lundi 6 décembre 2021

Chronique navale du 4 octobre

4 octobre 1747 : Mort à 69 ans du corsaire espagnol Amaro Rodríguez Felipe, plus connu sous le nom d’Amaro Pargo.

Il a été déclaré hidalgo en 1725, avec confirmation royale en 1727 par le maître des armoiries du roi Philippe V d’Espagne.


4 octobre 1890 : mise en chantier du 2e sous-marin de combat de la Marine française (Toulon).

Plus opérationnel que le Gymnote, ce submersible, d’abord baptisé La Sirène puis Gustave Zédé (après la mort le 26 avril 1891 de cet ingénieur), a un déplacement de 226 tonnes, est doté d’une propulsion électrique et équipé d’un tube lance-torpille. Il embarque quatre armes. Prise d’armement définitif  le 1er mai 1900.

Caractéristiques : Longueur de 48,5 m pour un diamètre de 3,2 m et déplaçant 226 tonnes pour une autonomie de 14 heures.

Sa coque, en bronze, est censée mieux résister que l’acier puisque le matériau est plus souple, mais sa tenue en plongée est médiocre et une paire de barres centrales, ainsi qu’une barre avant, lui sont ajoutées à la suite de ses premiers essais en 1894. Dès lors, il est parfaitement stable et effectue plus de deux mille plongées sans incident.

Il est équipé d’un moteur électrique de 750 ch qui est censé lui permettre d’atteindre les 15 nd (soit 27,5 km/h environ). Cette vitesse ne sera jamais atteinte. Il établira sa vitesse maximale en 1905 avec 12,7 nd (soit 23,5 km/h).

Il sera équipé en 1897 d’un tube lance-torpilles et réussira une série de lancements en 1898 contre le cuirassé Magenta, alors au mouillage. En , il réussit à torpiller le cuirassé Charles Martel.

Sous-marin Gustave Zédé vers 1900.

4 octobre 2020 : Mort du biologiste et océanographe canadien Louis Fortier

Louis Fortier nait en 1953 à Québec et grandi à Trois-Rivières. Il détient un baccalauréat en biologie (1976) et une maîtrise en écologie marine (1979) de l’Université Laval et un doctorat en océanographie des pêches (1983) de l’université McGill. Il est boursier postdoctoral (1984-1985) de l’OTAN. En 1989, Louis Fortier devient professeur à l’Université Laval où il détient la chaire du Canada sur la réponse des écosystèmes arctiques au réchauffement climatique. Spécialiste du zooplancton et des larves de poissons, il a dirigé le Regroupement stratégique Québec-Océan (autrefois GIROQ) de 1996 à 2005.

Louis Fortier a piloté les Réseaux de recherche NOW (l’Étude internationale de la polynie des Eaux du Nord) et CASES (Canadian Arctic Shelf Exchange Study) du CRSNG (Conseil de recherche en sciences naturelles). Il est responsable scientifique du brise-glace de recherche NGCC Amundsen, directeur scientifique du Réseau de centres d’excellence ArcticNet qui regroupe des chercheurs de 30 universités canadiennes pour l’étude de l’Arctique canadien côtier en mutation et directeur de la science et de l’innovation de l’Institut nordique du Québec.

Avec Warwick Vincent et Marcel Babin, il a mis en place la Chaire d’Excellence en recherche du Canada sur la télédétection de la nouvelle frontière arctique canadienne.

Source : WIKIPEDIA

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

BOUTIQUE TB

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB