Thales permettra à nos armées de décupler leurs capacités de communication sécurisées par satellite


SYRACUSE. Crédit : DR.

Thales a été choisi par la Direction générale de l’armement (DGA) pour livrer une deuxième partie du segment sol du système de communication par satellite SYRACUSE IV au profit des Armées Françaises après avoir été sélectionné pour les satellites en 2015 et pour la première partie du segment sol en 2019. Les armées françaises des trois milieux (terre, air et mer) bénéficieront de capacités de communication interopérables fortement accrues en termes de débit, de disponibilité, de résistance aux menaces et de connectivité de bout-en-bout.

Plus indispensables mais plus vulnérables que jamais, les télécommunications militaires par satellite sont au cœur de la bataille pour l’indépendance stratégique dans tous les domaines d’intervention militaires. A ce titre, le maintien de la connectivité est crucial pour les échanges d’information de tous types entre le commandement et l’ensemble des forces armées déployées en missions y compris en coalition.

Ce jalon structurant du programme permettra de renforcer le segment sol sur tous les théâtres d’opération pour les trois milieux. La solution livrée par Thales sera décisive pour l’atteinte des rendez-vous associés aux programmes terrestres, navals et aéronautiques tels que SCORPION, FREMM, FDI, BARRACUDA, Porte-avions ou encore Rafale. Ellevise à décupler les capacités de communication sécurisées des véhicules de combat en mouvement, bâtiments de surface, sous-marins, et désormais aussi les aéronefs. La technologie Thales assure l’itinérance des communications dans les deux bandes de fréquence X et Ka, et en exploitant pleinement le potentiel multi spots de la technologie HTS (« High Throughput Satellite »).  

Toutes les stations du système bénéficieront de manière optimale des capacités souveraines de la constellation Syracuse IV. Leur totale interconnexion via de nouvelles stations d’ancrage permettra de démultiplier les débits en assurant une coopération interarmées sur les théâtres d’opérations et avec les centres de commandements. Elles pourront également utiliser des ressources satellites tierces selon leur zone de déploiement, sans altérer la sécurisation de leurs échanges.

Pour atteindre cet objectif, Thales met en œuvre son savoir-faire d’intégrateur de très haut niveau notamment au travers de son système de transmission hautement sécurisée modem 21, garantissant la disponibilité et la confidentialité des communications échangées contre tous types de menaces. Ainsi, la protection des communications est assurée sans affecter les performances, ce qui constitue un atout essentiel pour conserver la supériorité informationnelle en engagement de haute intensité, la solution modem 21 ayant été éprouvée au combat depuis plus de 10 ans et normalisée OTAN.

Thales Alenia Space, en participant à la réalisation de ce contrat, assurera la mise à hauteur de la mission sur la constellation Syracuse ainsi que la maîtrise des capacités d’ancrage de l’opérateur DIRISI (Direction interarmées des réseaux d’infrastructure et des systèmes d’information). Thales Alenia Space est également mandataire du contrat notifié par la DGA fin 2015 visant à fournir le segment spatial constitué des satellites Syracuse 4A et 4B et de leur segment sol de contrôle et de mission.

Expert des systèmes de communications par satellite en tant qu’orchestrateur et intégrateur de technologies, tant en France qu’à l’export,Thales a à son actif près de mille stations de communications spatiales protégées et sécurisées déployées dans le monde, en s’appuyant sur des partenaires industriels locaux.

« Maître d’œuvre des segments sol Syracuse III puis IV depuis 2004, Thales est fier de renforcer son partenariat avec le ministère des Armées pour maintenir la supériorité informationnelle des forces armées françaises en environnement hautement contesté. Ces dernières se dotent de solutions souveraines de communications spatiales, résilientes à tous types de menaces, éprouvées au combat et garantes d’une interopérabilité en coalition OTAN », Marc Darmon, Directeur général adjoint Systèmes d’information et de communication sécurisés, Thales.

 

Print Friendly, PDF & Email
Previous Livre : Les espions au Moyen Age, de Benoît Léthenet
Next Début des années Trente – Une expérimentation originale du 35e régiment d'aviation : “L’avion à skis”

No Comment

Leave a reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.