lundi 16 mai 2022

PPS-43 – La merveille de simplicité de Soudaïev

Nous avions vu précédemment qu’à la fin des années 30, l’Union soviétique cherchait à équiper son armée avec des pistolets-mitrailleurs. L’URSS va adopter le PPD-38 puis le PPSh-41 plus simple et moins cher à produire.

Malgré la bonne réputation du PPSh-41, l’Union Soviétique veut une arme encore plus simple moins cher et également un peu plus fiable. En effet, le PPSh-41 avait quelques problèmes avec son célèbre chargeur circulaire qui n’était pas vraiment interchangeable. C’est-à-dire que souvent, le chargeur fournit avec un pistolet-mitrailleur fonctionnait bien mais sa fiabilité n’était plus garantie si on l’utilise avec un autre PPSh. Ce chargeur était le point faible dans la production des PPSh car en plus de sa fiabilité perfectible, cette pièce était complexe à produire.

C’est la raison pour laquelle, en 1942, un appel d’offre pour une nouvelle plus simple est lancé. L’ingénieur Alekseï Soudaïev va y répondre et son arme sera sélectionnée. Les premiers prototypes du PPS sont fabriqués en 1942, il s’agit du PPS-42 fabriqué à environ 45 000 exemplaires qui est très similaire au 43 mécaniquement mais qui dispose de plaquette en bois pour la poignée pistolet et d’un amortisseur en cuir pour la culasse. Ces armes sont produites à Leningrad pendant la très célèbre bataille.

Le siège de Leningrad a été en quelque sorte le baptême du feu pour le pistolet-mitrailleur de Soudaïev qui va continuer d’optimiser l’arme en la rendant encore plus simple et rapide à produire. Cette nouvelle version simplifiée est le PPS-43 qui est la variante la plus connue et la plus produite. On estime qu’il y a eu plus de 2 millions de PPS-43 fabriqués.

Maître LUGER
Maître LUGER
J’ai créé la chaîne YouTube "MAÎTRE LUGER" en 2017 pour présenter l’évolution de l’armement léger à travers l’histoire et proposer de la documentation en français. En effet, les armes légères souffrent souvent d’un manque d’information en français ce qui est d’autant plus regrettable que la France est le berceau de l’armement moderne (fusil semi-automatique, poudre sans fumée, balle Minié, etc.). Mon objectif est de mettre en avant la riche histoire de ces inventions et l’ingéniosité des hommes qui les ont conçus. Je travaille en collaboration avec différents acteurs dont des musées, collectionneurs privés et entreprises de l’armement qui me permettent d’avoir accès à ces armes pour les étudier et quelques fois les essayer. J'ai rejoins l'équipe de THEATRUM BELLI en décembre 2021.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB