace donc l’histoire riche de cette unité, quasiment de sa création à nos jours. (propos recueillis par Camille Harlé-Vargas)

——————-

Combien il y a-t-il de chars exposés au sein du 501e RCC ? 

Une liste exhaustive, en incluant les engins blindés, les non chenillés :

  • 1 Ferret M4
  • 2 B1-Bis (« Héros » et « Le Téméraire »)
  • 3 Sherman (« Norvège », « Douaumont » et « CBA Cantarel ») + 1 M74 (Sherman version dépannage).
  • 1 Panther (provient des 2 Panther pris par le 3/501 lors de la Libération de Paris)
  • 1 M24 Chaffee
  • 1 ARL 44 « Général Delestraint »
  • 1 Half-track
  • T-55 (prise de la Guerre du Golfe)
  • 2 Panhard EBR
  • 1 M47 Patton
  • 1 M8 Greyhound
  • 1 AML 90 (« Bangui »)
  • 2 AMX 30 (B « Austerlitz » et B2 « Keren »).
  • Jusqu’à récemment, un Hotchkiss H39 (actuellement exposé au Mémorial Charles de Gaulle dans le cadre de l’exposition temporaire « 1940, il est devenu de Gaulle »)

La plupart des chars appartiennent au Musée des blindés de Saumur, détenteur de la quasi-totalité des chars exposés en France, le tiers restant est encore en compte au régiment, soit parce que le blindé a été affecté au régiment, soit par « prise de guerre » (le T-55 en particulier, pris au cours de la guerre du Golfe, en 1991).

Les chars B1 Bis du 501e RCC 

D’après les noms de baptêmes, « Héros » et « Téméraire » ils appartenaient au 8e bataillon de chars de combat (BCC). Le chef de char du « Héros » n°237 est le sous-lieutenant Serjean, engagé dans les combats de la forêt d’Eu en Normandie il tombe en panne dans la nuit du 6 juin 1940. Un autre B1 Bis le tracte avant qu’il ne soit sabordé le jour suivant. Le « Téméraire » n°246, sous les ordres du sergent Wackherr, prend part aux violents combats dans le secteur de Rethel du 15 au 20 mai 1940.

Les chars B1 Bis sont souvent entretenus, sous contrôle du musée des blindés de Saumur, car le climat mourmelonnais est exigeant pour ces vieux témoins de l’histoire du régiment !

Panther

Le Panther, un char de prise ? 

Le Panther est l’un des deux chars saisis par le 3e escadron du 501e RCC lors de la libération de Paris, aux environs de la rue de Rivoli. Après une période d’exposition à l’entrée des Invalides (là où sont exposés actuellement le « Téméraire » et un Panzer III du musée des blindés de Saumur), ils ont été rapatriés à Saumur. Puis l’un des deux chars a été échangé à la Jordanie contre un char anglais. 

Sherman

Des chars Sherman qui auraient pris part aux combats de la Libération ? 

Les trois Sherman du régiment portent les couleurs de la France libre, et ont probablement été utilisé par les bérets noirs au cours de la Libération. Certains Sherman du régiment sont encore en expositions dans certains lieux symboliques pour le régiment, comme le char « Chemin des Dames », char tombeau ayant reçu un obus allemand à l’entrée de Grussenheim dans la plaine d’Alsace, où les 2e et 3e compagnies ont payé un lourd tribut en janvier 1945. 

Le prêt de chars pour des expositions ou événements, un moyen de faire rayonner l’unité et l’histoire de l’arme blindée ? 

Depuis la dissolution du 507e RCC (commandé par le colonel de Gaulle entre 1937 et 1939 d’ailleurs) puis du 503e RCC, le 501e RCC est l’unique héritier et détenteur des traditions des chars de combat (c’est la raison pour laquelle ce sont des tankistes du 501e RCC qui ont porté l’étendard du 507e RCC lors de la cérémonie du 14 juillet 2020 sur la place de la Concorde). Il va de soi que le prêt de chars pour des expositions est une manière de valoriser et de faire vivre ce patrimoine conséquent, tout en rendant hommage aux équipages qui ont servi sur ces belles machines !

AML 90

—————

Remerciements particuliers au lieutenant Étienne du 501e RCC pour son implication et ses précieux renseignements pour la rédaction de cet article. Merci au 501e RCC d’avoir permis la rédaction de cet article et ainsi de faire rayonner le patrimoine militaire.


Print Friendly, PDF & Email
Previous Battez-vous, battons-nous contre l’islamisme radical au lieu d’avoir peur et de simplement s’indigner !
Next Le général d'armée (2S) Pierre de Villiers, ancien Chef d'État-Major des armées, au micro de RTL (21 octobre 2020)

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.