HISTOIRE : Chronique culturelle du 2 octobre


2 octobre 1187 : Jérusalem se rend à Saladin.

Assiégée par une armée de 40 000 hommes depuis le 20 septembre, la ville, très affaiblie, se rend après les négociations que mène Balian d’Ibelin avec Saladin. A la différence des Croisés qui lors de la prise de la ville (15 juillet 1099) ont massacré une partie de sa population (malgré des ordres contraires de Tancrède de Hauteville ), Saladin respecte les termes de l’accord avec Balian d’Ibelin et veille surtout à ce qu’il n’y ait aucun débordement vis a vis de la population.


2 octobre 1370 : Du Guesclin est fait Connétable de France.

Le roi Charles V le sage remet l’épée de connétable au chevalier breton, symbole du commandement de son armée.

Du Guesclin est l’une des figures les plus attachantes de la guerre médiévale. Prodigieusement laid et doué d’une force peu commune, il se distingue très tôt comme un redoutable combattant.

La guerre de Succession de Bretagne et la guerre de Cent Ans vont fournir à ce petit noble breton des conditions idéales pour exercer ses talents de chevalier: pendant quarante ans, il chevauche et guerroie de Cherbourg à Séville et de Brest à Tarascon. Simple chef de partisans dans la forêt de Brocéliande, il connaît ensuite une ascension sociale spectaculaire, qui fait de lui un connétable de France, le familier des princes et des rois, l’ennemi personnel du Prince Noir et de Charles le Mauvais. Loyal, habile et courageux, mais aussi brutal et impitoyable, le connétable n’a qu’une passion: la guerre.

Le rôle de Du Guesclin dans l’histoire militaire tient à sa capacité d’innover, d’inventer des ruses, de s’adapter aux circonstances pour surprendre l’ennemi. Il sait concilier les exigences de la guerre chevaleresque et le réalisme de la guerre de mercenaires. Cet infatigable soldat débarrasse ainsi la France des grandes compagnies, place Henri de Transtamare sur le trône de Castille, chasse les Anglais de France. Mais sa fidélité indéfectible envers Charles V le met dans une situation difficile face à ses compatriotes bretons, et c’est en Lozère qu’il mène ses derniers combats, plutôt que de guerroyer contre les siens.


2 octobre 1914 : mort du capitaine Maurice Cortier (Drouilly – Marne).

Le premier explorateur et cartographe du massif montagneux de l’Adrar des Ifoghas (actuel Mali) meurt des blessures reçues lors de la contre-attaque de la Marne (25 septembre). Saint-Cyrien, officier des troupes coloniales, il est l’un des meilleurs connaisseurs du Sahara pour l’avoir sillonné au cours de nombreuses missions notamment dans l’Adrar des Ifoghas (1907), leTassili Najjer (1908) et leTanezrouft (1913)

Il est l’auteur de plusieurs études et notamment de l’ouvrage D’une rive à l’autre du Sahara, Paris, Emile Larose, 1908.


2 octobre 1914 : le yacht de sir Lipton transformé en hôpital (Le Havre).

Le fondateur de la marque de thés, aujourd’hui très connue, met à disposition de la Croix-Rouge son yacht personnel à bord duquel sert la duchesse de Westminster en tant qu’infirmière.


2 octobre 1948 : création du 2e BEP (Algérie – Sétif).

Ancêtre de l’actuel 2e Régiment Etranger de Parachutistes. Il est stationné à Calvi depuis 1967 et est présent sur tous les théâtres d’opérations où intervient la France.

Print Friendly, PDF & Email
Previous Chronique des blindés : Le char Hotchkiss H39 du Mémorial Charles de Gaulle
Next Septembre 1917 : Les mutins russes de la Courtine

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.