vendredi 27 janvier 2023

Devoir de mémoire et archaïsmes.

Ce dimanche 29 mai 2016 était consacré à la commémoration franco-allemande de la bataille de Verdun (Cf. Le Monde du 29 mai 2016) avec cette présentation heureusement brève d’une allégorie de la guerre par plus de trois mille jeunes au milieu des croix des soldats morts au combat  (et non des victimes entendus dans les médias çà et là). Etait-ce bien l’endroit pour courir et faire un spectacle ?

Cérémonie cependant émouvante du centenaire, apprécions qu’elle soit restée dans l’esprit du devoir de mémoire bien qu’en ce jour, aussi fête des mères instaurée par Pétain, vainqueur de Verdun, la peine de celles-ci devant la mort au moins de leurs fils sinon d’autres proches, aurait pu être rappelée et mise en valeur. Il est vrai que les liens familiaux, et la famille en général, ont largement aujourd’hui été affaiblis par les lois successives pour instaurer des formules à la carte et au bon vouloir des intérêts individuels.

Le 17 mai dernier, en relation sans doute avec la commémoration de la bataille de Verdun, Jean-Jacques Candelier, député communiste, vice-président de la commission de la défense nationale et des forces armées, était à la fois initiateur et rapporteur, cumul plutôt curieux, d’une nouvelle proposition de loi pour réhabiliter collectivement cette fois tous les fusillés de la Première guerre mondiale, soit 618 fusillés pour des raisons les plus diverses.

Il est néanmoins bon de se rappeler les « autres » ce qui relativise largement l’importance de ces fusillés, soit 1,3 million de tués ou disparus, sans oublier les décès suite aux blessures. Au total, 16,5 % des 7,8 millions de Français mobilisés sont morts, laissant 700 000 orphelins et 600 000 veuves comme le précise le rapport. La fixation idéologique sur ces 618 fusillés est un signe tangible de cet archaïsme français.

Lire le rapport (Cf. Rapport du 17 mai 2016) n’en reste pas moins intéressant. Cette question de la réhabilitation a été un sujet débattu après ce conflit avec notamment la création le 9 mars 1932 de la Cour spéciale de justice militaire, compétente pour réexaminer tous les jugements rendus par les conseils de guerre. Elle a réhabilité une quarantaine de fusillés.

Par ailleurs, le président Hollande avait décidé la constitution d’un espace consacré aux fusillés au Musée de l’Armée en novembre 2014. J’ajouterai qu’un certain nombre de communes qui l’ont souhaité ont pu inscrire sur leurs monuments aux morts les noms de leurs « fusillés pour l’exemple », ce qui est surprenant et à mon sens choquant dès lors qu’ils n’ont pas été réhabilités par une procédure favorable. Heureusement la commission a rejeté cette nouvelle proposition de loi sur ce sujet du passé.

Cependant l’archaïsme peut s’exprimer dans d’autres enceintes. Ainsi, je réagirai à cette atteinte par la CGT au droit de la presse telle que cela a été rapporté par les médias (Cf. Le Monde du 28 mai 2016). Une plus grande publicité aurait pu y être apportée car le fait est grave surtout avec un organisme qui ne cesse de revendiquer la démocratie et la défense des libertés tout en voulant limiter celles des autres comme son histoire et son rattachement passé au communisme le rappellent d’ailleurs. N’oublions pas par exemple ces refus depuis 1991 de charger en matériels militaires des navires chargés de soutenir nos troupes en opération.

Ce 26 mai 2016, huitième journée de mobilisation, les syndicats de la Filpac-CGT empêchent, en accord sans doute avec leur vision démocratique de la société, la parution des quotidiens nationaux qui avaient refusé de publier un de leurs communiqués « sur les réalités du mouvement social et sur les enjeux, présents et à venir, posés par la loi El Khomri ». Ce communiqué avait été adressé le 24 mai par Didier Lourdez, secrétaire national du syndicat du Livre au Syndicat de la presse quotidienne nationale (SPQN), qui regroupe les éditeurs nationaux.

Un syndicat en perte de vitesse, arcbouté sur son passé,  issu d’un communisme moribond, continue donc à exercer sa capacité de nuisance sur le fonctionnement de la société française, y compris par des mesures de coercition bien éloignées des règles normales de la démocratie. Si je me réfère aussi à cette scandaleuse affiche contre les soi-disant violences policières, je peux m’étonner que l’archaïsme de la CGT dans sa conception de la liberté puisse encore séduire des militants sauf s’il y a plusieurs définitions de la liberté, la sienne et celle des autres.

François CHAUVANCY
François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Il est expert des questions de doctrine sur l’emploi des forces, sur les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, à la contre-insurrection et aux opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence et de propagande dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Depuis mars 2022, il est consultant en géopolitique sur LCI notamment sur la guerre en Ukraine. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde depuis août 2011, il a rejoint depuis mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières notes

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB