lundi 16 mai 2022

Quel emploi des forces militaires pour le prochain chef des armées ?

Les deux candidats à la présidence de la république ont été choisis. Deux modèles de défense vont en découler, non dans les deux semaines qui viennent mais après le second tour. Les questions de défense et de sécurité sont certes loin d’être la préoccupation principale de nos candidats et de nos concitoyens et les élucubrations d’un autre temps de quelques candidats marginaux fidèles aux thèses d’extrême-gauche pourront être mises de côté sans état d’âme.

Ce manque d’intérêt sinon une incompréhension grandissante des citoyens devront-ils être perpétués ? En effet, peuvent-ils croire que l’absence de sécurité internationale, et donc de forces armées puissantes pourtant de plus en plus virtuelles, puissent leur garantir la sécurité nécessaire à leur amélioration matérielle et à leur besoin de paix ?

La guerre est en effet aujourd’hui à la frontière de l’Europe. Le pourtour de la Méditerranée voit les gouvernements islamiques s’installer. N’oublions pas avec notre vision laïque souhaitée pour le monde que tous ces Etats ont inscrit dans leur constitution l’islam comme religion d’Etat. Et constatons que l’islam politique se diffuse en Europe au détriment de l’islam religion.

Par ailleurs, d’autres Etats africains voient leurs frontières remises en question par des crises internes qui deviennent ethniques, tribales. Il s’exprime finalement la volonté de créer de nouveaux états-nations qui préservent leur culture, leur mode de vie, leur religion… leurs caractéristiques ethniques pour ne pas dire autre chose ? Ne faut-il pas finalement s’attendre aussi à terme à la remise en question des frontières issues de la seconde guerre mondiale au profit de frontières plus conformes à des Etats-nations ?

Pour répondre à cette menace d’éclatement, ne faut-il pas s’engager vers plus d’interventionnisme militaire dans le cadre d’une autre politique étrangère, malgré son coût, et ce dans notre zone d’influence comme au Mali et la sous-région. Il faut aussi ne pas laisser s’installer comme en Afghanistan un nouveau terrain favorable au terrorisme islamiste, qui serait certainement plus déstabilisant pour l’Europe et notre pays.

Un peu plus loin, d’autres menaces se précisent aussi. Le Proche-Orient laisse la place à une guerre civile en Syrie. L’Iran marche vers la possession de l’arme nucléaire et les rumeurs de frappes israéliennes se précisent. La guerre au Proche et au Moyen Orient peut devenir une éventualité crédible. Quelle sera alors la position de la France? Quelle sera dans ce contexte la situation de la base française à Abu Dhabi et quelle sera la réaction de la France en cas d’agression de l’Iran ? Est-ce une base considérée comme « un intérêt vital » qui pourrait justifier l’emploi de tous les moyens de représailles ? Il s’agit d’un débat qui ne manque pas d’intérêt sur le rôle de la dissuasion nucléaire.

Toutes ces questions de sécurité nationale posent la question de la place donnée aux forces armées et à la capacité de décider du futur chef des armées. Les Français devraient donc bien intégrer ce fait dans leur vote et surtout dans la perception de leur sécurité future.

François CHAUVANCY
François CHAUVANCY
Saint-cyrien, breveté de l’École de guerre, docteur en sciences de l’information et de la communication (CELSA), titulaire d’un troisième cycle en relations internationales de la faculté de droit de Sceaux, le général (2S) François CHAUVANCY a servi dans l’armée de Terre au sein des unités blindées des troupes de marine. Il a quitté le service actif en 2014. Il est expert des questions de doctrine sur l’emploi des forces, sur les fonctions ayant trait à la formation des armées étrangères, à la contre-insurrection et aux opérations sur l’information. A ce titre, il a été responsable national de la France auprès de l’OTAN dans les groupes de travail sur la communication stratégique, les opérations sur l’information et les opérations psychologiques de 2005 à 2012. Il a servi au Kosovo, en Albanie, en ex-Yougoslavie, au Kosovo, aux Émirats arabes unis, au Liban et à plusieurs reprises en République de Côte d’Ivoire où, sous l’uniforme ivoirien, il a notamment formé pendant deux ans dans ce cadre une partie des officiers de l’Afrique de l’ouest francophone. Il est chargé de cours sur les questions de défense et sur la stratégie d’influence dans plusieurs universités. Il est l’auteur depuis 1988 de nombreux articles sur l’influence, la politique de défense, la stratégie, le militaire et la société civile. Coauteur ou auteur de différents ouvrages de stratégie et géopolitique., son dernier ouvrage traduit en anglais et en arabe a été publié en septembre 2018 sous le titre : « Blocus du Qatar : l’offensive manquée. Guerre de l’information, jeux d'influence, affrontement économique ». Il a reçu le Prix 2010 de la fondation Maréchal Leclerc pour l’ensemble des articles réalisés à cette époque. Il est consultant régulier depuis 2016 sur les questions militaires au Moyen-Orient auprès de Radio Méditerranée Internationale. Animateur du blog « Défense et Sécurité » sur le site du Monde depuis août 2011, il a rejoint depuis mai 2019 l’équipe de Theatrum Belli.
ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les plus lus

COMMENTAIRES RÉCENTS

ARCHIVES TB